16 Août 2015  |  Emballage
Publié uniquement sur Internet

Banderolage, film rétractable ou film étirable - Comparatif des techniques d’emballage

L’emballage rationnel de produits sur palettes est un facteur de compétitivité déterminant pour un grand nombre d’entreprises dans l’industrie chimique, de la construction ou encore alimentaire. La sécurité de transport, la protection contre le vol, la présentation des produits emballés, ainsi que la protection contre les intempéries en cas de stockage extérieur, sont concernées.

L’efficacité des processus, la réduction des coûts - consommation d’énergie et de matière -, ainsi que la productivité, c’est-à-dire le nombre de palettes produites par l’entreprise dans un certain laps de temps, sont déterminants. Seule une approche globale permet de sélectionner le procédé d’emballage approprié. Une comparaison de ceux-ci a permis de démontrer la suprématie, en matière d’efficacité, de l’emballage sous housse étirable.
La palettisation et l’emballage jouent un très grand rôle, permettant aux produits des branches les plus diverses, d’arriver chez les destinataires dans le meilleur état possible. En cas d’instabilité, un coup de frein ou une manœuvre brusque suffisent pour que des produits en verre, en pierres ou en tuiles empilés sur la plate-forme d’un camion se libèrent de leur emballage et se brisent. Des produits comme le ciment, la farine ou le cacao en poudre doivent être protégés des intempéries et de l’humidité, surtout lors de leur transport et de leur stockage. Les utilisateurs ont le choix entre plusieurs solutions d’emballage. Il s’agit donc d’opter pour le procédé le plus rentable et le plus écologique. Trois procédés d’emballage de palettes sont aujourd’hui disponibles sur le marché: l’emballage sous film rétractable, le banderolage et l’emballage sous housse étirable.
 

De nombreuses sociétés utilisent l’emballage sous housse étirable afin de réduire les dommages pouvant être occasionnés durant le transport et de répondre à des exigences logistiques de plus en plus élevées.

Un emballage efficace sous film rétractable
Le procédé d’emballage sous film pour palettes a été mis au point par un producteur de produits chimiques allemand au milieu des années 1960. Il était basé sur la technologie du film rétractable. Ce film est fabriqué sous forme de gaine dans des extrudeuses gonfleuses munies de tuyères annulaires. Cette gaine est ensuite transformée en housse avant d’être découpée pour former un film plat. Pour sa rétraction, le film est chauffé à l’air chaud jusqu’à son point de fusion. Cela permet au film de se rétracter et d’épouser les contours de la charge palettisée. La tension générée au refroidissement assure alors la stabilité de la charge.
L’installation d’emballage utilise l’énergie électrique ou le gaz pour générer la chaleur nécessaire au processus de rétraction. Le pied de la palette peut, si nécessaire, rester exempt d’emballage afin de permettre l’utilisation d’un chariot à fourche et une mise en rayon verticale. Le film peut également recouvrir le pied de la palette.
Le procédé d’emballage sous film rétractable est particulièrement adapté aux produits nécessitant un emballage à élasticité permanente, comme le verre, par exemple. Ce procédé n’assure pas uniquement la protection et la stabilité des charges, il protège également les produits des effets de l’environnement, de la neige, de la pluie, des rayons ultraviolets, de la poussière et des insectes en cas de stockage à l’extérieur.
Le film perd cependant de sa transparence lors du processus de rétraction. Il est alors difficile de savoir quels sont les produits emballés ou les codes barres. Ce procédé a d’autres inconvénients: les sacs en polyéthylène (PE) risquent d’adhérer au plastique du film d’emballage et les apports de chaleur peuvent être source d’incendie.
 
Le banderolage pour les faibles cadences de production
Une dizaine d’années après l’introduction sur le marché du film rétractable, une société américaine dans le domaine de l’extraction du pétrole, active dans l’industrie chimique, découvrait les composants nécessaires à la confection d’un film étirable. Le banderolage était né.
Les investissements de base étant nettement moins élevés que pour une installation d’emballage sous housse rétractable ou étirable, de nombreuses sociétés restent fidèles à ce procédé d’emballage, quelle que soit leur branche. La consommation annuelle de films de banderolage pour l’emballage de palettes est évaluée, en Europe, à 1,4 million de tonnes. Ce procédé est très gourmand en film et les opérateurs doivent souvent remplacer les bobines. C’est la raison pour laquelle ce procédé est davantage adapté aux faibles cadences de production.
Le film de banderolage est extensible. Il maintient la charge palettisée lors de l’emballage. L’effort de serrage vertical exercé par ce procédé est cependant très faible. C’est pourtant cet effort de serrage exercé sur la charge qui apporte la tenue nécessaire lors du transport. Ce procédé n’est donc pas approprié aux produits à arêtes vives, comme les pierres ou les tuiles. Il présente un autre défaut: il est nécessaire d’utiliser du film supplémentaire pour protéger les charges des influences atmosphériques et de l’humidité.
Le chevauchement des films empêche une bonne présentation de la marchandise et entrave la lecture des codes barres. Le film étant enroulé autour du produit, il ne peut être imprimé. Les propriétés adhésives du film attirent en outre les particules se trouvant dans l’air, de sorte qu’après un stockage de longue durée, les produits sont recouverts de poussière. Ce type d’emballage n’offre, en outre, aucune protection contre le vol: il est possible de soustraire des produits de la palette sans endommager le film.
Un autre problème apparaît dans les centres logistiques automatisés. Les restes de film proéminents, caractéristiques de ce procédé, risquent de perturber la technologie sensorielle des équipements de manutention ou des transstockeurs. Cela occasionne des messages d’erreur renouvelés. Les paramètres de réglage sont extrêmement nombreux, ce qui rend particulièrement difficile le calcul exact de la quantité de film nécessaire.
 
L’emballage sous housse étirable permet une protection fiable des charges palettisées, étanche sur cinq côtés.

Une housse étirable pour une grande sécurité de transport
La technique de la housse étirable combine les procédés de houssage et de banderolage. En 1988, BEUMER mettait en service sa première installation d’emballage sous film étirable, en Belgique. La véritable percée de ce procédé d’emballage de palettes date seulement d’une quinzaine d’années. Des matières premières de bien meilleure qualité permirent une amélioration considérable de la qualité du film.
La housse étirable s’adapte exactement aux contours des produits empilés sur la palette, tout comme la housse rétractable. Et, comme dans le banderolage, le film est très extensible et fixe le produit, grâce à ses forces de maintien. Ce procédé assure une grande stabilité des charges. Le film d’emballage n’adhère pas non plus au produit.
Ce procédé permet le stockage en hauteur des palettes, mais aussi un ancrage sous palette. La surface lisse et non perforée du film assure, en outre, une visibilité parfaite de la marchandise emballée. Sa présentation sur le point de vente est excellente. Les codes barres appliqués sur le produit sont parfaitement lisibles. Le film utilisé est recyclable. L’emballage sous housse étirable ne nécessite, en outre, aucun apport de chaleur, ce qui réduit considérablement les risques d’incendie, accroît la fiabilité de fonctionnement et entraine également une réduction de la prime d’assurance. La quantité de film et d’énergie nécessaire est moins importante, ce qui a un effet positif sur l’environnement.
Dans la plupart des applications industrielles et des produits de consommation, le procédé d’emballage sous housse étirable offre une protection fiable pour les charges palettisées. Cette solution d’emballage permet également de déposer un film sur la palette et donc de protéger la charge des influences extérieures, sur les six faces. Il en résulte un stockage extérieur propre et sec. Les marchandises sont à l’abri des intempéries, de l’humidité, des insectes et des rayons ultraviolets.
 
Comparatif des procédés d’emballage
BEUMER dispose d’installations et de systèmes novateurs, quel que soit le procédé d’emballage. Pour rester concurrentielles à long terme, les sociétés ne doivent pas uniquement fonder leurs décisions en matière d’investissement sur les seuls coûts d’exploitation. Seule une approche globale permet de sélectionner le procédé d’emballage approprié. Considérer la valeur totale de la propriété (Total Value of Ownership, ou TVO) permet de mieux décrire et donc de mieux juger de l’efficacité des investissements à réaliser. C’est la raison pour laquelle BEUMER Group, lors du développement de nouvelles installations et systèmes, tient compte aussi bien des aspects économiques, que des aspects écologiques ou des facteurs sociaux. Les entreprises peuvent ainsi planifier stratégiquement leurs investissements.
 
Emballage sous housse rétractable, banderolage et emballage sous housse étirable (de gauche à droite).
 
Les avantages de l’étirage
Pour la plupart des entreprises, le choix du procédé d’emballage approprié dépend aussi bien de la protection et de la stabilité des charges que d’une protection efficace contre les influences environnementales. Le comparatif de l’emballage sous housse rétractable et de l’emballage sous housse étirable effectué par les experts de BEUMER a clairement prouvé que l’étirage est nettement plus rentable. Ils ont pris pour référence une charge palettisée d’une hauteur de 1,630 mm. Les installations utilisant un film rétractable emballent entre 35 et 70 charges palettisées par heure. Le film utilisé avait une épaisseur variant entre 120 et 180 µm. L’emballage sous housse étirable permet d’atteindre une production moyenne de 100 à 120 palettes par heure, presque le double. Le film utilisé est nettement moins épais, entre 70 et 140 µm. La forte extensibilité du film pour l’emballage sous housse étirable permet d’en réduire la consommation.
En 2014, le prix du film rétractable était de 1,70 €/kg. La confection d’une housse coûtait environ 1,02 €. Le film nécessaire à l’emballage de 300’000 palettes coûtait 306’000 euros par an. Avec 1,90 €/kg, le prix du film utilisé dans les installations d’emballage sous housse étirable est un peu plus élevé. En revanche, le produit nécessaire à la confection d’une housse ne coûte que 57 ct. Le même nombre de palettes revient donc à 159’000 €/an, ce qui est nettement inférieur. L’utilisateur réalise une économie de 52 % environ.
Les systèmes diffèrent également dans le domaine de la consommation d’énergie. La consommation de gaz lors de la rétraction du film est d’environ 2 kW/h par palette. L’énergie nécessaire à la confection d’une housse étirable coûte 6 ct. Toujours sur la base annuelle de 300’000 palettes, l’utilisateur doit ici faire face à des coûts de quelque 18’000 €. La consommation d’énergie des deux systèmes est pratiquement identique, mais l’emballage sous housse étirable ne demande aucun apport de gaz. L’utilisateur du procédé par étirage économise donc ces frais.
Les frais d’entretien d’un système avec rétraction, en particulier dans le cas de machines anciennes, sont de 2000 à 8000 €/an. Les calculs ont été faits sur la base de 4000 €. L’entretien d’un système avec étirage coûte généralement entre 1000 et 3000 €/an. Si l’on considère une moyenne de 2000 €, l’économie réalisée par l’utilisateur est de 2000 € sur les mesures de maintenance. Les coûts annuels d’un utilisateur de la technique d’étirage sont donc, ici aussi, nettement moindres.
Avec le BEUMER stretch hood® A, les spécialistes en intralogistique de Beckum ont entièrement repensé l’installation d’emballage. Ils ont analysé divers composants et optimisé leur fonctionnement, leur disposition ou encore leur ergonomie. Un menu de navigation intuitif de la commande de la machine sur écran tactile, par exemple, un poste de travail ergonomique de l’opérateur, plus pratique, ou encore un système novateur de transport du film qui assure, avec beaucoup de précaution, le transport jusqu’à l’installation. La nouvelle installation est également plus performante et nécessite moins de place.
 
Un configurateur en ligne pour une solution individuelle
Les propriétés de maniement d’un produit sont très individuelles et nécessitent une analyse approfondie afin de pouvoir définir les exigences que devra remplir l’emballage de la palette. BEUMER propose pour cela d’un configurateur en ligne qui permet à l’utilisateur d’évaluer la rentabilité des différents procédés d’emballage et de calculer la valeur ajoutée qui en découle pour sa société. Les experts de BEUMER réalisent, en outre, une présentation axée sur les besoins particuliers de chaque client. L’utilisateur obtient ainsi une comparaison fondée des différents types d’emballage, de leur consommation d’énergie, des coûts d’entretien, de même que des investissements et des installations nécessaires.
 
BEUMRER Group GmbH & Co. KG
D-59269 Beckum
Tél.: 0049 2521 240
www.beumergroup.com


19 Novembre 2017  |  Emballage

Une nouvelle housse pour les installations d’emballage

Destinée à de nombreux secteurs, l’installation d’emballage sous film étirable «BEUMER stretch hood» est désormais équipée d’une nouvelle housse facile à ouvrir. Dans les entreprises commerciales et les centres logistiques, cette innovation permet aux employés en charge de déballer ou reconditionner les produits, d’enlever rapidement le film, sans devoir utiliser un outil de découpe.
22 Novembre 2015  |  Emballage

Un système d’emballage à haute cadence

BEUMER Group, le spécialiste en intralogistique fournisseur de systèmes de remplissage, de palettisation et d’emballage a optimisé son système d’emballage à haute cadence BEUMER stretch hood A.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch