19 Août 2013  |  Robotique
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 04/2013

Connexion de cellules robotisées à des réseaux industriels

La société suédoise Svensk Industriautomation (SVIA) fait appel à des passerelles X-gateway Anybus pour connecter ses cellules robotisées basées sur le protocole de communication DeviceNet aux différents réseaux utilisés par ses clients. Dans le cas où les robots doivent communiquer avec d’autres réseaux, ces passerelles permettent de gérer la conversion grâce à un logiciel intégré.

Basée à Jönköping, en Suède, la société d’automatisation Svensk Industriautomation (SVIA) développe des systèmes de robots pour ses clients scandinaves, allemands, britanniques, néerlandais et américains. Les systèmes se présentent sous forme de cellules robotisées capables de communiquer avec les autres systèmes utilisés dans une usine. Au cœur des cellules robotisées se trouve le système de vision exclusif de cette société, nommé Pickvision. Ce logiciel détecte avec précision comment un objet donné est positionné sur une bande transporteuse, ce qui permet au robot de le saisir. En d’autres termes, la société SVIA donne la «vue» aux robots. Cette technologie a du succès dans le secteur de l’automatisation, ce qui a permis à cette société de doubler son chiffre d’affaires au cours des dernières années.
«Notre point fort réside dans la simplicité du système», estime Anders Mandorsson, concepteur et chef de projet chez SVIA. «Il est très facile d’indiquer au robot ce qu’il doit saisir sur la bande transporteuse». A l’aide du logiciel Pickvision, l’utilisateur prend une photo de l’objet à saisir sur la bande. Le logiciel détecte automatiquement sa forme. Chaque fois qu’elle rentre dans le champ de la caméra, le robot détermine comment saisir l’objet.
 
Dans le logiciel Pickvision, l’opérateur détermine ce qui doit être saisi sur la bande transporteuse. Une photo de chaque article est prise et le logiciel identifie les formes.
 
Une connexion utilisant DeviceNet et PROFIBUS
Comme la plupart des systèmes d’automatisation avancés, les cellules robotisées de la société SVIA doivent communiquer avec le réseau industriel utilisé au sein de l’usine. Ce type de communication est parfois complexe à réaliser. «Il y a quelques années, nous avons fabriqué une cellule robotisée pour un client qui s’était engagé à nous fournir un accès à son système PROFIBUS. Au bout d’un certain temps, il devint pourtant clair que notre système allait être utilisé dans un nœud distinct du réseau du client. C’est alors que nous avons découvert les passerelles X-gateway Anybus de la société HMS Industrial Networks. Nous avons essayé d’en installer une dans notre armoire et elle a parfaitement géré la conversion entre notre système basé sur le protocole de communication DeviceNet et le système PROFIBUS du client», explique Anders Mandorsson.
Depuis, la société SVIA a utilisé les passerelles X-gateway Anybus dans de nombreuses cellules robotisées livrées à ses clients dans le monde entier. «Nous utilisons DeviceNet dans la plupart de nos armoires. Plutôt que de devoir gérer nous-mêmes la conversion pour d’autres réseaux, nous installons simplement une passerelle X-gateway. Cette solution est moins chère mais surtout, elle simplifie les choses pour le client, car celui-ci bénéficie d’une séparation claire entre notre système et le réseau de son usine», déclare Anders Mandorsson.
 
Lorsque la cellule robotisée est en fonctionnement, une caméra placée au plafond permet au robot de savoir avec précision ce qu’il doit saisir et comment effectuer l’opération.
 
Le principe de fonctionnement
Ces cellules robotisées de la société SVIA proviennent généralement de robots de l’entreprise ABB, fonctionnant dans les réseaux basés sur le protocole de communication DeviceNet. Mais s’ils doivent être connectés à un autre réseau, par exemple PROFIBUS (avec un API Siemens) ou EtherCAT (avec un API Beckhoff), un «traducteur» est nécessaire. Les passerelles X-gateway Anybus gèrent la conversion entre les deux réseaux grâce à un logiciel intégré, qui restructure les télégrammes émis par une partie et les rend compréhensibles par l’autre. La configuration, qui ne nécessite aucune programmation, s’effectue en quelques minutes à l’aide du logiciel Anybus Configuration Manager.
 
Une passerelle X-gateway Anybus gère la conversion entre le système DeviceNet de l’armoire du robot et le réseau PROFIBUS du client.
 
Une connexion flexible
Ces cellules très flexibles peuvent être facilement ajustées à différentes applications client: montage, emballage, perçage et lattage. Grâce aux passerelles X-gateway Anybus, cette société propose des solutions en termes de connexion à différents réseaux. «Pour être franc, nous ne nous préoccupons plus vraiment des réseaux», déclare Anders Mandorsson. «Lorsque nous créons un système de robot, nous nous contentons de commander le modèle de passerelle X-gateway capable d’effectuer la conversion vers le réseau industriel concerné, nous le branchons, et cela fonctionne immédiatement».
 
À propos de HMS Industrial Networks
La société HMS Industrial Networks, qui emploie 240 personnes, est l’un des leaders dans les technologies de réseaux pour les systèmes d’automatisation. Située à Halmstad en Suède, elle développe et fabrique des solutions pour interfacer des dispositifs d’automatisation avec des réseaux industriels. Les ventes et le service sont assurés par ses filiales à Chicago, Pékin, Pune, Copenhague, Coventry, Karlsruhe, Milan, Mulhouse et Tokyo.

Svensk Industriautomation AB
SE-55628 Jönköping
Tél: +46 (0) 362100000
www.svia.se

HMS Industrial Networks
SE-30245 Halmstad
Tél: +46 (0) 35172993
www.hms.se


03 Décembre 2018  |  Robotique

Les ingénieux cobots de la BFH-TI

La Fédération internationale de la robotique (IFR) l’affirme sans détour: d’ici à 2020, 1,7 million de nouveaux robots transformeront les usines du monde entier. Subsister sur le marché mondial exige de concilier qualité supérieure et coûts réduits. Et rester en phase avec la précision et la miniaturisation des processus implique d’intégrer des robots à la fabrication. Mais pas n’importe lesquels: des robots intelligents, comme ceux que programme le professeur Gabriel Gruener et son équipe à la Haute école spécialisée bernoise (BFH-TI).
29 Août 2018  |  Robotique

Un nouveau logiciel pour la robotique

Présenté au salon CFIA à Rennes du 13 au 15 mars 2018, le logiciel de simulation RobotStudio® d’ABB robotique est un produit qui accompagne l’utilisateur dans son projet robotisé, depuis la conception jusqu’à la réalisation, y compris l’utilisation et l’optimisation des moyens de production, tout au long du cycle de vie.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch