24 Février 2019  |  Environnement
Publié uniquement sur Internet

Une nouvelle usine d’épuration de biogaz

En avril 2018, le constructeur d’installations énergétiques ETW Energietechnik a mis en service sa première usine d’épuration de biogaz à Scherwiller, en France. Avec une capacité de traitement de 230 à 385 Nm3/h, ce type d’installation a été spécialement développé pour le marché français. Une deuxième usine est en construction.

«La France est actuellement l’un des principaux marchés pour les usines de biométhane en Europe», explique Marco Weiss, directeur général de l’entreprise allemande ETW Energietech­nik GmbH. En effet, le biométhane gagne actuellement du terrain dans l’hexagone. Les experts en énergie prédisent que d’ici 2030, la France sera en mesure de couvrir un tiers de ses besoins en gaz avec du biométhane. L‘application de technologies d’épuration effi­caces et ayant fait leurs preuves dans l’industrie est une condition préalable à la mise en œuvre de ces projets.
«Dans un passé récent, nous avons eu une forte demande d’installations compactes dans la gamme de performance allant jusqu’à 500 Nm3/h de biogaz. Avec notre partenaire français GASEO, nous avons donc décidé d’intégrer notre technologie ETW SmartCycle®, déjà éprouvée sur des installations de débits plus importants, dans un concept de conteneur compact, souple et économe en énergie», explique Marco Weiss. Car la cons­truction compacte réduit l’encombrement et les temps de montage sur le chantier. Le fabricant d’installations Rytec, de Baden-Baden, est responsable de l’ensemble du développement du projet et de la ligne de fermentation installée.
 
En avril 2018, le constructeur d’installations ETW Energietechnik a installé sa première usine d’épuration de biogaz à Scherwiller, en France.
 

Le procédé d’épuration PSA
La souplesse d’exploitation de l’installation permet à l’opérateur de s’adapter directement à sa production de biogaz sans avoir à subir des pertes de qualité. La commande de processus intelligente réagit de manière entièrement automa­tique, même en cas de fluctuations importantes du débit ou de changement de qualité du biogaz brut. Cela signifie qu’il n‘y a pas de perte de rendement ou de qualité du biométhane produit.
Depuis les années 80, le procédé à sec PSA (Pressure Swing Adsorption) d’épuration des gaz, autorégénérateur et par modulation de pression, a été mis en place dans le secteur des gaz indust­riels, en raison de son taux de disponibilité élevé. Ce système s’adapte en fonction de la variation de la richesse en méthane qui compose le biogaz brut, en ajustant les temps de cycle d’adsorption selon la composition du biogaz brut entrant. Il permet de séparer le méthane du CO2.
Le biogaz désulfuré et séché est introduit sous pression (3 bar) dans un adsorbeur et traverse de bas en haut un adsorbant composé d’un tamis moléculaire de charbon actif, dans lequel le CO2 est retenu et emprisonné. Le méthane contenu dans le biogaz, traverse cet adsorbeur. À la sortie de l’adsorbeur, le gaz est enrichi en biométhane et peut être réinjecté dans le réseau public de gaz naturel.

Une qualité difficilement prévisible
La qualité du biogaz est difficilement prévisible et est parfois très variable, en raison de grandes quantités de résidus et de déchets qu’il peut contenir (CO2, H2S, COV, siloxanes, par exemple). «Il faut donc s’attendre à des pertes de rendement importantes dans d’autres sys­tèmes et à des temps d’arrêt de l’installation dus à des composants perturbateurs dans le biogaz. La technolo­gie ETW SmarCycle® PSA permet de nous adapter à ces conditions. Avec plus de 150’000 heures de fonctionnement, nos centrales d’épuration de biométhane affichent une disponibilité de plus de 99 %», explique Oliver Jende, directeur des ventes des usines de biométhane chez ETW.
Avec le soutien de Rytec, l’exploitant de l’usine, Bernard Winterhalter, travaille sur différentes méthodes d’épuration depuis 2016. «À cette époque, il nous est rapidement apparu que nous avions besoin d’un procédé à sec, en raison des coûts d‘exploitation réduits par rapport aux alternatives humides. Seules les technologies de membrane et de PSA étaient disponibles dans cette option», explique Bernard Winterhalter. «Cependant, il était tout aussi important pour l’opérateur de minimiser les risques causés par d’éventuelles impuretés. Le procédé PSA nous a donc convaincus, non seulement parce qu’il se régénère en permanence, mais aussi parce que le tamis moléculaire, en raison de sa masse très élevée, est nettement moins sensible aux impuretés.

Une deuxième usine en construction
ETW Energietechnik et GASEO construisent actuelle­ment une deuxième usine pour le marché français, à Arcis-sur-Aube, dans le nord-est du département de l’Aube. Sa capacité de traitement sera de 870 Nm3/h de biogaz provenant d’une usine de fermentation de déchets. Elle sera mise en service avant la fin de cette année.

À propos de GASEO
Entreprise française indépendante, spécialisée dans la production d’énergie à partir de biogaz, GASEO conçoit, construit et exploite des installations de transformation du biogaz en biométhane par le procédé d’épuration PSA. Elle est le partenaire d’ETW pour la France.

À propos d’ETW Energietechnik GmbH
ETW Energietechnik GmbH est une entreprise d’ingénierie située à Moers, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. C’est un constructeur de centrales de cogénération et d’installations d’épurati­on de gaz naturel, de biogaz, de gaz de mine, de gaz de synthèse, ainsi que de gaz à faible teneur de méthane.
 
 
GASEO
F-73377 Le Bourget du Lac
Tél. +33 (0)4 79 33 13 13

www.gaseo.fr
 
ETW Energietechnik GmbH
D-47445 Moers
Tél. +49 2841 99900
etw-energie.de

Rytec GmbH Frankfurt a. M.
D-76532 Baden-Baden
Tél. +49 7221 377600

www.rytec.com


13 Mars 2019  |  Environnement

L’intelligence artificielle explore la biodiversité des écosystèmes

Des chercheurs de l’Université de Genève ont développé une méthode qui allie la génomique et les outils d’apprentissage automatique pour explorer la biodiversité microbienne des écosystèmes. Ils ont mis au point une approche combinant deux technologies de pointe en se servant d’outils génomiques pour séquencer l’ADN des micro-organismes, puis exploitent cette masse considérable de données grâce à l’intelligence artificielle.
14 Avril 2019  |  Environnement

Du plastique partout dans le Léman

L’augmentation constante de la quantité de plastiques dans les océans, les lacs et les cours d’eau est préoccupante. Le Léman et ses affluents n’échappent malheureusement pas à ce fléau. Suite à plusieurs études menées tant en Suisse que dans le monde, l’Association pour la Sauvegarde du Léman (ASL) a voulu en savoir davantage sur ce problème, tel qu’il se pose dans le bassin lémanique.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch