12 Septembre 2012  |  Édito
Publié dans Oberflächen POLYSURFACES 04/2012

Édito (4/2012)

Valeur ajoutée
Pouvez-vous m’indiquer la valeur ajoutée de votre dernier e-mail? A la bourse des e-mails la quantité a vite imposé la baisse de valeur: tant de e-mails à gérer, tous plus importants les uns que les autres, urgents, avec accusé de réception. Il est minuit? Merci de répondre pour demain matin. Je réponds à tous naturellement, et d’ailleurs, je vous mets en copie.
Cette question de valeur ajoutée m’a offert une respiration. Pour en rajouter une couche, nous sommes des professionnels. Autant dire que nous sommes les champions de la valeur ajoutée, car sinon, le superficiel deviendrait vite du superflu. Il y a là tout de même quelque chose d’étrange: c’est le petit plus qui fait toute la différence.
Sans ces derniers microns et même plus fins, les pièces ne pourront affronter le temps, maintenir l’esthétique, résister à l’usure, glisser aussi bien. Cette valeur ajoutée s’est construite dans la confiance d’un partenariat. Nos professions savent réaliser les traitements de surfaces, en connaissent les propriétés; et les utilisateurs en apprécient la valeur ajoutée, ils savent l’exiger lorsque c’est nécessaire. Le prix payé correspond à une valeur ajoutée réelle, physique, palpable.
Dans les formations professionnelles il est aussi question de petits plus: alors que mon métier me permet de travailler, vais-je rajouter un petit plus en continuant vers une autre formation? C’est ainsi que les diplômes bachelor, et maintenant master se sont mis en place. A chaque couche, il y a des fonctionnalités largement suffisantes et enthousiasmantes.
Lors de la remise de diplôme master en ingénierie voilà que la candidate témoigne de son parcours de formation. Son mot de la fin: «… et maintenant, doc ou pas doc? Finalement non, je ne ferai pas de doctorat … maintenant.» Une place professionnelle passionnante l’a convaincue.
Pour offrir une valeur ajoutée parfois indispensable, il est nécessaire de pouvoir rajouter des couches fonctionnelles bien maitrisées. Par analogie il est indispensable que le système de formation professionnel offre des possibilités d’augmenter les compétences: de l’apprentissage au doctorat et au-delà. Pouvoir se poser la question «vais-je rajouter une couche à ma formation?» est d’une valeur inestimable, il n’y a plus de butées dans nos systèmes de formation professionnels.
Dire que valeur ajoutée et taxe vont tellement bien ensemble que j’ai pu négliger la portée, l’universalité de la valeur ajoutée ... il s’en est heureusement fallu d’un e-mail pour le saisir!
Dr Eric Rosset
Professeur HES-SO Genève
Membre du comité central SGO-SST


POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch