Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 04/2017

Informatique & Télécommunications (4/2017)

Stockage de données basé sur l’ADN
De plus en plus de chercheurs se tournent vers l’ADN pour le stockage des données. Une nouvelle étude menée par des scientifiques de l’Université de Columbia et du Centre de génomique de New York a déterminé qu’un algorithme utilisé pour le streaming vidéo sur les mobiles pouvait débloquer la capacité de stockage de l’ADN en compactant plus d’information sur les quatre nucléotides de base.
Yaniv Erlich et sa collègue Dina Zielinski ont choisi de coder six fichiers sur de l’ADN: un système d’exploitation complet, le film français des frères Lumière «L’arrivée d’un train à la Ciotat» (datant de 1895), une carte cadeau de 50 dollars, un virus informatique, une CAO de la sonde spatiale Pioneer et une étude du théoricien de l’informatique Shannon datant de 1948. Pour récupérer les fichiers à partir de cet ADN, ils ont utilisé un outil de séquençage puis un logiciel spécialisé pour traduire le code génétique en binaire et ont récupéré l’ensemble des fichiers sans aucune erreur.
 
IBM Q: des ordinateurs quantiques à portée de cloud
IBM lève le voile sur une initiative visant à commercialiser un ordinateur quantique, l’IBM Q. Cette offre sera accessible via la plate-forme Cloud de la firme. Alors que les techniques utilisées actuellement sur des ordinateurs classiques peuvent aider à tirer des informations à partir de vastes quantités de données, les ordinateurs quantiques, quant à eux, fourniront des solutions à des situations où ces structures ne peuvent pas être détectées parce que les données n’existent pas ou parce que les possibilités d’exploration pour obtenir la réponse sont trop énormes pour être traitées par des ordinateurs classiques, explique IBM dans un communiqué.
Des ordinateurs quantiques d’environ 50 qubits devraient être mis au point dans les années à venir, assure la firme d’Armonk. Dans l’attente, de nouvelles API (interfaces de programmation d’application) sont proposées, afin d’accéder à la puissance de l’ordinateur quantique de 5 qubits proposé au travers du Cloud de Big Blue.
 
Un logiciel malveillant effaceur de disque dur
Un nouveau virus informatique fait ses premiers pas en Europe. Les chercheurs de l’équipe GReAT (Global Research & Analysis) de Kaspesky Lab viennent de mettre la main sur ce nouveau logiciel malveillant, qui s’appelle StoneDrill. Il détruit toutes les données des disques durs des machines qu’il infecte.
Si le mode de propagation de cet «effaceur est inconnu, son mode opératoire ne manque pas d’ingéniosité. Dès qu’il est installé sur la machine attaquée, il s’implante dans la mémoire du navigateur par défaut de l’utilisateur, ce qui complique sa détection d’autant que, lors de cette opération, il utilise des techniques anti-détection visant à leurrer les antivirus. Une fois bien en place, StoneDrill déclenche alors son processus de destruction des fichiers du disque en réécrivant les données à l’aide de nombre aléatoires, ce qui rend leur récupération quasi impossible.


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch