26 Mars 2012  |  Informations générales
Publié dans Sécurité Environnement 02/2012

Reprendre le travail un lundi

Environ deux tiers des salariés en incapacité de travail après un accident reprennent le travail un lundi. La Suva a mené une étude pour mieux comprendre cet «effet du lundi», qui concerne davantage les hommes et les collaborateurs d’un certain âge que les femmes et les jeunes.
Après un accident, plus d’un tiers des assurés LAA se retrouvent en incapacité de travail et ont droit à des indemnités journalières. Une étude réalisée par la Suva révèle qu’environ deux tiers des victimes d’accidents reprennent le travail un lundi. Selon la loi, un assuré accidenté qui reprend le travail un lundi, au lieu d’un vendredi, a également droit à des indemnités journalières pour le samedi et le dimanche. Il bénéficie ainsi de trois indemnités journalières supplémentaires, qui alourdissent les dépenses à la charge de l’ensemble de l’effectif des assurés.
L’étude menée par la Suva a permis d’évaluer les différents facteurs qui accentuent ou atténuent l’effet du lundi. Dieter Spinnler, auteur de l’étude et statisticien à la Suva, a examiné 165’000 cas d’assurés en incapacité de travail complète ou partielle ayant bénéficié d’indemnités journalières en 2008. Le montant d’une indemnité journalière s’élève à 133 CHF en moyenne.
L’effet du lundi varie en fonction de plusieurs facteurs tels que le sexe, l’âge et la durée de l’incapacité de travail. Les femmes y sont légèrement moins sujettes que les hommes. Alors qu’il tend à s’accentuer avec l’âge, le phénomène s’atténue toutefois sous l’effet de l’allongement du temps d’arrêt. Dans les cas de longue durée, l’incapacité de travail se termine plus souvent à la fin d’un mois plutôt qu’un dimanche. Dans ce type de cas, l’effet du lundi disparaît, car la reprise du travail est reportée au début du mois suivant.
«Une reprise du travail pendant la semaine présente à la fois des avantages pour le salarié et l’employeur», déclare Dieter Spinnler. L’intéressé ne retravaille pas tout de suite pendant une semaine entière, ce qui facilite une reprise en douceur. Les cas d’incapacité de travail entre 25 et 50 jours sont particulièrement indiqués pour une reprise en cours de semaine, car ils présentent une certaine marge de manœuvre sur la durée.

Suva
6002 Lucerne
Tél.: 041 419 56 26
www.suva.ch


POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch