25 Septembre 2019
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 03/2019

Le théâtre comme média de prévention de la radicalisation : évaluation du projet « Nadia »

par Fabienne Glowacz et Isabelle Collard

Résumé
La prévention dans le domaine de la radicalisation violente est devenue un enjeu sociétal. De nombreuses initiatives  et actions de prévention menées partout en Europe mobilisent divers médias. Cependant, peu de dispositifs de prévention ne sont évalués. L’article porte sur l’évaluation d’un projet mené au sein des écoles par le Théâtre de Liège (en Belgique) autour de la pièce de théâtre «Nadia» qui avait pour objectif de sensibiliser les étudiants à la problématique de l’extrémisme violent, et de susciter une réflexion sur les processus en jeu. L’évaluation basée sur une double méthodologie a mis en évidence une transformation des représentations des jeunes par rapport à la radicalisation, et des impacts au niveau des connaissances et attitudes des jeunes.

Summary
Prevention in the field of violent radicalization has become a societal issue. Many initiatives and preventive actions are carried out all over Europe, mobilising a numerous media. However, few prevention measures are evaluated. The article focuses on the evaluation of a project conducted by the Théâtre de Liège (in Belgium) around the play "Nadia". It aimed to raise awareness among students about the problem of violent extremism, and to stimulate reflection on the processes involved. The evaluation based on a double methodology has revealed a transformation of the representations of young people concerning radicalization, and effects on the level of knowledge and attitudes.


16 Décembre 2019

L’efficacité des interventions policières visant la criminalité des proxénètes

Le proxénétisme prend des formes et des styles de gestion diversifiés; certains proxénètes sont non violents, d’autres ont recours à la violence et finalement d’autres se caractérisent par une délinquance polymorphe. Sachant que peu de délinquants maintiennent un rythme d’activités criminelles constant pendant leur trajectoire, il est possible que les interventions policières amènent les proxénètes à s’abstenir de commettre des crimes ou à en commettre des moins graves. L’article répond à la question suivante: l’activité délinquante des proxénètes est-elle neutralisée ou ralentie par les enquêtes et la surveillance des policiers qui les visent? L’étude identifie les interventions policières qui ont un effet sur la durée des périodes d’inactivité criminelles de proxénètes enquêtés et sur la réduction de la gravité de leurs délits et crimes. Nous distinguons des effets selon deux types de proxénétisme: coercitif et non coercitif. À l’aide des trajectoires criminelles et policières de 589 personnes enquêtées pour du proxénétisme dans une grande ville canadienne de 2001 à 2014, nous avons effectué des corrélations non paramétriques, des corrélations de mesures répétées et des modèles de régression de Cox dont les covariés sont temporalisés. Les résultats mettent en lumière que les enquêtes tendent à augmenter la durée de l’inactivité criminelle des proxénètes. Chez les proxénètes non coercitifs, elles ne préviennent pas l’occurrence de crimes subséquents. Les contrôles d’identité et des bris de conditions réduisent l’occurrence de crimes subséquents. Les enquêtes visant des crimes graves augmentent les probabilités d’une réduction de la gravité du prochain crime chez les proxénètes non coercitifs.
16 Décembre 2019

La réinsertion des délinquants entre mythe et réalité

En dépit de notables progrès, la prison est confrontée au défi d’avoir à réinsérer dans un système qui demeure total, notamment du fait du carcan disciplinaire et de l’impératif sécuritaire. Mais les obstacles à la réinsertion tiennent non moins à l’institutionalisation et à la prisonnièrisation dont la synergie délétère est souvent aggravée par les séquelles d’histoires individuelles souvent chargées et des troubles psychiques. A ces difficultés s’ajoute, en fin de peine, l’angoisse de la sortie. C’est singulièrement le cas après une longue détention s’agissant des libérés, nombreux, ayant perdu tout repère surtout quand livrés à eux-mêmes à défaut du moindre soutien personnel. Même surmontée, l’épreuve augure mal de la vie après la peine et des effets collatéraux de la prison. Quels remèdes et quels acteurs, en détention comme après celle-ci, pour permettre un retour réussi dans la communauté des enfants prodigues? La panacée serait-elle une justice restauratrice qui, ne tendant plus essentiellement à la déchéance et à l’humiliation, favoriserait la réparation volontaire et, avec le concours de toutes les parties prenantes, permettrait ainsi le rétablissement du lien social rompu par l’infraction.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch