18 Février 2018  |  Aéronautique
Publié uniquement sur Internet

Sentir son drone grâce à un joystick à retour tactile

Plus intuitif que les télécommandes habituelles, le joystick développé par la jeune pousse MotionPilot permet de piloter un drone d’une seule main, de manière intuitive. Le prototype a convaincu des connaisseurs et la commercialisation pourrait démarrer rapidement. Dotée d’un manche à retour tactile, une version de ce dispositif donne à l’utilisateur des indications sur sa position.

Surveillance agricole, prises de vues, loisirs, courses… L’utilisation des drones s’est diversifiée bien plus rapidement que la manière de les piloter. Écran de smartphone ou manette, le principe reste le même depuis l’apparition des premiers drones voici bientôt 50 ans: un pouce sur les gaz pour régler l’altitude et la direction, l’autre pour l’inclinaison selon les deux axes.
Or faire décoller, stabiliser ou encore poser un drone avec ce système est plus ardu qu’il n’y paraît. «Nous avons remarqué que de nombreuses personnes avaient de la peine à prendre le contrôle de leur drone pendant les premières heures de pilotage», souligne Timothée Peter, l’un des quatre cofondateurs de la jeune entreprise MotionPilot.
Le joystick, que ces étudiants en dernière année de Master en microtechnique à l’EPFL ont mis au point, rassemble les commandes pour un pilotage intuitif et fluide. Tenu dans une seule main, il suffit de l’incliner pour diriger le drone, alors qu’une gâchette manipulable avec l’index gère l’altitude. «Cette manière de piloter permet aux débutants de commencer à voler tout de suite avec plaisir», estime Julien Perroud, pilote expérimenté et membre du comité d’Aeropoly, une association qui vise à promouvoir les sports aéronautiques sur le campus.
 
Timothée Peter aux commandes du joystick permettant de piloter un drone d’une seule main, de manière intuitive. (Photo: crédit Alain Herzog)
 
 
Plusieurs niveaux de pilotage
Possédant trois niveaux de compétences, le dispositif est également destiné à des utilisateurs plus aguerris. «Avec le mode de pilotage débutant, le système prend en charge la trajectoire effectuée par le drone afin de faciliter au maximum l’apprentissage», déclare Timothée Peter. Les deux niveaux supérieurs laissent davantage de liberté et de possibilités au pilote. Le mode de vol peut être sélectionné depuis une application sur mobile.
Agréablement surpris par les possibilités du second niveau, qu’il a testé, Julien Perroud se dit même épaté de voir les acrobaties possibles: «Le passage de la télécommande traditionnelle au joystick est aisé et ce dernier permet d’oublier qu’on pilote, tellement c’est instinctif. Une belle découverte. Je suis curieux de découvrir tout le potentiel qu’ils pourront tirer de ce nouveau design, tout en maintenant la pluripotence d’une télécommande «standard»» .
 
Donner au drone le sens du toucher
Les jeunes entrepreneurs n’ont pas attendu d’avoir leur diplôme en poche pour mettre en pratique leur savoir et se rapprocher de leurs ambitions: révolutionner le rapport entre l’humain et le drone. Pour s’immerger davantage dans le vol, il manquait au drone le sens du toucher. MotionPilot le lui a donné. Cette société développe dans son joystick, un retour haptique intégré dans le manche. Une manière de procurer aux utilisateurs davantage de sensations et d’expériences.
Si l’idée du joystick pour piloter un drone est également développée par quelques autres spécialistes, avec une technologie complètement différente cependant, MotionPilot est la première à intégrer ce retour tactile. Grâce à différents capteurs situés sur le drone, sa position en l’air, ainsi que les forces qu’il subit, sont transmises au système tactile du manche.
 
Le joystick développé par la jeune pousse MotionPilot. (Photo: crédit Alain Herzog)
 
 
Le pilote a la sensation de faire corps avec l’engin
Le pilote, d’autant plus s’il est équipé de lunettes de vol en immersion (FPV), a ainsi la sensation de faire corps avec l’engin. Une première que ces entrepreneurs de moins de 25 ans, forts de leurs talents complémentaires, ont patiemment pensée, élaborée, dessinée et fabriquée et dont ils ne souhaitent pas davantage dévoiler les secrets de fabrication pour l’instant.
Récompensés par diverses aides à l’entrepreneuriat, telles que Venture Kick, le premier prix du concours START ou encore l’European Student Start up, les entrepreneurs en herbe ont d’ores et déjà confronté leurs idées à l’expertise de nombreux professionnels. Leur objectif est maintenant de passer à la commercialisation d’un kit prêt à l’emploi, composé de leur joystick, d’un drone et de lunettes FPV pour un vol en complète immersion. En négociations avec des fabricants de drones, Timothée Peter projette une sortie sur le marché, sans le retour tactile dans un premier temps, avant la fin de l’année.
 
Timothée Peter,
MotionPilot
Tél. 079 357 61 69
timothée.peter@epfl.ch


31 Octobre 2018  |  Aéronautique

Drones civils – Enjeux et perspectives

La fondation TA-SWISS a réalisé une étude présentant les opportunités et les risques de la technologie des drones. Cette étude analyse le cadre réglementaire et montre le potentiel d’un développement stratégique pour la recherche et l’industrie suisses, qui se positionnent très fortement dans ce domaine.
25 Avril 2018  |  Aéronautique

Drones – les loups déguisés en moutons ?

Les drones ouvrent des perspectives jusqu’ici inédites. Initialement conçus pour le combat et l’observation militaire, ils sont de plus en plus utilisés dans le secteur civil. Néanmoins en 2015, un quadricoptère a mis en alerte les forces de sécurité en s’écrasant devant la Maison-Blanche et au début 2017, les agents de sécurité de Davos ont intercepté des drones survolant le Forum économique mondial, en dépit d’une interdiction de vol. La Haute école spécialisée bernoise BFH-TI dispose d’un antidote efficace contre ces risques.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch