26 Mai 2015  |  Énergie & société
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 05/2015

Énergie & société (5/2015)

Du courant écologique chez un grand distributeur suisse
La coopérative de consommation suisse Coop mise de plus en plus sur la production d’énergies renouvelables, non seulement en équipant ses propres locaux, mais également en soutenant les installations fonctionnant au biogaz chez les producteurs de son réseau de producteurs «bio». C’est ainsi que dès 2005, le «Fonds Coop pour le développement durable» a soutenu à hauteur de 200’000 francs la construction d’installations au biogaz chez des producteurs Naturafarm et Naturaplan. Il s’agit actuellement de onze installations qui produisent chaque année quelque 6,4 millions de kilowattheures de courant à partir de déchets biogènes. Elles couvrent la consommation moyenne en électricité de près de 2000 foyers suisses. D’ailleurs sur son parc immobilier, la coopérative a déjà monté vingt installations photovoltaïques qui produisent annuellement 3,6 millions de kWh, soit l’équivalent des besoins de près de 1000 ménages.
 
Deux nouveaux partenaires pour le Fondation suisse pour le climat
La «Fondation Suisse pour le Climat» a deux nouveaux partenaires issus du secteur de l’assurance: New Reinsurance Company Ltd., dont le siège est à Zurich, et l’Établissement d’assurance contre l’incendie et les éléments naturels du Canton de Vaud (ECA). Avec 24 autres prestataires de services de renom, ils s’engagent, par l’intermédiaire de la Fondation, en faveur de la protection du climat en Suisse.
Protéger le climat et promouvoir les PME. Sous ce slogan, la «Fondation Suisse pour le Climat» soutient des projets de petites et moyennes entreprises (PME) qui contribuent à la protection du climat. Depuis sa création en 2008, la Fondation a soutenu quelque 900 PME en Suisse et au Liechtenstein, à hauteur de plus de douze millions de francs.
 
Éoliennes: lorsque le vent est en grève
Avec les éoliennes le problème est récurrent: le vent ne souffle pas toujours quand on en a besoin, ce qui oblige les fabricants à prévoir des centrales d’appoint non loin des parcs éoliens. La solution: une nouvelle technique des Australiens, fondée sur la circulation d’électrolytes liquides. On utilise deux électrolytes, des liquides conducteurs à base d’ions.
Lorsque les éoliennes sont actives, l’énergie en surplus est transformée en ions vanadium sous deux formes, (V) et (II). Chaque forme, qui a un potentiel d’oxydoréduction différent, est stockée dans deux réservoirs séparés. Quand le vent est faible et qu’on a besoin d’électricité, une pompe puise dans les deux réservoirs les deux solutions d’ions vanadium et les amène dans une cuve centrale qui est séparée par une membrane. La différence de potentiel d’oxydoréduction entre les deux solutions provoque une réaction qui produit un transfert d’électrons passant par la membrane, c’est-à-dire un courant électrique.
http://www.consoglobe.com/eoliennes-sait-stocker-electricite-1712-cg


25 Février 2016  |  Énergie & société

Énergie & société (2/2016)

  On appelle «énergie grise» d’un objet ou d’un système, la somme de l’énergie dépensée pour extraire la matière première dont il est constitué, le fabriquer, l’emballer, le transporter, le livrer, le stocker et le vendre. Sans oublier qu’il faudra encore investir de l’énergie lors de son utilisation, de l’entretien et lorsqu’il arrivera en fin de vie, pour...
18 Décembre 2015  |  Énergie & société

Énergie & société (12/2015)

en Suisse, le potentiel d’expansion de l’hydraulique à long terme est estimé entre 4000 et 5000 GWh par année au maximum, du fait des restrictions imposées par diverses exigences de protection. le potentiel théorique de l’énergie éolienne en Suisse est estimé entre 4000 et 5000 GWh par année. Étant donné le petit nombre de sites attrayants sur le plan économique et les...
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch