12 Mai 2016  |  Sécurité
Publié dans Sécurité Environnement 01/2016

Une erreur de manipulation d’une batterie provoque un important incendie

Le gros incendie qui s’est produit à Steckborn le 21 décembre dernier a été déclenché par une batterie rechargeable d’un modèle réduit d’auto, ainsi que l’a annoncé la police cantonale de Thurgovie. Les experts en matière de batteries et d’accumulateurs de l’Empa ont procédé à des expériences de surcharge sur ce type de batteries et donnent des conseils pour leur utilisation.

Les batteries lithium polymère (en abrégé batteries LiPo) sont appréciées par les constructeurs de modèles réduits, car elles sont de puissants accumulateurs d’électricité. On trouve également des batteries de ce type dans les smartphones, les tablettes, les caméras et les ordinateurs portables. Faut-il en avoir peur, après que l’une d’entre elles ait déclenché un gros incendie à Steckborn, au bord du lac de Constance, le 21 décembre dernier, détruisant six maison de la vielle ville, blessant trois personnes et privant de toit une trentaine de personnes?
Trois personnes avaient été blessées dans le sinistre et trente s’étaient retrouvées sans toit. Certaines des bâtisses touchées étaient inscrites au patrimoine historique.
Les enquêteurs ont pu localiser le foyer du sinistre dans une chambre du deuxième étage de l’une des maisons détruites, indique la police thurgovienne vendredi. Ils y ont retrouvé une batterie lithium-polymère pour modèle miniature, reliée à un chargeur.
 
La batterie LiPo avant le test sur un lit de sable.
 
Les résultats de l’enquête
Les résultats de l’enquête menée par la police cantonale de Thurgovie ont été rendus public le 8 janvier 2016. Ils indiquent que c’est une batterie rechargeable d’un modèle réduit d’auto, reliée à un chargeur, qui a déclenché l’incendie. Le même jour, Domat Adams, l’expert de l’Empa en matière de batteries, a donné plusieurs interviews à des stations de radio et de télévision locales, au cours desquelles il a expliqué quels risques peuvent comporter les batteries LiPo.
 
Une violente explosion se produit suite à la surcharge de la batterie LiPo, quinze minutes environ après le début de l’essai.
 
Sans danger lors d’une utilisation correcte
Lors d’une utilisation correcte, les batteries LiPo, qui sont en circulation à des millions d’exemplaires, sont sans danger, souligne l’expert. Normalement chaque appareil fonctionnant avec une batterie rechargeable est livré avec le chargeur correspondant. Il faut absolument utiliser celui-ci uniquement, ce qui assure que la tension de recharge est correcte et que la batterie est déconnectée du courant dès qu’elle est totalement chargée. Les téléphones portables, les tablettes et les ordinateurs portables ne présentent pas de danger, ainsi que l’explique Domat Adams, car l’électronique de contrôle de charge est intégrée dans l’appareil.
Si une batterie est reliée à un chargeur qui ne se déconnecte pas de lui-même une fois la batterie chargée, celle-ci peut surchauffer, gonfler, dégager des gaz très chauds et finalement s’enflammer, comme le montre de manière impressionnante un clip vidéo de l’Empa (https://youtu.be/SL5IYSgQrPs). Dans celui-ci, les chercheurs ont volontairement fortement surchargé une batterie rechargeable LiPo d’un poids d’environ 50 g et d’une capacité de 1300 mAh.
L’explosion qui s’est produite aurait fort bien pu déclencher un incendie dans un appartement. Il est ainsi vivement conseillé de ne charger les batteries LiPo que lorsqu’elles sont posées sur une surface ininflammable et de les surveiller pendant la durée de la charge.
 
Empa
8600 Dübendorf
Tél.: 058 765 11 11
www.empa.ch


09 Novembre 2018  |  Sécurité

SECURITE LAUSANNE 2018: trois jours sous le signe de la sécurité

Le salon SECURITE LAUSANNE promet une fois de plus d’être l’événement le plus important et le plus complet du secteur de la sécurité en Suisse romande. De nombreux nouveaux exposants se sont inscrits à côté des grands noms du secteur de la sécurité. Le FORUM SECURITE organisé en parallèle, proposera à nouveau des exposés passionnants tenus par des intervenants renommés.
22 Novembre 2018  |  Sécurité

Une étude relative à la sécurité sur les réseaux sociaux

Sur Internet, les Suisses craignent les provocateurs et les trolls. Seuls les cybercriminels les font trembler. Pourtant, une personne sur deux ne se préoccupe pas particulièrement des paramètres de sécurité sur ses réseaux sociaux. C’est ce que révèle l’Étude de confiance 2018 relative à la sécurité des données de ­comparis.ch
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch