25 Avril 2012  |  Environnement
Publié dans Sécurité Environnement 03/2012

Un champ d’éolienne en haute altitude

La capacité de production d’énergie éolienne connectée au réseau électrique de la Chine a augmenté de plus de 14 GW, soit environ 45 % de plus par rapport à 2010, passant à plus de 45 GW à la fin de l’année 2011. Un exemple en haute altitude.
 
Un champ d’éoliennes de 49,5 MW a été récemment construit près de la ville de Fengtun, située dans la province du Yunnan au sud-ouest de la Chine. Il aura fallu 15 mois et un investissement de 483 millions de yuans (soit 59 millions d’euros) pour que la société China Guangdong Nuclear Power Group achève la construction de ce parc éolien de haute altitude. Le parc est localisé sur la montagne Dajianfeng du plateau Yunnan-Guizhou, dont l’altitude varie entre 2000 et 2500 mètres.
La société Xinjiang Goldwind Science and Technology Co. Ltd. a fourni les 33 éoliennes de 1,5 MW que compte le parc. Sur le plan technique, il s’agit d’éoliennes type PMDD (Permanent Magnet Direct Drive) spécialement conçues pour résister aux conditions climatiques des plateaux montagneux. Ces éoliennes présentent notamment des pales plus larges, ainsi que de meilleures performances d’isolation, de dissipation thermique et de protection contre la foudre et les fortes radiations du soleil.
Au printemps dernier, cette même société avait déjà procédé à la construction de deux prototypes aux caractéristiques techniques semblables dans les montagnes de Tie Xi, à environ 3000 m d’altitude, situées dans la province du Qinghai. Selon les simulations réalisées à partir des premières données, chaque éolienne serait en mesure de générer 2,8 GWh par an, assumant une densité de l’air de l’ordre de 0,88 kg/m3 et une vitesse moyenne du vent de 6,5 m/s. Ces deux prototypes ont, depuis leur installation, maintenu une disponibilité moyenne supérieure à 98,5 %.
La construction de champs d’éoliennes dans les zones de haute altitude est devenue une des priorités des compagnies d’électricité et des fabricants d’éoliennes en Chine. Ceux-ci cherchent, en effet, à exploiter les importantes ressources en vent sur les plateaux du pays. D’autres fabricants chinois d’éoliennes sont également intéressés par le développement d’éoliennes de haute altitude.
En novembre 2011, l’entreprise CSR Zhuzhou a annoncé avoir connecté au réseau électrique les éoliennes de haute altitude d’un champ implanté dans le Yunnan. Le constructeur a ajouté avoir reçu un nombre record de 400 commandes pour ces éoliennes spécialement adaptées. Les sociétés Longyuan Power et Huaneng Renewables, deux des plus grands promoteurs de parcs éoliens du pays, se concentrent, quant à eux, sur la province du Guizhou, qui envisage de se doter d’une capacité éolienne de 9 GW d’ici 2020.
L’électricité éolienne s’est considérablement développée en Chine ces dernières années, le gouvernement chinois s’étant engagé à augmenter à 15 % d’ici 2015, la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie primaire du pays. Selon un rapport diffusé sur le site de la télévision d’Etat, citant des données du National Wind Power Information Management Centre, la capacité de production d’énergie éolienne connectée au réseau électrique de la Chine a augmenté de plus de 14 GW, soit environ 45 % de plus par rapport à 2010, passant à plus de 45 GW à la fin de l’année 2011. La Chine projette une capacité éolienne de 100 GW d’ici à 2015. Actuellement, il y a près de 490 éoliennes réparties dans 29 provinces, municipalités et régions autonomes du pays. 
 
Goldwind Science & Technology Co., Ltd.


24 Octobre 2019  |  Environnement

Un site franco‐suisse dédié au radon et à la qualité de l’air intérieur

Lancé en 2016, le projet Interreg France‐Suisse JURAD‐BAT se consacre à la thématique du radon et de la qualité de l’air intérieur. Cette démarche interdisciplinaire a abouti à la création d’une plate-forme, véritable boîte à outils conçue pour informer le grand public, sensibiliser et former les professionnels de la construction et accompagner les collectivités publiques dans la gestion des risques associés.
07 Novembre 2019  |  Environnement

Transformer les boues d’épuration en énergie et en sels minéraux

Un dispositif mis au point par la start-up TreaTech permet de transformer les boues des stations d’épuration en minéraux valorisables – sous forme de fertilisant, par exemple – et en biogaz. Soutenue par plusieurs partenaires publics et privés, la jeune entreprise construit actuellement un prototype à grande échelle. La première mise en service dans une station d’épuration est prévue pour 2022.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch