25 Septembre 2019  |  Informatique & Télécommunications
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 09/2019

Informatique & Télécommunications (9/2019)

Insolite: le bikini connecté pour échapper aux morsures du soleil
Conceptrice du premier maillot de bain connecté en 2015, l’entreprise Spinali Design, basée à Mulhouse, a lancé juste avant les grandes migrations estivales, un bikini «encore plus intelligent», présenté comme un joyau de technologie et d’élégance. Baptisé Neviano2, le maillot en question intègre sous une doublure discrète, un capteur UV associé à une application IOS/Android. Une fonction «alerte crème», préalablement renseignée sur le phototype de la propriétaire, signale via smartphone, quand il convient de réappliquer de la crème solaire, laquelle et en quelle quantité.
L’application smartphone intègre en sus une fonction appelée «Valentin», qui avise un peu plus tôt le conjoint de la personne exposée au soleil – peut-être endormie –, qu’il est temps d’intervenir pour prévenir des lésions. Cerise sur le gâteau, le maillot Neviano2 intègre encore une fonction appelée «Autour de moi», qui permet de connaître les endroits intéressants autour du lieu de vacances choisi par l’estivante.
L’entreprise se défend de produire un gadget. Elle souligne que «seuls 37 % des utilisateurs de crème solaire connaissent la quantité suffisante d’écran solaire à s’appliquer. Seulement 5 %, connaissent la définition d’un indice UV et 10 % la règle ABCDE permettant d’analyser un grain de beauté». Et selon elle, «les chiffres sont à peine meilleurs pour des personnes ayant déjà connu des cas de mélanome ou de carcinome.»
Spinali Design insiste sur la réalisation artisanale de ses maillots et précise que «le tissu Lycra vient d’Italie, près de Milan, le fil d’Allemagne, certains composants électroniques de Suisse et les applications IOS/Android sont développées au siège de l’entreprise à Mulhouse.»
 
Un pansement connecté en développement
L’entreprise alsacienne, qui se présente comme un spécialiste du «datatextile», annonce par ailleurs, pour la fin de l’année en cours, le lancement sur le marché d’un pansement connecté qui détecte les infections. Elle indique que «le pansement sera doté d’une électronique qu’il conviendra d’activer par un bouton juste avant l’application sur la plaie. Il se connectera alors à l’application smartphone associée pour échanger des données. Celle-ci sera en mesure de communiquer les informations avec le corps médical si une évolution défavorable de l’infection est constatée.»
Il est encore précisé que le pansement sera pourvu d’un agent qui, en présence de bactéries pathogènes, émettra un signal détecté par un capteur, pour être aussitôt transmis, via smartphone, à la personne concernée (personnel soignant ou patient). Part ailleurs, il est envisagé de combiner le dispositif à un agent antimicrobien ancré sur le textile, qui sera libéré par le pathogène lui-même et provoquera sa destruction. Le concepteur a baptisé ce système «self-killing».
 


Informatique & Télécommunications (3/2020)

La première école privée de codeurs et développeurs informatiques vient d’ouvrir ses portes en République démocratique du Congo (RDC), dans un pays et un continent qui souffrent d’un retard important dans le développement du secteur numérique. L’hebdomadaire Jeune Afrique, qui rapporte l’information, indique que la Kinshasa Digital Academy va dispenser aux jeunes Congolais,...
25 Février 2020  |  Informatique & Télécommunications

Informatique & Télécommunications (2/2020)

Le piratage, première inquiétude des entreprises suisses Un sondage réalisé par le groupe d’assurances Allianz le révèle : les menaces liées aux attaques informatiques représentent la première inquiétude des entreprises suisses, avant le risque d’une interruption d’exploitation. Plus de la moitié des entreprises helvétiques (57 %), sur la soixantaine interrogée dans...
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch