24 Avril 2015  |  Énergie & société
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 04/2015

Énergie & société (4/2015)

Le diesel n’est pas seul responsable
Alors que la municipalité parisienne doit présenter son plan antipollution début février et programmer une sortie du diesel, une étude révèle que les moteurs ne sont pas seuls en cause dans la pollution liée au trafic automobile. Selon l’Observatoire français de la qualité de l’air, 41 % des particules fines en suspension (PM10) émises par le trafic routier sont en fait générées par l’abrasion des pneus, du revêtement routier et des freins. Au cours d’une table ronde sur les effets du diesel sur la santé et l’environnement, organisée le 14 janvier par la commission du développement durable du Sénat, la question des émissions de particules générées par l’abrasion a fait irruption dans le débat, à la surprise de bien des présents qui découvraient cette source de pollution pourtant bien réelle.
Selon une autre étude, réalisée en Allemagne par l’Institut de génie de l’environnement de l’université technique de Berlin, la seule usure des plaquettes de freins représenterait 20 % de l’ensemble des particules émises par le trafic routier. L’Institut de sciences appliquées (INSA) de Lyon estime quant à lui que l’usure des plaquettes produit 20’000 tonnes de poussières par an en France.
 
Captage-stockage du CO2
Le captage-stockage du CO2reste un besoin urgent pour «décarboniser» la production électrique et l’industrie lourde en Europe. C’est la conclusion d’un nouveau rapport commandé par la Commission de Bruxelles. Il exhorte celle-ci à définir une feuille de route pour 2030, «avec des objectifs contraignants». L’Europe donnerait ainsi un «signal clair» de sa volonté de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Et elle pourrait avoir une «position de leader» dans les négociations internationales sur le climat, censées aboutir au premier accord universel, en décembre 2015, à Paris.
Cette solution technique, qui consiste à récupérer le dioxyde de carbone à la source, dans les fumées des centrales thermiques et des usines, puis à l’enfouir dans des formations géologiques profondes, sur terre ou en mer, pourrait éviter le rejet dans l’atmosphère de plus de 20 % des émissions mondiales de CO2, d’ici à 2050.
 
La plate-forme REPIC
Cette plate-forme apporte une contribution importante à la mise en œuvre d’une politique et d’une stratégie cohérente de la Suisse pour la promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique dans la coopération internationale. Elle contribue à l’application des accords globaux de protection du climat et à la promotion d’un approvisionnement énergétique durable dans les pays en développement et en transition, ainsi qu’en Suisse. Elle est ainsi une composante précieuse de la mise en application de la politique suisse en matière de développement durable sur le plan international. Site:
http://www.repic.ch/repic-fr/plateforme.


25 Janvier 2016  |  Énergie & société

Énergie & société (1/2016)

    Le gaz peut aussi être une énergie renouvelable Le chauffage au gaz naturel réduit les émissions de CO2 d’environ 25 % par rapport au mazout. Et l’adjonction de biogaz ou d’autres gaz renouvelables permet d’abaisser encore les émissions de gaz carbonique. Grâce à une combustion propre, le gaz naturel limite aussi massivement les émissions de polluants et de...
25 Mars 2016  |  Énergie & société

Énergie & société (3/2016)

On appelle «énergie grise» d’un objet ou d’un système, la somme de l’énergie dépensée pour extraire la matière première dont il est constitué, le fabriquer, l’emballer, le transporter, le livrer, le stocker et le vendre. Sans oublier qu’il faudra encore investir de l’énergie lors de son utilisation, de l’entretien et lorsqu’il arrivera en fin de vie, pour le...
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch