25 Octobre 2018  |  Informations générales
Publié dans Sécurité Environnement 04/2018

La saleté dans nos poumons

Les valeurs limites actuelles pour les poussières fines dans l’air sont basées sur la quantité et la taille des particules. Mais pour la santé, ce n’est pas seulement la quantité de poussière qui est déterminante, mais aussi sa composition. jing Wang et son équipe du Laboratoire des technologies analytiques de l’Empa ont examiné des échantillons d’air provenant de Suisse et de Chine.
Comme attendu, la qualité de l’air de la métropole de Pékin a été moins bonne que celle des échantillons provenant de Suisse. Mais les chercheurs ont relevé que la composition des poussières fines est très différente. «Si l’on considère le potentiel oxydant des particules, par exemple, l’effet à quantité de particules égales de certains échantillons suisses était plus sévère, avec des conséquence potentiellement plus graves, que les particules de Chine», explique le chercheur. Le potentiel oxydant est une mesure de l’effet nocif des poussières fines, car les substances agressives dans le corps déclenchent un stress oxydatif et des réactions du système immunitaire.
Les métaux tels que le cadmium et les particules d’arsenic ou de suie sont impliqués dans ces propriétés nocives des solides en suspension. En Chine, de grandes quantités de particules d’arsenic ultrafines indiquaient un risque pour santé et pour la qualité de l’air. Les échantillons de la banlieue zurichoise de Dübendorf, en revanche, contenaient beaucoup plus de particules de fer de l’ordre de 10 µm. «Les particules de fer proviennent de l’abrasion de la voie ferrée avoisinante. Avec le cuivre et le manganèse, la poussière de fer de |’échantillon d’air de Dübendorf a contribué au potentiel oxydant des échantillons», a déclaré jing Wang.


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch