21 Décembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2018

Cerbère et les trois théories de l’enquête

par Maurice Cusson

Résumé
Un survol de ce qui a été écrit sur l’enquête criminelle depuis un demi-siècle conduit à quelques constatations majeures. La première, c’est que les services d’enquête policière doivent gérer et filtrer trois catégories d’affaires criminelles fort différentes : les cas déjà résolus, les cas insolubles et  les affaires résolubles. Les services d’enquête qui négligent de prendre en compte ces différences se condamnent à l’inefficacité. Deuxièmement, le monde des enquêtes policières s’est radicalement transformé entre la deuxième moitié du XXe siècle et le début de notre XXIe siècle. Avec les développements fulgurants de l’informatique, de l’électronique, des téléphones portables, d’Internet, de la vidéosurveillance et des bases de données informatisées, la traçabilité des comportements humains a explosé. Cette évolution place les enquêteurs devant une situation inédite. D’une part, leurs chances d’élucidation augmentent, mais, de l’autre côté, il devient difficile de traiter et d’interpréter les grandes masses de données accumulées au cours d’une enquête. Troisièmement, il n’existe pas une seule théorie de l’enquête. En effet, les enquêteurs visent trois objectifs différents, ce qui les conduit à alterner entre trois théories différentes de l’enquête.  Ils sont tout d’abord à la recherche de la vérité, ce qui les encourage à adopter la méthode scientifique. Ensuite, ils cherchent à contribuer efficacement à la sécurité publique, ce qui les conduit à penser stratégiquement. Et enfin, comme ils doivent composer avec le fait que leur démarche débouche sur des procédures judiciaires, ils doivent garder à l’esprit la justice comme finalité. Ces trois visées théoriques sont présentées et illustrées en racontant une fable en prose inspirée par l’histoire de Cerbère le chien à trois têtes de la mythologie de la Grèce antique.

Summary
An overview of what has been written about the criminal investigation for half a century leads to some major findings. The first is that the police investigation services must manage and filter three very different categories of criminal cases: already resolved cases, insoluble cases and resolvable cases. Investigative services that fail to take these differences into account are necessary inefficient. Secondly, the world of police investigations has changed radically between the second half of the twentieth century and the beginning of our twenty-first century. With the rapid development of computers, electronics, mobile phones, the Internet, video surveillance and computer databases, the traceability of human behavior has exploded. This evolution puts the investigators in front of an unprecedented situation. On the one hand, their chances of solving crimes increase, but on the other hand, it becomes difficult to process and interpret the vast masses of data accumulated during an investigation.
Third, there is not one single theory of the investigation. Indeed, the investigators have three different objectives, which leads them to alternate between three different theories of the investigation. They are first looking for the truth, which encourages them to adopt the scientific method. Second, they seek to contribute effectively to public safety, which leads them to think strategically. And finally, as they have to deal with the fact that their approach leads to legal procedures, they must keep in mind justice as a goal. These three theoretical aims are presented and illustrated by telling a prose fable inspired by the story of Cerberus, the three-headed dog of the mythology of ancient Greece.


24 Juin 2019

La discrimination des traces de sang sur une scène d’investigation : un soutien pour la sélection de traces pertinentes

Cet article est une revue de la littérature traitant des méthodes permettant de différencier des traces de sang, et en particulier en fonction de leur source (entre différentes espèces animales, entre sang périphérique et sang menstruel, entre différents individus humains). Cette problématique est de première importance pour les enquêteurs intervenant sur scène, car il leur est souvent nécessaire de sélectionner les traces qui seront prélevées pour analyse. Parmi les techniques couvertes, il est possible de citer la photographie, la morpho-analyse, l’utilisation des chiens policiers, l’imagerie hyperspectrale, la spectroscopie Raman, la chromatographie couplée à la spectrométrie de masse, l’immunodétection et la biologie moléculaire. Chaque méthode est brièvement décrite afin d’offrir aux lecteurs un aperçu du fonctionnement et du type de résultat obtenu. Une discussion critique permet de mettre en évidence les avantages et limites de chacune. Enfin, un projet de recherche actuellement en cours dans l’institution sur cette thématique est présenté.
24 Juin 2019

Collecte de données post mortem en situation de crise par l’unité gendarmerie d’identification de victimes de catastrophe: intérêt du formulaire post mortem rapide «Quickscan»

Le 16 janvier 2016, l’attaque du Splendid Hôtel et du café-restaurant Cappuccino de Ouagadougou (Burkina-Faso), fait trente victimes dont deux ressortissants français et une ressortissante franco-marocaine (décédée des suites de ses blessures). Les trois assaillants ont été neutralisés. Un détachement de l’Unité Gendarmerie d’Identification de Victimes de Catastrophes (UGIVC-IRCGN) est projetée dès le lendemain des faits sur les lieux, à la demande du Ministère des Affaires Etrangères, afin de prêter assistance aux autorités Burkinabès.
Le travail de ce détachement pluridisciplinaire a permis de collecter, dans des conditions délicates (examen de corps), les données post-mortem de 15 victimes dès le 18 janvier 2016, de 12 autres victimes le 19 janvier 2016 et sur les corps des auteurs présumés le 20 janvier 2016.
Le présent article a pour objet d’évoquer une nouvelle utilisation et les développements du formulaire post mortem rapide ou «Quickscan form» pour ces examens de corps en conditions dégradés et de proposer des pistes d’amélioration.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch