25 Octobre 2017  |  Flash
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 10/2017

Le Prix Nobel de physique

Le Prix Nobel de physique vient d’être attribué à l’une des plus grandes découvertes de ces dernières années, la détection d’ondes gravitationnelles. Trois astrophysiciens américains, Barry C. Barish et Kip S. Thorne, tous deux professeurs au Caltech (California Institute of Technology) et Rainer Weiss, professeur émérite au MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont été récompensés pour leurs contributions décisives au détecteur LIGO et à l’observation de ces déformations de l’espace-temps, ouvrant une nouvelle fenêtre sur la connaissance de l’Univers. Rainer Weiss reçoit la moitié du prix de 9 millions de couronnes suédoises (950’000 euros), l’autre étant partagée par Barry C. Barish et Kip S. Thorne. Le jury du Nobel a primé une avancée capitale de la recherche, qui confirme une prédiction qu’avait faite Albert Einstein il y a un siècle, dans sa théorie de la relativité générale.
C’est le 14 septembre 2015 que ces ondes très particulières ont été observées. Les trois chercheurs ont été les maîtres d’œuvre de la coopération internationale ayant permis la mise en place des instruments Ligo et Virgo. Ce sont ces structures gigantesques qui ont permis de détecter la vibration de l’espace-temps provoquée par la fusion de deux trous noirs, situé à des millions d’années-lumière de la Terre.
Les physiciens ont mis des décennies, depuis les années 1970, à construire les instruments capables de repérer ces infimes déplacements. Aux États-Unis, deux détecteurs ont été construits à Hanford (État de Washington) et Livingston (Louisiane), à 3000 km l’un de l’autre, pour constituer l’expérience LIGO. En Europe, près de Pise, Virgo est son homologue, avec deux bras de 3 km de long parcourus par des lasers, au lieu de 4 km pour LIGO.
Hasard du calendrier, des chercheurs ont annoncé, le 27 septembre dernier, la détection pour la quatrième fois d’ondes gravitationnelles émises par la fusion de deux trous noirs. Si les trois premières avaient été uniquement repérées par le détecteur américain Ligo, cette dernière a également été détectée par l’instrument européen Virgo. De quoi permettre aux scientifiques de mieux localiser l’origine des deux trous noirs, grâce à un principe de triangulation.


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch