25 Avril 2012  |  Recherche
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 04/2012

Un écran tactile qui fait naître un relief sous le pouce

Des chercheurs de l’EPFL ont inventé une nouvelle génération de surface tactile, donnant la sensation d’un relief sous son doigt. Cette technologie ouvre la porte à de nombreuses applications, dont un accès facilité des médias électroniques aux malvoyants.

Enfin une surface vraiment tactile! Des chercheurs de l’EPFL travaillent sur une technique permettant de jouer sur le degré de rugosité de l’écran. Certaines zones peuvent ainsi changer de texture sous le doigt de l’utilisateur. Cette technologie, mise au point par le Laboratoire d’actionneurs intégrés (LAI), situé à Neuchâtel, est destinée aux téléphones «intelligents», aux ordinateurs et aux distributeurs automatiques.
«Nous ajoutons ainsi véritablement le sens haptique, c’est-à-dire du toucher, aux surfaces tactiles», relève Christophe Winter, doctorant au LAI, qui prépare sa thèse sur le sujet. «Des surfaces qui portent actuellement mal leur nom, car elles n’offrent en fait qu’un retour auditif et visuel.»
Au chapitre des applications, cette invention amènera un plus grand niveau d’ergonomie aux appareils en leur ajoutant un nouveau degré d’information. Elle permettra ainsi d’enrichir la lecture des documents ou des pages Internet, en attirant l’attention du lecteur sur certains éléments, par exemple, ou de donner une dimension ludique supplémentaire à des jeux vidéo. Sans oublier que l’accès aux personnes malvoyantes des téléphones «intelligents» et autres appareils électroniques s’en verra facilitée.
 
 
Sur un film d’air
Pour obtenir cet effet de relief, les chercheurs ont utilisé un matériau qui se met à vibrer lorsqu’une tension électrique lui est appliquée. Cette propriété est appelée la piézoélectricité. L’élément se dilate puis reprend sa forme initiale, le tout à un rythme très rapide et à une échelle nanométrique. «Ce mouvement génère des microvibrations, dont l’intensité peut être contrôlée mécaniquement», explique Yves Perriard, directeur du LAI. Ces vibrations – dont l’amplitude est de l’ordre d’un micron, soit l’épaisseur d’un centième de cheveu – sont imperceptibles pour l’être humain. Mais elles créent un léger film d’air entre la surface et le doigt, procurant ainsi une sensation de relief à l’utilisateur.
Cette technologie en est au stade du prototype. Les chercheurs travaillent encore sur divers développements, notamment des solutions pour améliorer la sélection et la finesse des zones que l’on souhaite faire apparaître en relief.

EPFL - Laboratoire d’actionneurs intégrés
2002 Neuchâtel 2
Tél: 032 720 53 10
www.lai.epfl.ch


11 Janvier 2019  |  Recherche

Un projet phare européen sur les technologies quantiques

Établir un leadership européen dans le domaine des capteurs quantiques, telle est l’ambition de macQsimal, un projet sélectionné par la Commission européenne pour son initiative «FET Flagship on Quantum Technologies». Coordonné par le CSEM, ce projet réunit quatorze partenaires industriels et académiques, dont les universités de Bâle et de Neuchâtel.
17 Février 2019  |  Recherche

Quatorze millions d’euros pour étudier le cœur des matériaux

Le Conseil européen de la recherche a octroyé à quatre scientifiques de l’Institut Paul Scherrer, de l’EPFL, de l’EPFZ et de l’Université de Stockholm, une bourse de 14 millions d’euros pour étudier le cœur des matériaux et découvrir de nouveaux effets quantiques qui n’ont pas été détectés ou qui ont été ignorés par les méthodes utilisées jusqu’à aujourd’hui.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch