29 Mars 2017
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2017

Les secrets des mafias ouest-africaines de la cocaïne : revue de la littérature

par Olivier Guéniat et Anaïs Gasser

Résumé
Quelle est l’origine du phénomène des requérants d’asile d’Afrique de l’Ouest vendant de la cocaïne dans la rue ? Quelles en sont les causes ? Comment s’organise ce trafic ? Cet article lève le voile sur les secrets d’une organisation criminelle redoutablement efficace. Il propose une revue de la littérature montrant comment l’Afrique de l’Ouest est devenue une plaque tournante du trafic dès le début des années 1960, d’abord de l’héroïne, puis de marijuana et enfin de la cocaïne. Il décrit également les conditions-cadres qui ont permis aux mafias ouest-africaines de se développer et de s’imposer en tant qu’acteurs criminels incontournables du trafic de cocaïne en Europe, de même qu’il présente la structure organisationnelle adoptée par ces mafias.

Summary
Where did the phenomenon of West African asylum seekers selling cocaine in the street spring from ? What are its causes ? How this traffic gets organized ? This article lifts the veil on the secrets of a tremendously efficient criminal network. It offers/suggests a literature review showing how West Africa in the early 60s, became a hub of the traffic initially of heroine, then marijuana and finally cocaine. The article also describes the framework conditions which enabled the West African mafias to develop and establish themselves as untouchable criminal actors of the cocaine traffic in Europe. It also presents and explains the organizational structure adopted by these mafia groups.


29 Mars 2017

Les manifestations de la ‘Ndrangheta en Suisse : recherche du profit et/ou ancrage territorial?

Les éléments des deux plus importantes enquêtes - Quatur et Helvetia - concernant la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, en Suisse, obligent tant les autorités que les experts à adapter leur clé de lecture des manifestations mafieuses. Considérées comme des manifestations ayant leur origine à l’étranger et développant des aspects ponctuels sur le territoire helvétique, aujourd’hui, les révélations sur la cosca Ferrazzo et la Société de Frauenfeld montrent leur ancrage territorial, les affiliés étant durablement résidents en Suisse. Si la cosca ressemble plutôt à une «entreprise du crime», la Société montre des spécificités mafieuses, comme le contrôle du territoire et les règles/opportunités du lien associatif. Cette analyse, qui a le mérite d’être le premier travail académique sur la «‘Ndrangheta suisse», se heurte à la dépendance du chercheur vis-à-vis des sources.
29 Mars 2017

Prélèvement des microtraces : un fort potentiel à considérer dès l’investigation de la scène de crime

Lors d’une action criminelle, de nombreuses traces sont produites et transférées sur la scène de crime et les personnes liées aux faits. Lors de l’investigation de la scène de crime, le rôle des inspecteurs forensiques sera de retrouver ces traces, de les collecter, puis de les prélever afin de permettre l’identification d’un auteur potentiel et/ou d’aider à la reconstruction des faits. Les microtraces font parties de ces traces à prélever sur les lieux. Cependant, ces dernières restent parfois méconnues ou incomprises par certains intervenants de la scène de crime qui oublient parfois de les prélever.
Cet article propose une revue de littérature consacrée au prélèvement des microtraces – en particulier des fibres textiles – sur les lieux. Les différentes techniques de prélèvements historiques et actuelles sont ainsi présentées et discutées. L’accent est mis sur le prélèvement des fibres textiles à l’aide de bandes adhésives, spécialement le 1:1 taping. Cette technique de choix, utilisée en routine par les services forensiques belges et certains services en Allemagne dans les cas de mort suspecte, permet de collecter efficacement les microtraces et les autres débris présents sur le support. De plus, la distribution des traces est préservée. Il s’agit d’une information qui peut s’avérer capitale dans la résolution d’affaires criminelles car elle autorise le raisonnement sur l’action criminelle à l’origine du transfert. Ce type de questionnement est essentiel lorsqu’un scénario alternatif est avancé par la défense ou lors de cas impliquant plusieurs auteurs qui s’accusent l’un l’autre par exemple.
L’article est destiné aux spécialistes de scène de crime, aux services d’identité judiciaire, mais également aux procureurs et magistrats amenés à mandater des expertises forensiques. Son but est de sensibiliser le lecteur à l’optimisation de la recherche et de la collecte des fibres directement sur les lieux. Une préservation optimale des traces permettra en tout temps de traiter l’indice fibres si cela s’avère important dans le cadre global des investigations. En effet, lors de l’intervention sur les lieux, il est difficile d’anticiper le développement du cas, notamment quels éléments d’enquête vont être amenés et quelles questions vont se poser durant l’investigation et ensuite au tribunal. Néanmoins, si les microtraces ne sont pas collectées et préservées de manière optimale sur les lieux, ces dernières seront irrémédiablement perdues.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch