29 Juin 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 02/2018

Abus sexuels des personnes en situation de handicap mental en Côte d’Ivoire

par Konan Isidore Kouakou, Saga Bernard Loba et Assandé Patrice Brou

Résumé
Cette étude sur les abus sexuels des personnes victimes de déficience mentale congénitale ou acquise en Côte d’Ivoire est fondée sur une enquête de terrain. Elle est menée auprès de 203 individus choisis à l’aide de la méthode non probabiliste et par choix raisonné. Le recueil des informations sur le terrain s’est fait au moyen d’un entretien clinique. L’analyse qualitative des discours des enquêtés a abouti à un triple résultat: D’abord, l’attouchement sexuel, le viol, la sodomie et la pédophilie constituent les formes d’abus sexuels dont sont victimes les personnes handicapées mentales. Ensuite, les auteurs de ces actes proviennent de toutes les couches socioprofessionnelles et poursuivent deux mobiles essentiels: pratiques occultes et simples satisfactions de la libido. Enfin, le milieu familial et la rue (notamment la nuit) constituent des facteurs situationnels de risque pour ces personnes victimes d’abus sexuels.

Summary
This study on the sexual abuse of persons with congenital or acquired mental disabilities in Côte d’Ivoire is based on a field survey. It is conducted with 203 individuals selected using the non-probabilistic method and by reasoned choice. Field information was gathered through a clinical interview. The qualitative analysis of the respondents’ speeches resulted in a threefold result: First, sexual touching, rape, sodomy and pedophilia constitute the forms of sexual abuse suffered by persons with intellectual disabilities. Then, the authors of these acts come from all the socio-professional strata and pursue two essential motives: occult practices and simple satisfactions of the libido. Finally, the family environment and the street (especially at night) constitute situational risk factors for these victims of sexual abuse.


24 Juin 2019

Que faire des modèles de la désistance dans l’accompagnement des auteurs d’infraction ?

L’accompagnement des auteurs d’infraction connait dans la francophonie de profonds changements avec l’intégration du modèle de prévention de la récidive et des pratiques d’intervention cognitivo-comportementale et motivationnelle. Pour les professionnels des pratiques d’intervention, les modèles de la désistance restent encore peu connus ou mobilisés dans l’accompagnement. Les modèles de la désistance tentent chacun de théoriser tant le maintien des comportements prosociaux chez un auteur d’infraction que la trajectoire non linéaire dans le temps de sortie de délinquance. Si les besoins primaires fondamentaux des auteurs d’infraction et les éléments positifs de leur vie semblent souvent secondaires vis-à-vis des facteurs de risque de récidive et des besoins criminogènes, des liens forts peuvent s’établir entre les besoins prioritaires des sujets, les facteurs de protection et la désistance afin de guider l’accompagnement. L’objet de notre article est de présenter aux professionnels de l’accompagnement les modèles de la désistance, de questionner la prise en considération des facteurs positifs dits de protection dans le suivi des auteurs d’infraction, et le lien possible entre certains modèles de la désistance, les facteurs positifs et éventuellement d’autres modèles connexes permettant la sortie progressive du cheminement délinquantiel et le maintien des comportements prosociaux.
24 Juin 2019

La discrimination des traces de sang sur une scène d’investigation : un soutien pour la sélection de traces pertinentes

Cet article est une revue de la littérature traitant des méthodes permettant de différencier des traces de sang, et en particulier en fonction de leur source (entre différentes espèces animales, entre sang périphérique et sang menstruel, entre différents individus humains). Cette problématique est de première importance pour les enquêteurs intervenant sur scène, car il leur est souvent nécessaire de sélectionner les traces qui seront prélevées pour analyse. Parmi les techniques couvertes, il est possible de citer la photographie, la morpho-analyse, l’utilisation des chiens policiers, l’imagerie hyperspectrale, la spectroscopie Raman, la chromatographie couplée à la spectrométrie de masse, l’immunodétection et la biologie moléculaire. Chaque méthode est brièvement décrite afin d’offrir aux lecteurs un aperçu du fonctionnement et du type de résultat obtenu. Une discussion critique permet de mettre en évidence les avantages et limites de chacune. Enfin, un projet de recherche actuellement en cours dans l’institution sur cette thématique est présenté.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch