19 Avril 2015  |  Énergie
Publié uniquement sur Internet

Le photovoltaïque en route vers la viabilité économique

Des modules photovoltaïque moins chers, la nouvelle réglementation de la consommation propre et des avancées technologiques dans le secteur des systèmes de stockage d’électricité permettent à un grand nombre de propriétaires d’exploiter avantageusement une installation solaire et de consommer le courant produit par leur propre toiture.

L’approvisionnement total en électricité se trouve à l’aube d’une métamorphose complète. Lors de l’édition 2015 du 13e Congrès photovoltaïque national, qui a attiré plus de 550 participants les 16 et 17 mars à Bâle, les chercheurs, exploitants, milieux politiques et représentants de la branche énergétique ont abordé les défis et chances de ce bouleversement.
Les systèmes photovoltaïques installés en Suisse sont au nombre de plus de 50’000; leur puissance totale atteint près dE 1 GW. Ces installations couvrent plus de 1,5 % des besoins énergétiques du pays. Mais leur potentiel est nettement supérieur: une surface de 80 km2 environ sur les toits et façades – soit moins de 20 % de la surface totale disponible sur les toits suisses – suffirait pour couvrir 20 % des besoins actuels en électricité.
 
Une nouvelle ère pour l’approvisionnement en électricité
La rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) a été introduite en 2009. Depuis, les prix du courant solaire ont baissé de presque 70 %. C’est à partir du début 2014 que les propriétaires d’installations solaires ont été autorisés à consommer le courant qu’ils produisent. Pour bon nombre d’entre eux, cette consommation propre constitue une alternative intéressante à l’injection au réseau.
En parallèle, des systèmes de stockage d’électricité décentralisés conquièrent le marché. Ils permettent aux petits producteurs d’augmenter encore leur autoconsommation et, pour une grande partie d’entre eux, de se découpler du réseau. Associés à la baisse des prix du marché, ces développements remettent en question les modèles commerciaux appliqués par l’industrie de l’électricité.
C’est à cette thématique que s’est voué le 13e Congrès photovoltaïque national, organisé par Swissolar en collaboration avec l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) et l’Association des entreprises électriques suisses (AES).
 
Centrales électriques et courant solaire: ériger des obstacles ou apporter son soutien?
La première journée a été marquée par un débat politique destiné à découvrir comment gérer la transformation de l’approvisionnement en électricité de manière raisonnable. Roger Nordmann, président de Swissolar et conseiller national, a souligné que l’évolution est inéluctable, mais que nous pouvons, pour l’instant, choisir entre un développement chaotique et un tournant énergétique contrôlé par la politique. «Il nous faut prendre acte que désormais, la production d’électricité sera un «business» à coût marginal bas, et que ses prix bas ne permettent pas d’amortir et de financer le capital investi», a-t-il déclaré. Selon lui, il faut un système de financement des coûts fixes tel que la RPC, afin de garantir les capacités de production nécessaires, car une rétribution est l’unique possibilité de financer les investissements à travers le prix de l’électricité.
Deux fournisseurs d’électricité ont montré, de leur côté, de quelle manière ils soutiennent le développement de l’énergie solaire en proposant de nouveaux modèles commerciaux. Il s’agit d’exemples démontrant les possibilités qu’ont les fournisseurs d’électricité de favoriser activement la transformation de l’approvisionnement électrique sans ériger des obstacles financiers et techniques inutiles pour la consommation propre.
 
Des technologies suisses pour le marché mondial
L’industrie solaire suisse souffre, elle aussi, du franc fort et de l’économie atone en Europe. Mais la recherche photovoltaïques extrêmement innovante en Suisse offre des chances pour l’avenir, notamment en vue de la production photovoltaïque multinationale à grande échelle prévue en Europe, qui a été présentée durant le congrès. En outre, la Suisse compte parmi les premiers pays du monde en ce qui concerne l’intégration des modules solaires dans l’enveloppe du bâtiment. C’est la raison pour laquelle un bloc complet d’exposés était consacré au thème «photovoltaïque et architecture».
Enfin, la sécurité d’approvisionnement en cas d’une contribution croissante du solaire est elle aussi un sujet important. Les intervenants de la deuxième journée ont présenté les approches de la recherche et des exemples pratiques montrant comment on peut équilibrer la production et les besoins, moyennant un contrôle intelligent de la consommation et des systèmes de stockage novateurs.
 
À propos de Swissolar
En sa qualité d’Association suisse des professionnels de l’énergie solaire, Swissolar défend les intérêts de près de 500 membres – totalisant quelque 8000 emplois dans l’industrie solaire suisse – face au grand public, aux milieux politiques et aux autorités régulatrices. Swissolar s’engage pour une augmentation rapide de l’exploitation de l’énergie solaire en Suisse, qu’elle soit utilisée pour la production d’électricité, pour le chauffage de bâtiments ou pour la préparation d’eau chaude sanitaire. La première pierre de l’association a été posée en 1978. Swissolar compte donc parmi les plus anciennes organisations du solaire au monde.
 
Swissolar
8005 Zurich
Tél.: 044 250 88 33 
www.swissolar.ch


23 Mars 2020  |  Énergie

ITER : vers le lancement de la phase d’assemblage

Le Conseil ITER, organe exécutif de l’Organisation ITER, s’est réuni pour évaluer l’avancement du programme dans la perspective de la production du premier plasma en 2025. Le Conseil a confronté l’état d’avancement des fabrications, de la construction et de l’installation des pièces et systèmes, aux indicateurs de performance, ainsi qu’à la stratégie de construction révisée et validée au mois de juin 2018. Le programme a aujourd’hui réalisé plus de 65 % des tâches indispensables à la production du premier plasma.

10 Novembre 2019  |  Énergie

Production d’électricité à partir de chaleur perdue

La machine à cycle organique de Rankine offre une approche technologique intéressante pour convertir la chaleur perdue en électricité. Le consortium bavarois constitué par l’Université de Bayreuth, l’Université technique Amberg-Weiden de Bavière orientale et la société DEPRAG développe de tels systèmes depuis plus de sept ans, en particulier des turbines de micro-expansion dans la plage de puissance inférieure à 50 kWe.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch