Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 04/2018

Informatique & Télécommunications (4/2018)

L’UIT intensifie ses travaux sur le transport optique 5G
Un nouveau rapport technique de l’Union internationale des télécommunications (UIT) présente les nouvelles exigences radioélectriques de la 5G du point de vue des contraintes qu’elles constituent pour les réseaux de transport optique. Ce rapport fournit un cadre pour accélérer les projets relatifs au transport 5G menés au sein de la Commission d’études 15 (CE 15) de l’UIT-T, ungroupe d’experts de la normalisation chargé du transport, de l’accès et des installations domestiques.
Le rapport aborde les spécifications 3GPP et CPRI sous l’angle du réseau de transport et présente la vision qu’a la CE 15 des nouvelles exigences de la 5G. Ce document de référence donne des orientations pour les nouveaux projets de normalisation menés par la commission afin de faire évoluer le réseau de transport pour pouvoir prendre en charge la 5G.
Le rapport décrit quatre scénarios de déploiement des réseaux d’accès radioélectrique 5G, avec leurs incidences sur la classification des liaisons de raccordement avant, intermédiaire et arrière dans les réseaux de transport optique. Il présente les exigences de la 5G pour ce qui est de la synchronisation en temps et en fréquence et met en avant les niveaux de précision requis définis par le 3GPP. Il attire l’attention sur les interfaces de gestion/contrôle du réseau de transport nécessaires pour prendre en charge des capacités multiservices et le découpage du réseau 5G, en particulier en ce qui concerne l’interaction des systèmes de gestion du réseau de transport et du réseau 5G.
 
Un milliard d’euros pour des superordinateurs
À travers l’initiative EuroHPC, destinée à rattraper le retard technologique de l’Europe, la Commission européenne compte investir un milliard d’euros pour acquérir deux superordinateurs du top 10 mondial, afin d’éviter aux scientifiques et aux entreprises européennes de devoir traiter leurs données massives hors d’Europe. En effet, les superordinateurs sont nécessaires pour développer des technologies d’avenir, comme l’intelligence artificielle et ses applications dans des secteurs comme la santé, l’ingénierie ou la sécurité.
Actuellement, les deux superordinateurs les plus rapides au monde se trouvent en Chine. La plupart des autres superordinateurs du top 10 sont localisés au Japon et aux États-Unis. Grâce à l’initiative EuroHPC, la Commission européenne espère que l’Europe possédera au moins deux superordinateurs du top 10.
Ces ordinateurs de type pre-exascale seront capables d’effectuer 1017 calculs par seconde. Deux autres machines plus petites pourront effectuer 1016 calculs par seconde. Au total, quatre superordinateurs seront financés. Des efforts de recherche seront lancés pour développer le matériel et les logiciels et un autre superordinateur encore plus rapide, capable de réaliser 1018 calculs par seconde,sera financé entre 2022 et 2023.
 


Informatique & Télécommunications (6-7/2018)

Pour commencer une démarche de sécurisation des données dans une entreprise, il est indispensable de réaliser un diagnostic pour décrire la situation actuelle au regard de la cybersécurité. À cet effet, il existe sous https://www.entreprises.gouv.fr/information-strategique-sisse/outils, un outil gratuit qui permet de tester son niveau global de sécurité. Il ne requiert que...

Informatique & Télécommunications (5/2018)

En collaboration avec Intel, une équipe de l’université de Delft aux Pays-Bas a mis au point une puce quantique en silicium et en germanium de 2 qubit, capable d’exécuter des algorithmes très rudimentaires. Il s’agit du premier processeur programmable réalisé avec la filière silicium. Deux autres principes de composants quantiques, l’un utilisant des ions piégés et...
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch