24 Juin 2019
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 02/2019

Les motivations des cybercriminels

par Faten Skaf

Résumé
Pour que le crime soit possible, divers facteurs doivent être présents, notamment le facteur motivationnel du cyberdélinquants. La motivation est l’élément principal à la base de ces occasions criminelles et est jugée comme étant un élément discriminatoire très utile pour comprendre la cybercriminalité. Effectivement, s’il n’y avait pas un mobile poussant un délinquant à agir, la criminalité n’existerait pas.
Tout comme la criminalité informatique, les motivations des cybercriminels sont multiformes. Le cybercriminel ne constitue pas une catégorie d’individus clairement définie et les motifs d’une attaque informatique sont aussi variés qu’il existe de types de cybercriminels. Les motivations qui poussent des individus à prendre illégalement le contrôle de systèmes informatiques appartenant à autrui sont diverses. Quelques uns sont motivés par le besoin de reconnaissance de soi et les autres sont motivés par la volonté d’accéder à une reconnaissance sociale. Mais, ces motivations des fraudeurs n’ont pu être suscitées qu’en raison de l’existence d’un environnement favorable à la délinquance informatique (1).

Summary
For the crime to be possible, various factors must be present, including the motivational factor of the cyber offender. Motivation is the main element underlying these criminal opportunities and is seen as a very useful discriminatory element in understanding cybercrime. Indeed, if there were no motive for an offender to act, there would be no crime.
Like computer crime, the motivations of cybercriminals are multifaceted. The cybercriminal is not a category of clearly defined individuals and the motives for a cyber attack are as different as there are types of cybercriminals. The motivations that lead people to illegally take control of computer systems owned by others are diverse. Some are motivated by the need for self-recognition and others are motivated by the desire to access social recognition. But these motivations of fraudsters could only be aroused because of the existence of an environment favorable to delinquency computer.

 
 
Pour lire l'article en entier (9 pages en français), n'hésitez pas à nous commander un exemplaire
à CHF 45.– (€ 45.– TTC) ou à souscrire à un abonnement annuel à CHF 140.– (€ 140.–)

 


25 Juin 2020

Pratique restaurative et processus de désistance identitaire : le Programme de Parrainage de Désistance (PPD)

Cet article vise à décrire un programme correctionnel de parrainage d’auteurs d’infraction inspiré des cercles de soutien et de responsabilité. Ce programme offre aux infracteurs, alors « filleuls », un accompagnement par un « parrain », issu de la société civile. Cet accompagnement a pour objectif la désistance. Après avoir rappelées les modalités pratiques du programme, cet article présentera les liens avec le « processus » de désistance à partir des discours des participants ayant traversé le programme. Les analyses mettent en évidence un meilleur investissement des sphères de vie étayantes et protectrices (face à la récidive). Ces données sont mises en perspective avec les théories de criminologie positive questionnant l’identité du délinquant, théories que sont la Désistance, le Good Lives Model (GLM) et le Modèle de l’Identité Temporelle (TIM-E).
25 Juin 2020

La justice restaurative des mineurs en France, une approche dans une perspective juridique et scientifique

Cet article est une analyse de la circulaire française du 15 mars 2017 (1), qui traite de la mise en œuvre de la justice restaurative en France, en particulier dans le domaine de la justice des mineurs. L’analyse de la circulaire est faite en comparaison avec le contexte de la directive européenne sur la justice juvénile et la littérature internationale sur les processus criminologiques en justice restaurative (plus précisément les principes qui l’intéressent). Cet article démontrera que la justice restaurative et la philosophie sur laquelle elle repose sont conformes à la directive européenne 2016/800, qui traite de la participation des enfants à la justice des mineurs et à une justice qui leur soit adaptée (2). Cependant, cette directive européenne n’est pas mentionnée dans la circulaire française. Ensuite, cet article entreprendra une analyse pour identifier les écarts entre les principes philosophiques sur lesquels repose la justice restaurative et leur mise en œuvre dans le cadre juridique français et la circulaire précitée. Il proposera également quelques clarifications dans l’utilisation des termes juridiques pour mieux se conformer à la philosophie et aux processus de la justice restaurative.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch