16 Décembre 2019
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2019

L’efficacité des interventions policières visant la criminalité des proxénètes

par Véronique Chadillon-Farinacci et Maurice Cusson

Résumé
Le proxénétisme prend des formes et des styles de gestion diversifiés; certains proxénètes sont non violents, d’autres ont recours à la violence et finalement d’autres se caractérisent par une délinquance polymorphe. Sachant que peu de délinquants maintiennent un rythme d’activités criminelles constant pendant leur trajectoire, il est possible que les interventions policières amènent les proxénètes à s’abstenir de commettre des crimes ou à en commettre des moins graves. L’article répond à la question suivante: l’activité délinquante des proxénètes est-elle neutralisée ou ralentie par les enquêtes et la surveillance des policiers qui les visent? L’étude identifie les interventions policières qui ont un effet sur la durée des périodes d’inactivité criminelles de proxénètes enquêtés et sur la réduction de la gravité de leurs délits et crimes. Nous distinguons des effets selon deux types de proxénétisme: coercitif et non coercitif. À l’aide des trajectoires criminelles et policières de 589 personnes enquêtées pour du proxénétisme dans une grande ville canadienne de 2001 à 2014, nous avons effectué des corrélations non paramétriques, des corrélations de mesures répétées et des modèles de régression de Cox dont les covariés sont temporalisés. Les résultats mettent en lumière que les enquêtes tendent à augmenter la durée de l’inactivité criminelle des proxénètes. Chez les proxénètes non coercitifs, elles ne préviennent pas l’occurrence de crimes subséquents. Les contrôles d’identité et des bris de conditions réduisent l’occurrence de crimes subséquents. Les enquêtes visant des crimes graves augmentent les probabilités d’une réduction de la gravité du prochain crime chez les proxénètes non coercitifs.

Summary
Pimping takes a variety of forms and management styles; some pimps are non-violent, others resort to violence and others are characterized by a polymorphous delinquency. Few offenders maintain a consistent pattern of criminal activity during their trajectory; police interventions may influence pimps to refrain from committing crimes or to commit less serious crimes. The article answers to the following question: is pimps’ delinquent activity neutralized or slowed down by police investigations and surveillance? The study identifies police interventions that have a direct effect on the length of periods of criminal inactivity of investigated pimps and on reducing the severity of their crimes. We distinguish the effect of these characteristics by types of pimping: coercive and non-coercive. Using the criminal and police trajectories of 589 people investigated for pimping in a large Canadian city from 2001 to 2014, we performed non-parametric correlations, repeated measures correlations, and Cox regression models that include time-varying covariates. The results highlight that investigations tend to increase the duration of criminal inactivity of pimps, but they do not prevent the occurrence of subsequent crimes of non-coercive pimps. Police surveillance reduces the occurrence of subsequent crimes, but have no impact reducing crimes severity of pimps’ crimes. Serious crime investigations increase the likelihood of reducing the severity of the next crime among non-coercive pimps.


16 Décembre 2019

La réinsertion des délinquants entre mythe et réalité

En dépit de notables progrès, la prison est confrontée au défi d’avoir à réinsérer dans un système qui demeure total, notamment du fait du carcan disciplinaire et de l’impératif sécuritaire. Mais les obstacles à la réinsertion tiennent non moins à l’institutionalisation et à la prisonnièrisation dont la synergie délétère est souvent aggravée par les séquelles d’histoires individuelles souvent chargées et des troubles psychiques. A ces difficultés s’ajoute, en fin de peine, l’angoisse de la sortie. C’est singulièrement le cas après une longue détention s’agissant des libérés, nombreux, ayant perdu tout repère surtout quand livrés à eux-mêmes à défaut du moindre soutien personnel. Même surmontée, l’épreuve augure mal de la vie après la peine et des effets collatéraux de la prison. Quels remèdes et quels acteurs, en détention comme après celle-ci, pour permettre un retour réussi dans la communauté des enfants prodigues? La panacée serait-elle une justice restauratrice qui, ne tendant plus essentiellement à la déchéance et à l’humiliation, favoriserait la réparation volontaire et, avec le concours de toutes les parties prenantes, permettrait ainsi le rétablissement du lien social rompu par l’infraction.
16 Décembre 2019

Investigations forensiques lors d’incidents atomiques, biologiques et chimiques en Suisse: Contexte et réflexions préliminaires

Au cours des dix dernières années, le domaine de l’investigation forensique d’incidents impliquant des agents atomiques, biologiques ou chimiques (ABC) a gagné en importance. Néanmoins, les domaines de la protection ABC et de la science forensique restent souvent bien distincts. Sachant que les compétences nécessaires pour d’une part gérer les incidents ABC et d’autre part mener à bien des investigations forensiques sont d’ores et déjà disponibles en Suisse, les auteurs sont convaincus qu’une mise en commun de ces deux disciplines est la clef pour mener à bien une investigation forensique d’incidents impliquant des agents ABC. A cet effet, le présent manuscrit se propose de résumer les deux domaines concernés, à savoir; la gestion d’incidents impliquant des agents ABC (section 2) et l’investigation forensique (section 3). Une brève présentation des tendances européennes concernant l’investigation forensique d’incidents ABC sera fournie dans la section 4. Toutes ces informations serviront de base à la discussion concernant les points importants à considérer pour mettre en place une procédure d’investigation d’incidents impliquant des agents du type ABC en Suisse.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch