27 Février 2018  |  Espace & Particules
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 02/2018

Espace & Particules (2/2018)

Oumuamua serait une comète
Oumuamua, ce petit corps de 400 m de long qui a fait irruption dans le Système solaire en octobre dernier et qui est le premier objet interstellaire jamais observé dans l’histoire de l’astronomie, serait une comète. En effet, l’analyse spectrale réalisée par le VLT et par le télescope Herschel est comparable à celle des astres transneptuniens majoritairement composés de glace. Une gangue à sa surface protégerait la glace des rayons solaires et l’empêcherait de se sublimer pour former une queue, comme le font la plupart des comètes.
 
Microscope confirme le principe d’équivalence
Les premiers résultats du satellite Microscope montrent qu’il existe bien une universalité de la chute libre, confirmant ainsi le principe d’équivalence, sur lequel Albert Einstein a bâti sa théorie de la relativité générale. Microscope était chargé de vérifier, en orbite autour de la Terre, la véracité de ce principe. Il l’a fait avec une précision de 10-14, soit dix fois mieux que la précédente mesure réalisée en 2012par une balance de torsion à l’Université de Washington. D’ici la fin de sa mission au cours de cette année, cette expérience, basée sur une masse de 400 g de platine et de 300 g de titane, devrait encore gagner en précision.
 
Un amateur retrouve un satellite perdu
Scott Tilley, un astronome amateur vivant au Canada et électricien de son métier, a retrouvé, à l’aide de son équipement radio, un satellite scientifique de la NASA perdu depuis 12 ans. C’est en recherchant un mystérieux espion du nom de code Zuma, qu’il a découvert IMAGE, un satellite qui était chargé d’étudier la magnétosphère, une zone de l’espace située entre 800 et 1000 km d’altitude.
Scott Tilley n’a pas trouvé Zuma, mais il a enregistré des signaux radio et à l’aide d’un logiciel mis au point par un ami chasseur de satellites, il a constaté qu’ils devaient provenir d’IMAGE. Alors que l’engin était tombé en panne de batterie, il s’était remis à émettre, mais personne ne l’écoutait plus. C’est probablement en raison d’un long passage dans l’ombre de la Terre que s’est effectué une remise à zéro de tous les systèmes de bord, annulant l’effet de la panne de 2005.
L’agence américaine avait perdu le contact avec le satellite en 2005. Deux ans plus tard, elle a arrêté de le chercher, faute de moyens. La NASA va continuer à analyser ce satellite d’une valeur de 150 millions de dollars, afin d’essayer d’en reprendre le contrôle.
 
Chury se dévoile
Les quelque 35’000 grains de poussière collectés par la sonde Rosetta autour de la comète Churyumov-Gerasimenko ont révélé qu’elle est composée de 30 % d’hydrogène, de 30 % d’oxygène, de 30 % de carbone, de 5,5 % de silicium, de 1,6 % de fer et de 0,6 % de magnésium. En masse, 55 % de ces éléments sont sous forme minérale et 45 % sous forme organique.


10 Avril 2018  |  Espace & Particules

Espace & Particules (4/2018)

À l’issue d’une sélection draconienne, le groupe de l’EPFL, EPFLoop figure parmi les vingt équipes retenues pour participer à l’Hyperloop Pod Competition qui aura lieu le 22 juillet prochain aux États-Unis. S’adressant aux étudiants des universités et hautes écoles, cette compétition a pour but de créer un prototype de capsule et de le tester sur la rampe d’essai...
21 Août 2018  |  Espace & Particules

Espace & Particules (8/2018)

Découvert en 1919 par Rutherford, le proton est, avec le neutron, l’un des composants fondamentaux des atomes. Seul constituant du noyau d’hydrogène, il est composé de trois quarks liés par l’interaction forte – l’une des quatre forces élémentaires présentes dans l’Univers ­–, transmise par des gluons. L’interaction forte assure la cohésion des noyaux des...
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch