25 Octobre 2018  |  Flash
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 10/2018

Le Nobel de chimie pour l’évolution en éprouvette

Le jury du Nobel de chimie a attribué la moitié du prix à l’Américaine Frances Arnold, tandis que son compatriote, George Smith et le Britannique Gregory Winter se partagent l’autre moitié du prix. Frances Arnold a été parmi les premiers à avoir l’intuition, au début des années 1990, qu’il serait possible de faire mieux que l’évolution, en passant par les mêmes chemins, mais en accéléré. Elle a obtenu des enzymes totalement nouveaux, en partant de gènes naturels. Elle créait d’abord de vastes collections de mutants génétiques et passait au crible les molécules produites pour ne retenir que celles qui étaient les plus performantes.
George Smith a fait de même, mais sur des peptides, qu’il cherchait à lier à des cibles moléculaires spécifiques. En 1985, il découvre qu’un bactériophage peut être le bon outil pour façonner à sa guise des peptides qu’il pourra ensuite passer au crible pour sélectionner ceux qui l’intéressent. Quant à Gregory Winter, il a breveté une technique pour sélectionner des anticorps, des molécules bien plus complexes que les peptides. Sa technique permet de constituer une banque de phages au code génétique modifié aléatoirement de manière à produire des millions d’anticorps différents, puis de tester lesquels ont des affinités pour les cibles d’intérêt thérapeutique.


25 Mars 2019  |  Flash

Bonne nouvelle pour les fake news !

La Commission d’enrichissement de la langue française a proposé le néologisme «infox» – contraction des abréviations information et intoxication – pour remplacer l’anglicisme fake news. La Commission d’enrichissement de la langue française est une assemblée de personnalités bénévoles au centre d’un dispositif dont la mission est de favoriser l’enrichissement de...
25 Mars 2019  |  Flash

L’Académie française adhère à la féminisation

Dans sa séance du jeudi 28 février 2019, l’Académie française a adopté à une large majorité le rapport sur la féminisation des noms de métiers et de fonctions présenté par une commission d’étude comprenant quatre de ses membres. Le texte, long de vingt pages, dresse un état des lieux de la question, répondant à une attente de la part d’un nombre croissant de femmes, qui...
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch