20 Juin 2018  |  Flash
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 06/2018

Un centre de données sous-marin

Début juin, l’entreprise française Naval Group, spécialisée dans l’ingénierie, la fabrication et la maintenance de navires et de sous-marins militaires a immergé au large de l’Écosse, pour le compte de Microsoft et en première mondiale, un centre de données sous-marin auto-suffisant en énergie. Conduit par un camion jusqu’en Écosse, la dépose du centre de données jusqu’aux fonds marins aura nécessité dix treuils, une grue, une barge portique ainsi qu’un véhicule télécommandé. Le module qui protège le coffre-fort virtuel repose sur une base triangulaire à 100 m de profondeur. Il sera testé en conditions réelles avec de vrais clients pendant au moins un an. Il a été conçu pour rester immergé pendant au moins cinq ans.
Comprenant pas moins de 864 serveurs étalés sur douze racks, l’installation faisant la taille d’un conteneur a été testée et assemblée en France. Installée à l’European Marine Energy Centre (EMEC) basé sur l’Ile d’Orkney, dans le nord de l’Écosse, elle puise son énergie de diverses manières. Tandis que des turbines marémotrices expérimentales et des convertisseurs d’énergie houlomotrice produisent de l’électricité à partir du mouvement de l’eau de mer, des éoliennes ainsi que des panneaux solaires présents au sol fournissent l’électricité nécessaire aux 10’000 habitants de l’île, dont une partie est envoyée au centre de données via un câble sous-marin.
Les centres de données sous-marins présentent également un intérêt financier, puisqu’une grande partie du coût de fabrication provient du système de refroidissement. Et les fonds marins étant toujours froids, l’accès au refroidissement s’en trouve facilité.


25 Mars 2019  |  Flash

Le prix du public du salon du livre de Genève

La troisième édition du prix du public du salon du livre de Genève est lancée. Après Tanguy Viel en 2017 pour Article 353 du code pénal (Minuit) et Gaëlle Josse en 2018 pour Une longue impatience (Noir sur Blanc), quel auteur sera couronné par les neuf nouveaux membres du jury de cette troisième édition ? Réuni le 7 février dernier, le jury, composé de cinq femmes et quatre...
25 Mars 2019  |  Flash

L’Académie française adhère à la féminisation

Dans sa séance du jeudi 28 février 2019, l’Académie française a adopté à une large majorité le rapport sur la féminisation des noms de métiers et de fonctions présenté par une commission d’étude comprenant quatre de ses membres. Le texte, long de vingt pages, dresse un état des lieux de la question, répondant à une attente de la part d’un nombre croissant de femmes, qui...
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch