20 Juin 2019  |  Sécurité
Publié dans Sécurité Environnement 01/2019

L’intelligence artificielle pour évaluer l’état de fatigue des pilotes

Évaluer l’état de fatigue des pilotes, tel est l’objectif du projet européen HIPNOSIS. Coordonné par le CSEM et sous l’égide de Honeywell Aerospace, ce projet va associer intelligence artificielle et expertise aéronautique pour contribuer à l’avènement d’une nouvelle génération de cockpits. Composé de caméras et de dispositifs portables électroniques, ce système servira à détecter les signes de somnolence pour minimiser les risques liés à la fatigue.

En novembre dernier, un pilote australien s’est endormi en opérant un vol commercial, dépassant sa destination de 50 km. Quelques mois plus tôt, aux États-Unis, une enquête révélait qu’une catastrophe aérienne avait été évitée de peu à San Francisco. Là aussi, la fatigue des pilotes aux commandes de l’appareil a été pointée du doigt.
Si ces deux incidents n’ont pas connu d’issue tragique, ils ne représentent cependant pas des cas isolés. La fatigue humaine est un problème grave affectant tous les modes de transport. Le Bureau américain de la sécurité des transports l’a identifiée comme cause directe ou indirecte dans 20 % de ses principales enquêtes entre 2001 et 2012.
Piloté par le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM), le projet HIPNOSIS vise à y apporter une réponse technologique. Mené dans le cadre du programme de recherche européen Clean Sky II, il va développer un système de vision spécifique et un dispositif portable électronique pour détecter les signes de somnolence des pilotes.
 
L’intelligence artificielle peut contribuer à rendre l’avion encore plus sûr. (©: Zuzana Konvalinkova, FNUSA-ICRC, pour Honeywell)
 
 
L’intelligence artificielle au service de la sécurité à bord
«Nous allons développer des algorithmes basés sur l’apprentissage automatique, ainsi qu’un système de vision assistée par ordinateur pour détecter en temps réel les signes de somnolence du pilote», explique Andrea Dunbar, en charge des systèmes de vision embarqués au CSEM. Ces algorithmes seront intégrés dans une caméra mise au point par la jeune entreprise française INNOV+ qui commercialise déjà des solutions similaires pour l’industrie automobile.
«En parallèle, le CSEM va aussi mettre à profit son expertise dans la mesure des paramètres physiologiques pour développer un détecteur portable qui surveillera les pilotes avant et pendant le vol. Les données recueillies vont être analysées avec celles liées au regard et à la position de la tête du pilote, observées par le système de vision», poursuit Andrea Dunbar. Le dispositif ainsi mis au point sera ensuite testé dans un cockpit, par la société française, SERMA INGIÉNERIE.
Une solution sur mesure pour l’aviation
Honeywell Aerospace – un membre du projet européen Clean Sky II, leader dans le développement aérospatial et fabricant de solutions avioniques – va de son côté définir les exigences de la technologie développée et les intégrer au système global de surveillance des pilotes. Les résultats définitifs sont attendus en 2021.
 
À propos du projet HIPNOSIS
Le projet HIPNOSIS fait partie de l’initiative européenne Clean Sky, financée par le programme européen Horizon 2020. Il s’agit d’un partenariat public-privé entre la Commission européenne et l’industrie aéronautique européenne. Cette initiative contribue à renforcer le leadership européen dans le domaine de l’aviation, en mettant l’accent sur la réduction du bruit des avions et des émissions de CO2, tout en favorisant la collaboration et la compétitivité au niveau mondial.
D’une durée de 36 mois, le projet HIPNOSIS, qui a accès à une subvention de 800’000 euros, s’achèvera fin 2021. Il a comme partenaires le centre suisse de R&D CSEM SA, coordinateur du projet, ainsi que les sociétés françaises SERMA INGIÉNERIE et Innov+.
 
 
À propos du CSEM
Le CSEM est un centre suisse de recherche et de développement (partenariat public-privé) spécialisé dans les microtechnologies, les nanotechnologies, la microélectronique, l’ingénierie des systèmes, le secteur photovoltaïque, ainsi que les technologies d’information et de communication. Il compte plus de 450 collaboratrices et collaborateurs hautement qualifiés, répartis entre les sites de Neuchâtel, Alpnach, Muttenz, Landquart et Zurich.
www.csem.ch
 
 
 
Andrea Dunbar
Responsable des systèmes de vision embarqués
CSEM
Tél. 032 720 50 69
andrea.dunbar@csem.ch


22 Novembre 2018  |  Sécurité

Une étude relative à la sécurité sur les réseaux sociaux

Sur Internet, les Suisses craignent les provocateurs et les trolls. Seuls les cybercriminels les font trembler. Pourtant, une personne sur deux ne se préoccupe pas particulièrement des paramètres de sécurité sur ses réseaux sociaux. C’est ce que révèle l’Étude de confiance 2018 relative à la sécurité des données de ­comparis.ch
23 Mai 2019  |  Sécurité

L’EPFL et l’EPFZ lancent un master conjoint en cybersécurité

L’EPFL et l’EPFZ s’allient pour proposer, à partir de la rentrée d’automne 2019, un programme inédit visant à former des spécialistes en sécurité informatique. Si la structure du programme, comptabilisant 120 crédits, diffère entre les deux universités, les compétences acquises au terme du cursus sont similaires, le logo des deux écoles étant apposé sur le diplôme.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch