18 Décembre 2017  |  Énergie & Environnement
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 12/2017

Énergie & Environnement (12/2017)

Le Weden: une solution alternative au plastique
Créée en 2016 par deux jeunes ingénieurs, Arthur Escoffier et Cyril Jiguet, l’entreprise Obsess développe et fabrique des solutions alternatives au plastique grâce à un procédé innovant et à une nouvelle matière, le Weden. Ce matériau composite d’un nouveau genre, associe des feuilles de bois contrecollées qui peuvent être assemblées avec des films d’aluminium ou d’isolant et cintrées dans un moule, de façon à former des objets aux propriétés de flexibilité étonnantes. Cette matière souple se déforme, avant de reprendre sa forme originale.
C’est à l’école d’ingénieur qu’Arthur Escoffier et Cyril Jiguet ont commencé à conceptualiser un masque de ski à base de Weden, avant d’élargir leur idée à d’autres objets, suscitant l’intérêt des réseaux économiques et des investisseurs. Un an après la création de leur entreprise à Cluses, en Haute-Savoie, les entrepreneurs ont déménagé dans de nouveaux locaux de 450 m², à Meythet.
Les objets à base de Weden sont fabriqués dans des moules de cintrage et mis sous presse. Réalisés à base de mousses ou de planches, ces moules sont adaptables en fonction des besoins des clients, ce qui permet de réaliser des objets personnalisés. L’entreprise peut faire de la petite et moyenne série, jusqu’à 5000 pièces, dont certaines peuvent mesurer 2,5 m x 1,2 m, ainsi que des pièces unitaires dont la taille n’est pas limitée. Parmi les prototypes déjà réalisés, Obsess compte à son actif, outre un masque de ski, des tabourets qui épousent les formes du fessier, des lacets de Champagne pour le support et le transport, ou encore des chaises.
www.wedenmade.com
 
Début des travaux de forage dans le Mandement
Après trois ans de prospection du sous-sol dans tout le canton de Genève, des travaux de forage ont débuté à Satigny. Leur objectif est d’atteindre les couches du Crétacé, situées à 650 m de profondeur, datant de cent millions d’années. Des fissures ont en effet été détectées, qui devraient contenir de l’eau chaude exploitable pour chauffer des bâtiments. À terme, il s’agit de couvrir une partie des besoins thermiques du canton avec une ressource non polluante, renouvelable et disponible 24 heures sur 24.
Avec une progression moyenne de 10 m par jour, les travaux devraient durer trois mois. Ce premier forage exploratoire vise à confirmer les données recueillies par réflexion sismique, à l’aide d’un camion vibreur. Il s’agit de vérifier le débit disponible, la température de l’eau, ainsi que d’autres paramètres. Par précaution, un obturateur a été placé à la surface, pour fermer le forage au cas où de l’eau sous pression remonterait, voire du gaz. En effet, les géologues n’excluent pas de tomber sur des poches de gaz naturel, que l’on trouve parfois en petites quantités dans le sous-sol genevois. Si cela se produit, une torchère le brûlera. Par ailleurs, des capteurs contrôlent tout risque sismique.


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch