28 Septembre 2012
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 03/2012

Problématiques et règles d’emploi criminalistiques des engins de chantier pour la recherche de cadavres enfouis. L’expérience de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (France).

par Patrice Georges, Florent Ducrettet, Franck Nolot, Jean Richebé et Yves Schuliar

Résumé
Les méthodes pour la localisation et le dégagement de restes humains enfouis sont nombreuses. Elles sont bien développées dans la littérature forensique, qu’elle soit archéologique ou anthropologique. En France, elles ont été développées par la Gendarmerie nationale, en particulier par l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN). De récents développements sont à signaler non pas tant du point de vue des techniques utilisées que de leur politique d’emploi. Dans ce contexte, l’utilisation d’une pelle mécanique peut être considérée comme une méthode méticuleuse et non destructive. Sur une zone de recherche  délimitée, seul un décapage extensif, avec l’expérience d’un spécialiste, permet d’assurer que l’absence de résultat suggérée par les autres méthodes employées (géoradar, chiens..), est une véritable information.
 
Summary
There are many methods of clandestine grave detection and recovery. Theses topics are well covered in the forensic literature (archaeology and anthropology). In France, these methods have been developed by the French National Gendarmerie, particularly by The Forensic Sciences Institute of the French National Gendarmerie (FSIFG). Recent developments can be reported not so much in terms of techniques used but rather in their employment policy. In this context, using a blackhoe can be considered like a meticoulous and non destructive method. On a bounded search area only one extensive scraping, with the experience of a specialist, ensures that the lack of results suggested by other methods (ground penetrating radar, cadaver dogs…), is a true information.
 


16 Décembre 2019

La réinsertion des délinquants entre mythe et réalité

En dépit de notables progrès, la prison est confrontée au défi d’avoir à réinsérer dans un système qui demeure total, notamment du fait du carcan disciplinaire et de l’impératif sécuritaire. Mais les obstacles à la réinsertion tiennent non moins à l’institutionalisation et à la prisonnièrisation dont la synergie délétère est souvent aggravée par les séquelles d’histoires individuelles souvent chargées et des troubles psychiques. A ces difficultés s’ajoute, en fin de peine, l’angoisse de la sortie. C’est singulièrement le cas après une longue détention s’agissant des libérés, nombreux, ayant perdu tout repère surtout quand livrés à eux-mêmes à défaut du moindre soutien personnel. Même surmontée, l’épreuve augure mal de la vie après la peine et des effets collatéraux de la prison. Quels remèdes et quels acteurs, en détention comme après celle-ci, pour permettre un retour réussi dans la communauté des enfants prodigues? La panacée serait-elle une justice restauratrice qui, ne tendant plus essentiellement à la déchéance et à l’humiliation, favoriserait la réparation volontaire et, avec le concours de toutes les parties prenantes, permettrait ainsi le rétablissement du lien social rompu par l’infraction.
16 Décembre 2019

Proposition d’une méthodologie d’évaluation de l’identité en voie de radicalisation

Devant la multiplicité d’arrestations de personnes pour une problématique de radicalité, si ce n’est d’actes terroristes, les professionnels de la détention doivent faire face à deux questions: celle de l’évaluation et celle de l’accompagnement ou de la prise en charge. Cet article propose une articulation de cette problématique en définissant quatre questionnements que doivent avoir les professionnels en charge de ce public: i) quoi?; ii) que faire?; iii) pour quoi faire?; iv) comment faire? A partir d’une analyse approfondie qui, à l’instar des préconisations du Good Lives Model, vise l’appréciation des investissements de la personne dans ses différentes sphères de vie, dans une double lecture: synchronique et diachronique. La lecture de ces plans de vie, permet aux professionnels de co-construire avec la personne accompagnée un plan d’accompagnement.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch