25 Septembre 2019
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 03/2019

Évaluer les consommations de produits psychotropes en milieu festif: à la croisée des indicateurs

par Lisa Benaglia, Frank Zobel, Olivier Delémont et Pierre Esseiva

Résumé
Traditionnellement, la consommation de produits psychotropes en milieu festif a été évaluée par le biais de sondages autoreportés ou d’entretiens, qui seront caractérisées de méthodes conventionnelles. Plus récemment, l’épidémiologie basée sur l’analyse des eaux usées (ou analyse des eaux usées), les laboratoires d’analyse de stupéfiants (drug checking) et l’analyse des urines contenues dans les toilettes portables ont été proposés. Cet article commence par une recherche de littérature concernant l’application de l’analyse des eaux usées en milieu festif. Le type d’information recueillie par l’analyse des eaux usées et le résultat obtenu sont notamment considérés. Ces problématiques sont ensuite systématiquement traitées dans le contexte des méthodes conventionnelles, des laboratoires d’analyse de stupéfiants et de l’analyse des urines contenues dans les toilettes portables, afin d’illustrer les convergences et divergences entre ces différents indicateurs. Ainsi, une convergence de l’ensemble des indicateurs concernant la nature des consommations de produits psychotropes en milieu festif a été mise en évidence. L’ensemble des indicateurs indique que les produits les plus consommés en milieu festif sont l’alcool, le tabac, le cannabis, la cocaïne, la MDMA et l’amphétamine. En outre, confronter les connaissances en matière de consommations de produits psychotropes en milieu festif permet d’évaluer dans quelle mesure l’analyse des eaux usées est complémentaire aux autres indicateurs existants. L’analyse des eaux usées permet de monitorer au cours du temps les consommations de produits psychotropes et d’en estimer les quantités consommées, au jour le jour, lors de diverses éditions d’un même évènement. Le but de cet article est ainsi de comprendre la contribution de l’analyse des eaux usées en milieu festif et enfin, de proposer une stratégie de son déploiement pour qu’elle fournisse une information utile sur la nature et l’ampleur des consommations de produits psychotropes, caractéristiques de ce milieu.

Summary
Traditionally, psychotropic use in the festive context has been assessed by estimating prevalence using self-reported surveys and by interviews, that will be defined as conventional methods. More recently, wastewater based-epidemiology (or wastewater analysis) has been proposed to monitor trends of psychotropic use, along with other indicators (drug checking laboratories and analysis of urines contained in portable toilets). This article starts with a review of the literature on the application of wastewater analysis within the festive environment. Some considerations are made about the type of the collected information and its outcome. These issues are then systematically addressed in the context of conventional methods, drug checking laboratories and analysis of urines contained in portable toilets, to stress convergence and divergence between these indicators. Thus, a convergence of all indicators concerning the nature of psychotropic consumption in the festive context was highlighted. In such environment, the set of indicators indicates that the most consumed products in are alcohol, tobacco, cannabis, cocaine, MDMA and amphetamine. Furthermore, confronting knowledge about psychotropic consumption within the festive context underlines how wastewater analysis complements other existing indicators. Wastewater analysis thus enables monitoring psychotropic use over time, daily, during various editions of the same event and provides consumption estimates at the scale of the latter. The aim of this article is therefore to understand the contribution of wastewater analysis in the festive context, and, finally, to suggest a strategy for its deployment so it may provide useful information about the nature and extent of psychotropic use within in such environment.


25 Novembre 2019

Une récompense exceptionnelle pour un chercheur en sciences forensiques

Christophe Champod, professeur à l’Ecole des sciences criminelles (ESC) de l’Université de Lausanne, reçoit la médaille Douglas M. Lucas 2020, soit la distinction la plus prestigieuse au monde dans le domaine des sciences forensiques.
25 Septembre 2019

Malaise dans les prisons françaises – Une éthique professionnelle en porte à faux face à la radicalisation

Les surveillants de prison, comme tous les professionnels travaillant de près ou de loin avec les détenus sont sollicités par leur hiérarchie pour détecter des signes de radicalisation – sans nécessairement avoir pris le temps de définir la notion. Ils sont, pour ainsi dire, sommés d’identifier les détenus en voie de radicalisation. Or les témoignages que nous avons recueillis dans le cadre de deux récentes recherches, indiquent que ces professionnels se sentent souvent démunis vis-à-vis de cette «commande venue d’en haut». Après avoir montré combien la notion de radicalisation peine à faire consensus également chez les scientifiques et présenté les démarches adoptées sur nos deux terrains d’enquête, nous voudrions ici rendre compte de ce malaise en prison qui visiblement met à mal l’éthique professionnelle de ces travailleurs qui continuent à penser faire le «sale boulot».
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch