17 Mai 2015  |  Énergie
Publié uniquement sur Internet

Des voitures électriques pour le quotidien

Les utilisateurs de voitures électriques apprennent à connaître leur véhicule chaque jour un peu mieux: les conducteurs expérimentés peuvent influencer leur consommation d’énergie et donc améliorer l’autonomie de leur véhicule. Ils ne recourent que rarement aux bornes de charge publiques. Ils souhaitent avant tout une densification du réseau de bornes de charge rapide. Ces conclusions sont issues de l’étude empirique « KORELATION » menée par l’association e’mobile. Elle se base sur un échantillon de 199 véhicules électriques.

Dans le cadre du projet «KORELATION» (Coûts – Autonomie – Bornes de charge), l’association e’mobile a mené, et c’est une première en Suisse, une étude empirique analysant la fiabilité au quotidien des voitures électriques de dernière génération. 140 utilisateurs privés et professionnels ont participé à cette étude, impliquant un total de 199 véhicules.
Faire le plein avec du courant électrique.
 
Des dépenses en carburant inférieures de 63 %
L’étude a comparé le coût du carburant des voitures électriques participant au projet avec celui des véhicules thermiques économiques similaires. Résultat: le coût du carburant pour les véhicules 100 % électriques est inférieur de 63 %. En estimant une distance moyenne annuelle de 11’500 km, l’économie réalisée s’élève donc à 840 francs par véhicule et par année. Au moins une partie de la majoration du prix d’achat du véhicule électrique, respectivement l’amortissement, est ainsi absorbée, ceci d’autant plus que le kilométrage annuel est élevé.
e’mobile au dernier Salon de l’Automobile de Genève.
 
Autonomie: un apprentissage certain
Afin de mesurer la consommation, les participants recensaient les cycles de charge, durant une période estivale et une période hivernale de 30 jours chacune. La consommation moyenne quotidienne est de 46 % supérieur à la norme. En hiver, les participants de «KORELATION» consommaient en moyenne 16 % plus d’énergie qu’en été. Les écarts sont importants, également au sein d’un même modèle. On peut en conclure que les conducteurs, selon leur comportement, peuvent influencer leur consommation de façon significative. Les principaux facteurs sont le chauffage, le style de conduite et la vitesse.
Concernant la gestion de l’autonomie, la marge d’apprentissage est grande. Selon les résultats de l’étude, un cinquième seulement des chauffeurs tirent profit maximum des capacités de leurs batteries. Lors de longs trajets, ces derniers conduisent par exemple de manière plus économe. Un tiers des entreprises et 40 % des privés ont adapté leur style de conduite et, selon leurs indications, consomment beaucoup moins d’énergie que juste après l’achat du véhicule.
Petite voiture électrique de ville Renault Twizy.
 
A la station de services: beaucoup plus de bornes rapides
Les mesures de consommation effectuées dans le cadre de l’étude confirment les résultats d’études similaires menées à l’étranger: en principe, les recharges ont lieu au domicile ou au travail. Cet énoncé est particulièrement valable pour les véhicules d’entreprise: durant la durée du projet, seulement 2 % des recharges avaient lieu dans un autre endroit. Chez les conducteurs privés, cette valeur atteint 8 %.
Les entreprises n’ont pas d’exigences particulières concernant les bornes de charge publiques. Seulement 10 % ont admis vouloir parcourir de plus longues distances plusieurs fois par mois, si elles pouvaient recharger en cours de route. Les conducteurs privés sont 30 % à souhaiter une densification du réseau, en particulier avec des bornes de charge rapide.
Prêt pour l’extension du marché
Le développement du marché de la mobilité électrique n’en est encore qu’à sa genèse. Ceci est confirmé par les chiffres de vente de 2014: même si le chiffre a doublé par rapport à 2013 avec 2700 voitures électriques (dont les véhicules munis d’un «range-extender» et les «plug-in» hybrides) vendues, elles ne représentent que 0,9 % du marché. Pour stimuler la croissance, il faut continuer à baisser les coûts, à améliorer l’autonomie et à densifier le réseau de charge. L’étude démontre cependant, qu’aujourd’hui déjà, les voitures électriques sont parfaitement adaptées pour de nombreuses applications.
 
«KORELATION» a été soutenu par SuisseEnergie, AMAG, Demelectric, Electrosuisse, Groupe E, Mobility Solutions, ParkingCard Services, Renault, Siemens et l’Umwelt Arena.
La brochure résumant les résultats principaux, le rapport final de l’étude et l’ensemble des photos de presse sont disponibles sur www.e-mobile.ch.
Fondée en 1980, l’Association e’mobile se mobilise dans toute la Suisse en faveur de la commercialisation de véhicules routiers à faible consommation ou à moindres émissions, tels que les véhicules électriques, hybrides et à gaz naturel, ainsi que des carburants issus de matières premières renouvelables. Son Centre suisse des véhicules électriques s’occupe de toutes les questions concernant l’introduction dans le marché des véhicules électriques et hybrides «plug-in».
 
e’mobile Association
3001 Berne
Tél. 031 560 39 93


10 Novembre 2019  |  Énergie

Production d’électricité à partir de chaleur perdue

La machine à cycle organique de Rankine offre une approche technologique intéressante pour convertir la chaleur perdue en électricité. Le consortium bavarois constitué par l’Université de Bayreuth, l’Université technique Amberg-Weiden de Bavière orientale et la société DEPRAG développe de tels systèmes depuis plus de sept ans, en particulier des turbines de micro-expansion dans la plage de puissance inférieure à 50 kWe.
23 Mars 2020  |  Énergie

ITER : vers le lancement de la phase d’assemblage

Le Conseil ITER, organe exécutif de l’Organisation ITER, s’est réuni pour évaluer l’avancement du programme dans la perspective de la production du premier plasma en 2025. Le Conseil a confronté l’état d’avancement des fabrications, de la construction et de l’installation des pièces et systèmes, aux indicateurs de performance, ainsi qu’à la stratégie de construction révisée et validée au mois de juin 2018. Le programme a aujourd’hui réalisé plus de 65 % des tâches indispensables à la production du premier plasma.

POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch