25 Juin 2015  |  Éditorial
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 06/2015

Éditorial (6-7/2015)

Le «technofranglais» sévit!
Le «technofranglais» rend certains écrits parfaitement ridicules. Il s’agit en l’occurrence de termes d’origine française, récupérés dans un pays anglophone puis repris par la presse francophone, en particulier par la presse technique, qui semble en raffoler. Je livrerai quelques perles. D’abord l’adjectif «sophistiqué». Ce terme signifie en fait: vieilli, altéré frauduleusement; ou: dénaturé, paré et fardé outrageusement, de façon ridicule (une beauté sophistiquée). Dire d’un équipement industriel qu’il est «sophistiqué» signifie qu’il est trop complexe, surchargé d’ajouts inutiles. Utiliser plutôt: «perfectionné», «évolué» ou «avancé»: c’est plus flatteur.
Et puis, particulièrement dans la presse technique française, on trouve partout le terme «process» pour décrire un procédé. Il s’agit de la traduction en anglais du nom français «processus» ou «procédé». Alors, pourquoi ne pas utiliser ces termes ? On relève souvent le mot «technologie» (anglais «technology») pour désigner une solution technique, avec ses variations (microtechnologie, technologie médicale), etc. Encore une expression anglaise introduite dans le jargon technofranglais. Simplement remplacer par «technique», «microtechnique», «technique médicale», etc. Technologie est certes un mot français, mais il a une signification tout autre, ses racines étant «techno» (du grec «tekhné»: procédé) et «logos» (discours, en grec). La technologie définit donc l’enseignement ou la description d’une technique et non pas la technique en elle-même. C’est juste de dire «Institut de technologie» (puisqu’on y enseigne la technique), mais en revanche il est incorrect d’écrire «une technologie de mesure», alors qu’il s’agit d’une technique de mesure.
«Hall»: ce mot est souvent utilisé pour désigner une halle d’exposition. Un hall (utiliser de préférence le mot «vestibule») est un local constituant l’entrée d’un appartement ou un espace de dégagement dans un édifice public. «Appréhender»: on utilise faussement ce terme à la place d’envisager, de comprendre, d’aborder (au sens figuré). «Appréhender» n’a que deux acceptions: arrêter (un malfaiteur) ou craindre quelque chose ou quelqu’un. L’erreur provient du verbe anglais «to apprehend». Le mot «event» (événement en anglais) est souvent utilisé pour qualifier une manifestation, un événement ou une célébration. Le terme français «évent» lui, s’applique à l’organe respiratoire d’un cétacé. J’ai même lu ce qui suit dans une revue technique et industrielle française dont je ne révélerai pas le nom: «Dans le hall 8 consacré aux méthodologies high-tech, les visiteurs du show pouvaient faire connaissance avec un process technologique sophistiqué mais aisé à appréhender». Bref, la totale !
 
par Edouard Huguelet


25 Septembre 2019  |  Éditorial

Éditorial (9/2019)

Parmi les fléaux qui menacent notre population – dont il faut le dire, l’espérance de vie a fait un bond considérable depuis une cinquantaine d’années –, les perturbateurs endocriniens occupent une place de choix. Agissant à de très faibles doses, ces molécules xénobiotiques, polluantes et souvent toxiques bloquent ou modifient l’action des hormones qui régulent la...
24 Mai 2019  |  Éditorial

Éditorial (5/2019)

D’importantes avancées dans les neuro­sciences ont été récemment effectuées. Parmi celles-ci, deux études américaines ont mis en évidence des méthodes non invasives de stimulation magnétique et électrique transcrânienne chez des sujets âgés. Bien tolérées, elles ont permis d’améliorer temporairement leur mémoire de travail – celle qui enregistre des informations...
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch