20 Janvier 2020

Annonce du XVIIe colloque de l’AICLF

Le prochain colloque de l’AICLF se déroulera du 16 au 18 mai 2021 à l’Université d’Ottawa au Canada.

Exceptionnellement, le colloque de l’AICLF prévu en 2020 est décalé en 2021*. A cette occasion, nous avons l’immense plaisir de vous annoncer le prochain colloque de l’AICLF qui se déroulera du 16 au 18 mai 2021 à l’Université d’Ottawa au Canada.

Nous nous réjouissons d’ores et déjà de cette opportunité de rencontres et de dialogues entre chercheurs et praticiens.

Les informations concernant la thématiques et l’appel à communications seront disponibles dans le courant du printemps 2020.

LIEN

 


* le rythme bisannuel des colloques reprendra son cours habituel avec un colloque prévu pour 2022



16 Décembre 2019

Proposition d’une méthodologie d’évaluation de l’identité en voie de radicalisation

Devant la multiplicité d’arrestations de personnes pour une problématique de radicalité, si ce n’est d’actes terroristes, les professionnels de la détention doivent faire face à deux questions: celle de l’évaluation et celle de l’accompagnement ou de la prise en charge. Cet article propose une articulation de cette problématique en définissant quatre questionnements que doivent avoir les professionnels en charge de ce public: i) quoi?; ii) que faire?; iii) pour quoi faire?; iv) comment faire? A partir d’une analyse approfondie qui, à l’instar des préconisations du Good Lives Model, vise l’appréciation des investissements de la personne dans ses différentes sphères de vie, dans une double lecture: synchronique et diachronique. La lecture de ces plans de vie, permet aux professionnels de co-construire avec la personne accompagnée un plan d’accompagnement.
16 Décembre 2019

L’efficacité des interventions policières visant la criminalité des proxénètes

Le proxénétisme prend des formes et des styles de gestion diversifiés; certains proxénètes sont non violents, d’autres ont recours à la violence et finalement d’autres se caractérisent par une délinquance polymorphe. Sachant que peu de délinquants maintiennent un rythme d’activités criminelles constant pendant leur trajectoire, il est possible que les interventions policières amènent les proxénètes à s’abstenir de commettre des crimes ou à en commettre des moins graves. L’article répond à la question suivante: l’activité délinquante des proxénètes est-elle neutralisée ou ralentie par les enquêtes et la surveillance des policiers qui les visent? L’étude identifie les interventions policières qui ont un effet sur la durée des périodes d’inactivité criminelles de proxénètes enquêtés et sur la réduction de la gravité de leurs délits et crimes. Nous distinguons des effets selon deux types de proxénétisme: coercitif et non coercitif. À l’aide des trajectoires criminelles et policières de 589 personnes enquêtées pour du proxénétisme dans une grande ville canadienne de 2001 à 2014, nous avons effectué des corrélations non paramétriques, des corrélations de mesures répétées et des modèles de régression de Cox dont les covariés sont temporalisés. Les résultats mettent en lumière que les enquêtes tendent à augmenter la durée de l’inactivité criminelle des proxénètes. Chez les proxénètes non coercitifs, elles ne préviennent pas l’occurrence de crimes subséquents. Les contrôles d’identité et des bris de conditions réduisent l’occurrence de crimes subséquents. Les enquêtes visant des crimes graves augmentent les probabilités d’une réduction de la gravité du prochain crime chez les proxénètes non coercitifs.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch