29 Mars 2019
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2019

Les logiques de prévention à la radicalisation violente en Belgique et en Allemagne. Un focus sur l’enseignement

par Anton Vereshchagin et Fabienne Glowacz

Résumé
Suite aux différentes attaques terroristes, l’Europe a mesuré l’urgence de l’investissement de la prévention en plus des réponses répressives. De nombreux projets sont menés en Allemagne et en Belgique, avec des logiques propres. Un travail intensif a été mené par le gouvernement belge et allemand afin d’optimiser les stratégies de prévention de la radicalisation. La prévention à la radicalisation violente doit avoir une portée transnationale, mais il est important de prendre en compte les particularités du contexte local. L’approche locale multi-sectorielle constitue un moyen de développer la prévention primaire et secondaire. En instaurant un échange et créant des réseaux internationaux, les différents contextes locaux peuvent s’inspirer des bonnes pratiques existantes et les adapter aux besoins de leur propre milieu. L’enseignement est ainsi un des acteurs clés dans la prévention primaire et secondaire.

Summary
Following the recent terrorist attacks, Europe has aknowledged the urgency of investing in prevention in addition to repressive measures. Many projects are carried out throughout Germany and Belgium, each with their own respective rationales. Intensive work has been carried out by the Belgian and German governments to optimize strategies in preventing radicalization. Prevention against violent radicalization must be transnational in scope, but it is equally important to take into account the particularities of the local context. The multi-sectoral local approach is one way of developing primary and secondary prevention. By fostering exchange and creating international networks, the different local actors can build on existing good practices and adapt them to the needs of their own environment. Teaching is thus one of the key sectors of primary and secondary prevention..


30 Mars 2020

La délinquance des orphelins de guerre : un recul de la supervision familiale

Cet article vise à analyser la délinquance des orphelins de guerre. Il met en évidence la défaillance de la supervision familiale dans le comportement dérogatoire de ceux-ci. Deux centres ont été choisis pour l’enquête de terrain : le centre d’observation des mineurs (COM) et le centre (Erb Aloïs) à Yopougon. Les participants à l’étude sont au nombre de 230. Ils ont été choisis à l’aide de la méthode non probabiliste et soumis à un entretien semi-directif. Les données recueillies ont été analysées à la fois de façon qualitative et quantitative. La théorie au fondement de cette recherche est la théorie de Hirschi (1969) relative au lien social. Les hypothèses testées sont vérifiées car, les résultats obtenus révèlent que le facteur le plus dominant dans la compréhension de la délinquance des orphelins de guerre est l’affaiblissement socio-économique des parents. Cette impuissance économique et sociale fragilise les relations familiales, discrédite le discours normatif des parents et rend défaillante la supervision parentale. Il convient donc d’améliorer les conditions de vie des familles des orphelins de guerre par une assistance financière pour s’investir dans la réalisation d’un projet qui puisse les relever de leurs conditions. Aider les orphelins de guerre à construire un projet de vie qui puisse leur permettre de s’insérer dans le tissu social à travers l’activité de leur choix. Encourager les parents à améliorer ou renforcer leur relation avec leurs enfants au moyen de la supervision pour prévenir ou circonscrire leur comportement déviant.
30 Mars 2020

Perceptions et attitudes des analystes envers les logiciels de prédiction de la criminalité : le cas des polices cantonales romandes

Depuis la fin des années 90, on entend parler dans les milieux policiers et académiques d’un nouveau modèle de police, dit la police prédictive. Cette approche apparaît être plus populaire dans les pays anglo-saxons en comparaison aux pays d’Europe continentale. Ce travail tente d’identifier des raisons qui pourraient expliquer ce décalage en proposant une étude du contexte suisse-romand. Plus précisément, cet article fournit un aperçu des expériences, des perceptions et des attitudes à propos de l’utilisation de logiciels de prédiction de la criminalité dans les polices cantonales romandes. Les données ont été récoltées au travers de cinq entretiens semi-directifs avec des analystes criminels des polices cantonales de Fribourg, Genève, Jura, Neuchâtel et Vaud. Trois constats principaux se dessinent à l’analyse des résultats. Premièrement, les logiciels de prédiction ne sont pas utilisés dans les polices suisse-romandes et cela ne devrait pas évoluer. Deuxièmement, les répondants ne perçoivent pas ces logiciels comme étant fiables et valides, et par conséquent, ne voient pas de raison de les utiliser. Troisièmement, plusieurs risques liés à leur mise en œuvre sont identifiés par les répondants, le principal étant une peur de perte du jugement humain dans le processus analytique.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch