Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 05/2018

Informatique & Télécommunications (5/2018)

Une puce quantique en silicium et en germanium
En collaboration avec Intel, une équipe de l’université de Delft aux Pays-Bas a mis au point une puce quantique en silicium et en germanium de 2 qubit, capable d’exécuter des algorithmes très rudimentaires. Il s’agit du premier processeur programmable réalisé avec la filière silicium. Deux autres principes de composants quantiques, l’un utilisant des ions piégés et l’autre des circuits supraconducteurs, ont déjà fait mieux, mais les qubits réalisés avec le silicium interagissent peu avec leur environnement et peuvent être conservés pendant plusieurs dizaines de millisecondes, contre 10 à 100 µs pour les supraconducteurs.
Par ailleurs, les circuits en silicium sont beaucoup plus petits, ce qui pourrait s’avérer décisif pour des processeurs quantiques de millions de qubits. En plus du silicium, ces puces intègrent des aimants, du cobalt et deux électrons. L’équipe néerlandaise teste actuellement un circuit de trois qubits et envisage de passer ensuite à cinq, puis dix qubits. Pour l’heure, ces puces en silicium destinées aux ordinateurs quantiques ne sont encore qu’au stade expérimental et sont très limitées dans leur utilisation. Malgré tout, le partenariat d’Intel avec les chercheurs de de l’université de Delft prouve que le concept fonctionne.
 
Un petit joystick pliable pour appareils portables
Facilement transportable dans une poche, déployé en une fraction de seconde, le joystick tactile développé par la start-up Foldaway Haptics, qui donne le sens du toucher aux appareils portables ou aux drones, vient d’être intégré dans une version plus petite, avec des manettes de réalité virtuelle. Prêt à être commercialisé, il a été présenté à la Foire de Hanovre. Plié et déplié en un clin d’œil, ce joystick tactile est à peine plus gros qu’une carte de crédit. Utilisant peu d’énergie, il peut être branché sur un ordinateur ou un téléphone portable.
Ce petit dispositif rivalise en matière de sensations avec les plus gros. Escamotable, peut être rangé dans un sac d’ordinateur portable ou même dans une poche. Il passe en une fraction de seconde d’un format plat de moins de 2 mm d’épaisseur, à un joystick en trois dimensions grâce à un petit aimant. Une légère traction vers le haut déploie toute la structure.
Issu de plusieurs années de recherche au Laboratoire de robotique reconfigurable de l’EPFL, ce joystick robotisé relève en fait plusieurs défis techniques. Par exemple, les mouvements reproduisant le retour de force sont générés par des électro-aimants submillimétriques intégrés dans la structure. Le plus gros atout de ce petit robot est certainement son mode de fabrication. Il est élaboré grâce à une juxtaposition de fines couches de divers matériaux. L’assemblage étant automatisé, il est facilement reproductible dans le cadre d’une production de masse.
marco.salerno@epfl.ch,
tél. 078 811 75 25
stefano.mintchev@epfl.ch,
tél. 078 841 86 23


27 Février 2018  |  Informatique & Télécommunications

Informatique & Télécommunications (2/2018)

Les internautes qui naviguent fréquemment sur le Web sont souvent importunés par de la publicité dont ils pourraient très bien se passer. Lorsque celle-ci devient trop intrusive et peu gêner l’utilisateur, un bloqueur de publicité peut être une solution. Il faut toutefois garder à l’esprit que c’est aussi une partie des revenus des administrateurs de sites que l’on met...

Informatique & Télécommunications (4/2018)

Un nouveau rapport technique de l’Union internationale des télécommunications (UIT) présente les nouvelles exigences radioélectriques de la 5G du point de vue des contraintes qu’elles constituent pour les réseaux de transport optique. Ce rapport fournit un cadre pour accélérer les projets relatifs au transport 5G menés au sein de la Commission d’études 15 (CE 15) de...
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch