21 Décembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2018

La crise de la criminologie en Côte d’Ivoire

par Ismaila Bakayoko

Résumé
La crise de la criminologie en Côte d’Ivoire se déroule dans l’indifférence des autorités universitaires et politiques. L’état des lieux des enseignements et des pratiques de cette discipline montre une science dans une situation de marginalisation. Le dynamisme de la recherche des années d’incubation  et de coopération du CICC est remplacé par un engouement de la demande en formation, avec des perspectives d’insertion sociale précaires. Le constat de crise nous amène à pointer l’inachèvement de la mission d’incubation du CICC, les difficultés de positionnement de la discipline dans un environnement académique et politique peu favorable et les faiblesses d’une réforme de l’enseignement aux normes internationales. Ces trois facteurs permettent d’entamer la réflexion sur la réhabilitation de cette discipline. Nous préconisons de réactiver  l’observatoire mondial des programmes académiques en criminologie. Il faut mettre en synergie les différentes unités de formation de la sous-région afin de capitaliser  les pratiques d’enseignement. Aussi, les acteurs doivent développer le partenariat privé-public, pour faciliter l’employabilité des compétences criminologiques.

Summary
The crisis of criminology in Côte d’Ivoire is taking place in the indifference of academic and political authorities. The state of play of the teachings and practices of this discipline shows a science in a situation of marginalization. The dynamism of the research of the years of incubation and cooperation of the CICC is replaced by a craze of demand for training, with prospects of precarious social integration. The finding of crisis leads us to point out the incompleteness of the CICC’s incubation mission, the difficulties of positioning the discipline in an unfavorable academic and political environment and the avatars of a reform of education to international standards. These three factors make it possible to begin thinking about the rehabilitation of this discipline. We recommend reactivating the world observatory of academic programs in criminology. The different training units of the sub-region must be synergized in order to capitalize on teaching practices. Also, the actors must develop the private-public partnership, to facilitate the employability of criminological skills.


30 Mars 2020

La délinquance des orphelins de guerre : un recul de la supervision familiale

Cet article vise à analyser la délinquance des orphelins de guerre. Il met en évidence la défaillance de la supervision familiale dans le comportement dérogatoire de ceux-ci. Deux centres ont été choisis pour l’enquête de terrain : le centre d’observation des mineurs (COM) et le centre (Erb Aloïs) à Yopougon. Les participants à l’étude sont au nombre de 230. Ils ont été choisis à l’aide de la méthode non probabiliste et soumis à un entretien semi-directif. Les données recueillies ont été analysées à la fois de façon qualitative et quantitative. La théorie au fondement de cette recherche est la théorie de Hirschi (1969) relative au lien social. Les hypothèses testées sont vérifiées car, les résultats obtenus révèlent que le facteur le plus dominant dans la compréhension de la délinquance des orphelins de guerre est l’affaiblissement socio-économique des parents. Cette impuissance économique et sociale fragilise les relations familiales, discrédite le discours normatif des parents et rend défaillante la supervision parentale. Il convient donc d’améliorer les conditions de vie des familles des orphelins de guerre par une assistance financière pour s’investir dans la réalisation d’un projet qui puisse les relever de leurs conditions. Aider les orphelins de guerre à construire un projet de vie qui puisse leur permettre de s’insérer dans le tissu social à travers l’activité de leur choix. Encourager les parents à améliorer ou renforcer leur relation avec leurs enfants au moyen de la supervision pour prévenir ou circonscrire leur comportement déviant.
30 Mars 2020

Perceptions et attitudes des analystes envers les logiciels de prédiction de la criminalité : le cas des polices cantonales romandes

Depuis la fin des années 90, on entend parler dans les milieux policiers et académiques d’un nouveau modèle de police, dit la police prédictive. Cette approche apparaît être plus populaire dans les pays anglo-saxons en comparaison aux pays d’Europe continentale. Ce travail tente d’identifier des raisons qui pourraient expliquer ce décalage en proposant une étude du contexte suisse-romand. Plus précisément, cet article fournit un aperçu des expériences, des perceptions et des attitudes à propos de l’utilisation de logiciels de prédiction de la criminalité dans les polices cantonales romandes. Les données ont été récoltées au travers de cinq entretiens semi-directifs avec des analystes criminels des polices cantonales de Fribourg, Genève, Jura, Neuchâtel et Vaud. Trois constats principaux se dessinent à l’analyse des résultats. Premièrement, les logiciels de prédiction ne sont pas utilisés dans les polices suisse-romandes et cela ne devrait pas évoluer. Deuxièmement, les répondants ne perçoivent pas ces logiciels comme étant fiables et valides, et par conséquent, ne voient pas de raison de les utiliser. Troisièmement, plusieurs risques liés à leur mise en œuvre sont identifiés par les répondants, le principal étant une peur de perte du jugement humain dans le processus analytique.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch