31 Janvier 2018  |  Rétrospective
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 01/2018

Rétrospective (1/2018) - La Revue en 1901

À propos des télégraphones de Poulsen
L’invention de l’ingénieur danois Waldemar Poulsen consiste à recueillir magnétiquement, par l’intermédiaire du téléphone, la parole humaine sur un fil ou une bande d’acier ou de nickel. Le schéma du télégraphone est le même que celui d’un téléphone ordinaire dans lequel le récepteur est remplacé par un petit électro- aimant. Lorsque l’on parle devant un téléphone, on produit des variations de pression qui se transmettent par la membrane aux particules de charbon du microphone. De ce fait, la résistance ohmique de cette masse varie et, par suite, le courant de l’élément du microphone subit des fluctuations qui produisent des aimantations variables du fil, qui sont proportionnelles aux pressions qui les ont produites.
Le cycle que nous venons de décrire est réversible; il suffira donc, pour reproduire la conversation, de faire repasser le fil devant l’électro-aimant lorsque celui-ci est relié au téléphone.
 
Fondation d’une société d’aérostation suisse
L’aérostation, pendant longtemps négligée et considérée comme un amusement pour les fêtes publiques, a depuis 20 ans pris une importance toujours plus grande. Les études qui ont été faites en France et en Allemagne pour l’utiliser dans un but militaire lui ont donné un fort développement, les officiers qui ont été chargés de ce nouveau service ayant introduit, soit pour le matériel, soit pour la conduite des ascensions, de nouveaux perfectionnements. Pendant la même époque, des inventeurs, séduits par le beauté du résultat à obtenir, ont cherché, mais en vain, à résoudre le problème de la navigation aérienne et ces dernières années, on a aussi employé les ressources que nous fournit l’aérostation pour étudier plus exactement les mystères de la haute atmosphère.
Dans certains pays, des sociétés se sont fondées pour donner aux études aérostatiques une impulsion plus grande: en France, l’Aéro-Club a obtenu dans ses concours de 1900, des résultats remarquables par la durée des ascensions et la distance parcourue. En Allemagne, les expériences du comte Zeppelin ont eu un retentissement tel qu’elles ont attiré sur ces questions l’attention de nombreuses personnes qui les ignoraient encore.
Jusqu’à maintenant, la Suisse s’est tenue à l’écart de ces expériences; sauf quelques ascensions libres faites par M. Spelterini et sa tentative de traverser les Alpes, on ne peut y citer aucun essai sérieux en aérostation. Ce n’est que tout récemment, à la suite des premières manoeuvres que nous avons faites avec nos aérostiers militaires, qu’il semble que l’intérêt s’éveille et que la curiosité que nous avons toujours eue pour les sciences naturelles se porte enfin aussi de ce côté. Le but d’un Aéro-Club suisse doit être, à côté de toutes les questions qui se rattachent à l’aérostation, de facilite les ascensions libres.
 


20 Mars 2018  |  Rétrospective

Rétrospective (3/2018) - La Revue en 1928

Nos expériences au sujet de la semaine de 48 heures sont un peu plus complètes qu’il y a deux ans. Plus nous avançons dans le temps, mieux se fait sentir l’adaptation de notre industrie à la nouveauté que représentait, pour elle, la réduction brusque de la durée du travail. Pour qui se rappelle que les dispositions de la loi de 1877 n’étaient pas encore respectées de chacun et...
10 Avril 2018  |  Rétrospective

Rétrospective (4/2018) - La Revue en 1938

Sans entrer dans des détails purement militaires, voyons comment l’aviation a pu dépasser, en 1934 déjà, le 700 km/h, vitesse très élevée non encore atteinte sur les appareils de guerre puisque, selon les derniers enseignements tirés du récent salon de Paris, les avions les plus rapides ne dépassent que de fort peu les 500 km/h. Cependant, ce bref coup d’oeil nous...
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch