24 Juin 2019
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 02/2019

La discrimination des traces de sang sur une scène d’investigation : un soutien pour la sélection de traces pertinentes

par Valentin Carlier, Andy Bécue et Olivier Delémont

Résumé
Cet article est une revue de la littérature traitant des méthodes permettant de différencier des traces de sang, et en particulier en fonction de leur source (entre différentes espèces animales, entre sang périphérique et sang menstruel, entre différents individus humains). Cette problématique est de première importance pour les enquêteurs intervenant sur scène, car il leur est souvent nécessaire de sélectionner les traces qui seront prélevées pour analyse. Parmi les techniques couvertes, il est possible de citer la photographie, la morpho-analyse, l’utilisation des chiens policiers, l’imagerie hyperspectrale, la spectroscopie Raman, la chromatographie couplée à la spectrométrie de masse, l’immunodétection et la biologie moléculaire. Chaque méthode est brièvement décrite afin d’offrir aux lecteurs un aperçu du fonctionnement et du type de résultat obtenu. Une discussion critique permet de mettre en évidence les avantages et limites de chacune. Enfin, un projet de recherche actuellement en cours dans l’institution sur cette thématique est présenté.

Summary
This article is a review of the literature dealing with methods to differentiate traces of blood, and more specifically their source (between different animal species, between peripheral and menstrual bloods, between different human individuals). This issue is of primary importance for investigators intervening on stage, because it is often necessary for them to select the traces that will be taken for analysis. Techniques covered include photography, blood pattern analysis, trained dogs, hyperspectral imaging, Raman spectroscopy, chromatography coupled with mass spectrometry, immunodetection and molecular biology. Each method is briefly described on a technical aspect, in order to offer readers an overview of how it works, and the type of result obtained. A critical discussion highlights the advantages and limitations of each. Finally, a research project currently underway in the institution on this theme is presented.


24 Juin 2019

Que faire des modèles de la désistance dans l’accompagnement des auteurs d’infraction ?

L’accompagnement des auteurs d’infraction connait dans la francophonie de profonds changements avec l’intégration du modèle de prévention de la récidive et des pratiques d’intervention cognitivo-comportementale et motivationnelle. Pour les professionnels des pratiques d’intervention, les modèles de la désistance restent encore peu connus ou mobilisés dans l’accompagnement. Les modèles de la désistance tentent chacun de théoriser tant le maintien des comportements prosociaux chez un auteur d’infraction que la trajectoire non linéaire dans le temps de sortie de délinquance. Si les besoins primaires fondamentaux des auteurs d’infraction et les éléments positifs de leur vie semblent souvent secondaires vis-à-vis des facteurs de risque de récidive et des besoins criminogènes, des liens forts peuvent s’établir entre les besoins prioritaires des sujets, les facteurs de protection et la désistance afin de guider l’accompagnement. L’objet de notre article est de présenter aux professionnels de l’accompagnement les modèles de la désistance, de questionner la prise en considération des facteurs positifs dits de protection dans le suivi des auteurs d’infraction, et le lien possible entre certains modèles de la désistance, les facteurs positifs et éventuellement d’autres modèles connexes permettant la sortie progressive du cheminement délinquantiel et le maintien des comportements prosociaux.
24 Juin 2019

Les motivations des cybercriminels

Pour que le crime soit possible, divers facteurs doivent être présents, notamment le facteur motivationnel du cyberdélinquants. La motivation est l’élément principal à la base de ces occasions criminelles et est jugée comme étant un élément discriminatoire très utile pour comprendre la cybercriminalité. Effectivement, s’il n’y avait pas un mobile poussant un délinquant à agir, la criminalité n’existerait pas.
Tout comme la criminalité informatique, les motivations des cybercriminels sont multiformes. Le cybercriminel ne constitue pas une catégorie d’individus clairement définie et les motifs d’une attaque informatique sont aussi variés qu’il existe de types de cybercriminels. Les motivations qui poussent des individus à prendre illégalement le contrôle de systèmes informatiques appartenant à autrui sont diverses. Quelques uns sont motivés par le besoin de reconnaissance de soi et les autres sont motivés par la volonté d’accéder à une reconnaissance sociale. Mais, ces motivations des fraudeurs n’ont pu être suscitées qu’en raison de l’existence d’un environnement favorable à la délinquance informatique (1).
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch