21 Décembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2018

La recherche inversée par image: un moyen pour débusquer les espaces de vente sur Internet pourvoyeurs de faux documents d’identité

par Betina Borisova, Quentin Rossy et Simon Baechler

Résumé
Est-il possible d’établir des liens entre des saisies de faux documents opérées par la police et le(s) site(s) internet diffusant de tels faux ? L’objectif de cette étude est de déterminer si une recherche inversée par image sur Internet permettrait aux services de police, d’une part de remonter au site pourvoyeur d’un faux document saisi (visée d’aide à l’instruction d’un dossier) et, d’autre part, de découvrir des sites pourvoyeurs de faux documents d’identité (visée proactive).
L’étude révèle qu’en l’état, la recherche inversée par image n’est pas suffisamment performante et discriminante pour permettre de retrouver le site internet potentiellement pourvoyeur d’un document saisi. Néanmoins, elle s’avère efficace pour identifier des sites de vente de faux documents édités dans différentes langues qui, selon toute vraisemblance, ne seraient pas décelés par une recherche textuelle basée sur des mots-clés. De plus, complétée par des mots-clés soigneusement choisis en fonction du document recherché, la recherche par image gagne à être utilisée à des fins de veille systématique des sites de vente de faux documents sur Internet. Enfin, la méthodologie déployée a permis d’enrichir les connaissances sur le marché de vente en ligne de faux documents d’identité, notamment en mettant en exergue un marché peu connu et étudié : celui de la vente de permis de conduire internationaux fantaisistes.

Summary
Is it possible to establish links between seizures of fraudulent documents made by police and the Internet site(s) distributing them? The aim of this research paper is to establish whether Reverse Image Search tools could assist police forces to trace back the website which sold the fraudulent document on the one hand (to process a given criminal file), and/or to help them detect proactively new illegal on-line markets for forged identity documents on the other hand.
The study reveals that at this point, the reverse image search is not efficient enough, nor is it selective enough, to help find the supplying online market. However, this method proves to be efficient for the detection of websites selling forged identity documents designed in different languages, which in all likelihood, would not have been detected by a simple keyword-research. On the other hand, when combined with an appropriate set of keywords the reverse image search could potentially be used as a means to monitor the cybermarket for forged identity documents.
Finally, the methodology deployed helped to detect an understudied market: the sale of fake international driver’s licenses.


30 Mars 2020

« Motivé ? Satisfait ? Oui, mais à propos de quoi précisément ? » Justice restaurative : tentative d’une taxonomie des attentes et satisfactions des participants

La Justice restaurative (JR) est un modèle global de prise en considération des besoins d’expression des auteurs et victimes d’infraction. Il s’agit de rendre la liberté aux personnes concernées par une infraction de se rencontrer en toute sécurité. En France, la démarche est désormais dans la Loi et une circulaire interministérielle précise les applications in concreto. L’une des conditions sine qua none est le recueil du consentement des participants. C’est ce volontariat que nous questionnons ici, non d’un point de vue philosophique mais sous un angle psychologique : être volontaire ou consentant, c’est « attendre quoi » ? Nous établissons l’hypothèse qu’il existe une distribution d’attentes possibles. Pour mettre à l’épreuve notre hypothèse et obtenir des résultats, nous avons interrogé les participants à un programme de Justice restaurative sous la forme d’entretiens non directifs, puis classer et quantifier leurs attentes par dimensions thématisées. Nous avons ensuite procédé de même à la sortie du processus concernant les satisfactions engendrées par la mesure restaurative. Nous pensons que la connaissance de la structuration des attentes et satisfactions des participants pourrait aider le facilitateur dans le recueil initial des besoins des sujets.
30 Mars 2020

Cybercriminalité : Une réalité protéiforme mal définie

Depuis que les technologies de l’information existent, les réponses juridiques à leur utilisation abusive font légion. En effet, l’évolution de ces technologies demande sans cesse de nouvelles solutions juridiques. Cependant, à cause de leur incontrôlable mutation et de la spécialisation nécessaire à la compréhension de ces technologies, le droit a souvent été rapidement dépassé. Définir la cybercriminalité est extrêmement délicat, tant le phénomène se développe et apporte toujours davantage de faits qualifiés ensuite d’infraction par le droit. En outre, l’étendue de la cybercriminalité mène le droit à être applicable dans plusieurs domaines. Ainsi, le respect de la vie privée, de la vie professionnelle, du droit d’auteur, la liberté d’expression, la protection des biens immatériels des entreprises, etc. sont autant de domaines applicables à la cybercriminalité.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch