27 Février 2020  |  Sécurité
Publié dans Sécurité Environnement 04/2019

Un nouveau retardateur de flamme pour le bois

En collaboration avec la société Bruag Fire Protection AG, des spécialistes de l’Empa ont mis au point un nouveau retardateur de flamme destiné au bois et aux matériaux à base de bois. Incolore, il peut être facilement mélangé avec des revêtements et des matériaux cellulosiques, offrant ainsi de nouvelles applications aux entreprises de transformation du bois.

Les exigences en matière de protection contre l’incendie augmentent dans le monde entier, en particulier dans les bâtiments publics et dans la construction automobile. Avec cette évolution, de plus en plus de matériaux appropriés, comme le bois, ne peuvent plus être utilisés dans de nombreux bâtiments ou moyens de transport. Un projet de recherche financé par Innosuisse avait donc pour objectif de développer un retardateur de flamme capable d’augmenter la résistance au feu de ces matériaux, sans en altérer leurs propriétés.
 

Les éléments décoratifs en bois et en stratifiés haute pression découpés au laser peuvent maintenant être équipés d’une protection contre le feu. (Image : Bruag AG)
 
 
Un additif incolore et non toxique
Le nouveau retardateur de flamme AFA (Anti-Flame-Additive) répond à ces exigences. Incolore, il peut être mélangé avec des peintures à base d’eau ou avec des vernis de protection UV. On peut l’utiliser non seulement comme revêtement, mais aussi comme additif dans les panneaux de bois. Exempt de brome et de bore, il ne contient aucun composé organique halogéné. Il ne produit pas de vapeurs toxiques et développe son effet ignifugeant à des concentrations aussi faibles que dix pour cent.
L’AFA est basé sur la substance EDA-bis-TEPT, un retardateur de flamme de la classe des organophosphonates développé par l’Empa. Il combine le phosphore et l’azote en une seule molécule, ce qui a des effets retardateurs de flamme sur la cellulose. Ce nouvel additif, qui a déjà démontré son efficacité lors de tests internes, est protégé par une demande de brevet depuis 2018. Des essais d’application sont en cours, comme l’ajout d’AFA à divers matériaux de construction et systèmes de peinture disponibles sur le marché.
 
La procédure d’approbation est en cours
Les premiers essais avec les principaux fabricants de panneaux à base de bois ont été positifs, notamment avec les stratifiée haute pression HPL (High Pressure Laminates). L’introduction de l’AFA dans la cellulose pendant la production permet d’éviter l’inflammation du matériau. Dans une étape ultérieure, l’AFA sera soumise à d’autres tests, dont ceux de protection contre l’incendie, requis pour l’homologation.
La société Bruag Fire Protection AG, une société sœur de Bruag AG, basée à Güttingen (TG), est le partenaire de recherche de l’Empa dans ce projet. En tant que producteur de panneaux de façade et de balustrades de balcon lisses et perforés, résistants aux intempéries, ainsi que d’éléments décoratifs tels que cloisons, rampes d’escalier ou solutions acoustiques pour l’intérieur, la société Bruag est directement concernée par des directives plus strictes en matière de protection contre l’incendie.
 

Échantillon de mousse traité avec l’EDA-DOPO lors d’un test de flamme dans le laboratoire de l’Empa. (Image : Empa)
 
 
Une nouvelle réglementation en matière de protection incendie
En Suisse, par exemple, une nouvelle réglementation en matière de protection contre l’incendie a été introduite en 2015 dans le secteur de la construction. À l’échelle internationale également, les exigences en matière de protection incendie ne cessent d’augmenter. Dans le même temps, les directives environnementales sont renforcées, ce qui pousse progressivement les agents de protection incendie conventionnels hors du marché. Grâce à ces développements, l’entreprise Bruag est constamment à la recherche de retardateurs de flamme appropriés. Cependant, en l’absence d’un produit satisfaisant sur le marché, elle a décidé de prendre l’initiative. L’Empa était donc le partenaire de recherche idéal pour cette entreprise expérimentée dans l’innovation de produits et de processus.
 
Un autre retardateur de flamme
Un autre retardateur de flamme développé à l’Empa, l’EDA-DOPO, a déjà franchi une étape supplémentaire sur la voie d’une application commerciale. Appartenant à la classe des phosphonamidates, il ne contient pas d’halogènes nocifs pour l’environnement et est enregistré dans la base de données chimique REACH de l’Union européenne depuis l’automne dernier.
L’enregistrement d’une substance nouvellement développée prend beaucoup de temps et représente une étape importante pour sa commercialisation. Le règlement REACH, datant du 18 décembre 2006, traite de la production et de l’utilisation des substances chimiques et de leurs impacts potentiels sur la santé humaine et l’environnement. Il s’agit de la loi la plus stricte à ce jour en matière de réglementation des substances chimiques. L’EDA-DOPO est actuellement utilisé pour les mousses de matelas. Des applications dans la technologie de revêtement ainsi que dans la production de plastique sont également à l’étude.
 
Sabyasachi Gaan
Empa, Advanced Fibers
Tél. 058 765 76 11
Sabyasachi.Gaan@empa.ch
 
Markus Brühwiler
Bruag Fire Protection AG
Tél. 071 414 00 90
info@bruag.ch


09 Juillet 2020  |  Sécurité

La route tue davantage chaque année dans le monde

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’alarme : le nombre des morts sur la route progresse d’année en année, en chiffres absolus. Selon son dernier rapport sur la sécurité routière dans le monde, 1,35 million d’usagers de la route sont morts en 2018, victimes d’accident. Seul constat encourageant : la proportion des décès par rapport à la population mondiale, en croissance, s’est quelque peu stabilisée au cours des dernières années.
25 Juin 2020  |  Sécurité

Un logiciel pour l’échange sécurisé des données entre les hôpitaux

Développé par les chercheurs du Laboratoire pour la sécurité des données (LDS) de la Faculté informatique et communications de l’EPFL (IC), en collaboration avec le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), le logiciel MedCo a récemment été installé dans trois hôpitaux suisses. Ce système, unique en son genre selon l’EPFL, doit faciliter la recherche médicale sur des pathologies comme le cancer ou les maladies infectieuses, en permettant des échanges sécurisés de données confidentielles décentralisées.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch