25 Octobre 2017  |  Informatique & Télécommunications
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 10/2017

Informatique & Télécommunications (10/2017)

Bientôt la 5G pour les smartphones
La mise en place de la 5G pourrait arriver plus vite que prévu. Le 3GPP (3rd Generation Partnership Project), organisme en charge de la standardisation des technologies télécoms, vient d’approuver une spécification 5G provisoire - Non-Standelone 5G NR - qui doit permettre d’équiper les smartphones de la 5G avec un an d’avance. Plus de 40 entreprises du secteur appuient ce calendrier. De nombreux acteurs testent depuis deux ans la 5G dans des conditions réelles.
Cette spécification provisoire suppléerait un temps à l’arrivée de la norme définitive, qui devrait être prête mi-2018. La norme Non-Standalone 5G NR (pour New Radio) doit permettre de concevoir et commercialiser des appareils et logiciels compatibles avec la 5G, mais qui vont utiliser les fréquences et réseaux 4G/LTE. Au moment de la mise en place de la norme 5G définitive, ces appareils et logiciels seraient par conséquent compatibles et fonctionnels sur ce nouveau réseau.
 
Des brins d’ADN modifiés pour contenir un maliciel
Des chercheurs de l’université de Washington ont réussi à réaliser un logiciel malveillant exploitant une faille de sécurité au sein d’un séquenceur génétique, en lui fournissant des brins d’ADN modifiés pour contenir un maliciel (programme malveillant). Conséquence: lorsqu’un séquenceur de gènes analyse ces données, le maliciel se déclenche, corrompt le logiciel de séquençage et prend le contrôle de l’ordinateur.
Il s’agit certes d’une expérience de laboratoire, mais comme l’ADN pourrait représenter l’avenir du stockage des données, cela ne manque pas d’inquiéter. Et cela ouvre aussi de nouvelles perspectives de développement en matière de sécurité informatique. Heureusement, ce type de menace n’est pas (encore) d’actualité. Il s’agit d’une démonstration menée par des chercheurs qui ont utilisé des méthodes complexes qui laissent penser que la démocratisation de ce type d’attaque n’est pas pour demain.
 
Blackberry récolte le fruit de ses efforts de recentrage
Abandonner son marché d’origine pour en conquérir un autre n’est jamais une mince affaire. C’est pourtant le parcours qu’a été contraint de suivre Blackberry (anciennement RIM), passé du rang de quatrième fabricant de terminaux mobiles au monde en 2010, à celui d’une entreprise perdant beaucoup d’argent (6 milliards de dollars) en 2014. Après avoir tourné autour du pot pendant de nombreuses années, ce n’est finalement que depuis l’an dernier que le fournisseur canadien décide de sortir de la fabrication de terminaux mobiles pour se réorienter à 100 % dans le logiciel. Si l’on pouvait se poser il y a quelques mois la question de la réussite du recentrage de ce fournisseur, elle semble aujourd’hui bien partie au regard des derniers résultats financiers de l’entreprise pour son deuxième trimestre fiscal 2017.


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch