28 Mars 2013
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2013

La criminalité contre les entreprises «in China»

par Brigitte Bouhours, Thierry Bouhours et Roderic Broadhurst

Résumé
Cet article présente les résultats d’une enquête de victimisation de grande ampleur réalisée en 2006 auprès de 5117 entreprises à Hong Kong, Shanghai, Shenzhen et Xi’an. Plus d’un quart de ces entreprises (26,2 %) ont reporté au moins un incident de victimisation criminelle au court de l’année passée, mais la criminalité économique (par ex. fraudes, corruption, extorsion, violation de propriété intellectuelle) était plus fréquente que la criminalité ordinaire (par ex. les vols qualifiés, les voies de fait ou les vols simples). Dans les quatre villes, le taux de crime économique (22,6 %) était 3,4 fois plus élevé que celui de la délinquance ordinaire (6,7 %). Les entreprises de Shenzhen courraient plus de risques de crime économique (27,9 %) que celles de Xi’an (25,3 %) et Hong Kong et Shanghai (19,5 %). Un peu plus de 6 % de répondants ont été les victimes de la corruption. Les grandes entreprises étaient particulièrement prône à la criminalité, spécialement les fraudes. Cette enquête indique que le taux de victimisation reporté par les entreprises qui opèrent en Chine était moins élevé que pour les compagnies d’autres économies émergentes aussi bien que celles situées en Europe de l’Ouest ou de l’Est. Nous discutons le niveau de criminalité contre les entreprises en Chine en utilisant, au niveau macro, les idées de Durkheim sur la modernisation et le crime et de Shelley sur l’impact de l’urbanisation; et aux niveaux méso et micro, les théories des opportunités et de l’activité de routine.
 
Summary
The results of a large victimisation survey conducted in 2006 of 5,117 businesses in Hong Kong, Shanghai, Shenzhen and Xi’an are reported. Over one-quarter (26.2 per cent) of businesses reported at least one incident of crime over the past year, but higher risks of commercial crimes (i.e., fraud, bribery, extortion and intellectual property offences) than common crime (i.e., robbery assault, and theft) were found. Across the cities, the rate of commercial crime (22.6 per cent) was 3.4 times that of common crime (6.7 per cent) and businesses in Shenzhen were at higher risk of commercial crime (27.9 per cent) than those in Xi’an (25.3 per cent) and Hong Kong and Shanghai (19.5 per cent). Just over 6 per cent of respondents mentioned incidents of bribery. Larger businesses were most at risk especially of fraud and differences between the cities were small. The survey shows that the level of crime reported by businesses located in China was lower than other emerging economies as well as Western and Eastern Europe. Explanations about the level of crime against business in China are discussed at the macro level using Durkheimian ideas on modernisation and crime and at the meso/micro levels by drawing from opportunity and routine activity theories.
 


16 Décembre 2019

Proposition d’une méthodologie d’évaluation de l’identité en voie de radicalisation

Devant la multiplicité d’arrestations de personnes pour une problématique de radicalité, si ce n’est d’actes terroristes, les professionnels de la détention doivent faire face à deux questions: celle de l’évaluation et celle de l’accompagnement ou de la prise en charge. Cet article propose une articulation de cette problématique en définissant quatre questionnements que doivent avoir les professionnels en charge de ce public: i) quoi?; ii) que faire?; iii) pour quoi faire?; iv) comment faire? A partir d’une analyse approfondie qui, à l’instar des préconisations du Good Lives Model, vise l’appréciation des investissements de la personne dans ses différentes sphères de vie, dans une double lecture: synchronique et diachronique. La lecture de ces plans de vie, permet aux professionnels de co-construire avec la personne accompagnée un plan d’accompagnement.
20 Janvier 2020

Annonce du XVIIe colloque de l’AICLF

Le prochain colloque de l’AICLF se déroulera du 16 au 18 mai 2021 à l’Université d’Ottawa au Canada.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch