08 Janvier 2018  |  Productique
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 11/2017

La personnalisation ne fait que commencer

Carmen Klingler-Deiseroth*

Pour la génération née dans le monde numérique, les produits personnalisés sont de plus en plus évidents. Les fabricants de ces produits ont donc besoin d’installations d’une grande souplesse, fonctionnant à la fois avec efficacité et rentabilité. Ce qui pose de nouveaux défis aux infrastructures de production.

Au cours de ces dernières années, les possibilités de personnalisation des produits de série se sont accrues. La jeune génération, née dans le monde numérique en particulier, a de plus en plus besoin de composer individuellement en ligne, non seulement les mueslis, les voitures ou les albums photos, mais également de pouvoir définir de nombreux autres produits de la vie quotidienne, en fonction de ses souhaits et de ses exigences. Robert Kickinger, responsable des technologies mécatroniques chez B&R, est persuadé que la personnalisation ne fait que commencer.
 
Pour la génération née dans le monde numérique, les produits personnalisés sont de plus en plus évidents.
 
 
La rentabilité dans la taille de lot 1
La production dans la taille de lot 1 n’est pas une nouveauté, c’est la réalité quotidienne dans de nombreuses entreprises artisanales. «Ce qui est toutefois nouveau, c’est la fabrication en série de produits personnalisés», déclare Robert Kickinger. Et jusqu’à présent, celle-ci n’était que difficilement réalisable à bon marché, car la plupart du temps, la flexibilisation des installations va de pair avec une baisse du taux de rendement global (TRG). «Dans ce cas, la personnalisation n’est plus rentable».
Une production en série personnalisée doit, par conséquent, viser à ne pas réduire les trois composantes du TRG – que sont la disponibilité, la performance et la qualité – face à une production de série traditionnelle. Il faut, en outre, pouvoir garantir un retour sur investissement attractif, ainsi qu’un délai de commercialisation aussi bas que possible pour les nouveaux produits ou les modifications de produits. C’est seulement ainsi qu’il sera possible de réaliser de manière économique la personnalisation des produits de masse.
Jusqu’à présent, les installations flexibles nécessitaient de longues procédures de mise au point. «Souvent, les problèmes n’apparaissaient que lorsque l’installation était en service», explique le spécialiste de la mécatronique. Si des modifications fondamentales de la conception de la machine se révélaient alors nécessaires, le délai de commercialisation pouvait être différé de plusieurs mois. «Et le temps, c’est de l’argent !». Si l’on peut tester préalablement l’installation ou certaines parties d’installations lors d’une simulation, les délais de commercialisation peuvent parfois être considérablement réduits.
 
De nouvelles technologies ainsi que la demande croissante de produits de série personnalisés engendrent de nouvelles possibilités de création de valeur pour l’industrie.
 
 
Des modifications plus rapides
Une fois que l’installation est en service, la disponibilité devient un élément décisif. Le temps nécessaire à toute modification joue alors un rôle essentiel. «La production de série personnalisée de demain sera également marquée par l’exécution de commandes passées en ligne», explique Robert Kickinger. Aujourd’hui déjà, des clients sont associés en ligne et de manière automatisée, dans la définition de performances de produits, pour les voitures ou dans l’industrie graphique, par exemple. «Cette procédure deviendra bientôt la norme pour de nombreux produits», Robert Kickinger en est convaincu. Afin de garantir une disponibilité économique des installations, il sera nécessaire de minimiser le temps nécessaire à procéder aux modifications, voire même de le supprimer.
Ce ne sont pas que les produits, mais également le groupement des produits dans l’emballage qui seront personnalisés. Une machine flexible doit être conçue de manière à pouvoir placer, par exemple, à partir de trois produits, toutes les combinaisons possibles dans un emballage final de six produits. «Ceci est impossible avec les procédés de production traditionnels», affirme Robert Kickinger. Cela nécessiterait des modifications permanentes, qui diminueraient la productivité. «Nous devons donc trouver une solution permettant de placer individuellement, avec souplesse et en temps réel, différents produits à une cadence de production maximale».
 
Dans la production de série personnalisée, il faut pouvoir séparer avec souplesse les flux de production, puis les réunir à nouveau.
 
 
Trier en temps réel
Afin de maintenir une haute qualité, il est nécessaire de pouvoir réagir en temps réel aux problèmes, ainsi qu’aux produits défectueux – sans perturber le processus de production. «On doit pouvoir trier sur place les produits de mauvaise qualité, à une cadence de production maximale», déclare Robert Kickinger. Ainsi, si l’on constate un défaut lors d’un contrôle de qualité, le produit doit pouvoir être immédiatement retiré de la production. Car si le produit défectueux passe à travers l’ensemble du procédé, voire même s’il est emballé, c’est tous les produits qu’il faudra trier dans l’emballage final.
Mais ce ne sont pas que les produits qui peuvent être défectueux. Si dans une ligne de conditionnement, par exemple, l’une des nombreuses vannes de remplissage est défaillante, le système d’automatisation doit réagir de manière intelligente afin que le poste défectueux ne puisse plus fonctionner – sans toutefois interrompre le procédé. Jusqu’à présent, dans un tel cas, deux possibilités se présentaient: «Soit je laisse le procédé se poursuivre et tous les produits qui ont été remplis via la vanne défectueuse sont à jeter, soit j’arrête la production», explique Robert Kickinger. Du point de vue économique, aucune de ces deux options n’est sensée.
 
Une machine flexible permet d’assembler n’importe quelle combinaison de produits individuels dans un emballage final.
 

Adaptabilité et sécurité de l’investissement
Dans la plupart des cas, il n’est pas possible d’agrandir une installation traditionnelle. Pour augmenter le nombre de pièces, il faut soit y ajouter une autre ligne, soit remplacer la ligne existante par une nouvelle. Ce qui exige non seulement d’importants investissements, mais prend aussi beaucoup de place. «Il ne faut pas qu’il en soit ainsi», affirme Robert Kickinger.
Dans un processus fortement cadencé, la station de traitement la plus lente détermine la quantité maximale de pièces par minute. Pour l’augmenter, une automatisation est nécessaire, qui rompt cette cadence. La mise en parallèle de procédures plus lentes sur plusieurs stations permet de multiplier la productivité, sans augmenter proportionnellement la surface au sol de la machine. Pour ce faire, il faut un système qui répartisse un flux de produits continu sur plusieurs stations de traitement, puis les réunisse à nouveau.
Il existe encore d’autres possibilités, lorsque ce système peut être complété par d’autres stations sur le site. On peut alors adapter la capacité en fonction de la demande. «C’est une véritable sécurité de l’investissement, adaptable aux exigences de la production».
 
Les avantages concurrentiels
Le retour sur investissement, le taux de rendement global et le délai de commercialisation forment la base économique de toute production. Dans ce contexte, les constructeurs de machines, ainsi que les exploitants de machines et d’installations, doivent relever le défi de flexibiliser la production. «Ceux qui n’en tiennent pas compte, risquent d’en subir les conséquences sur le plan de la concurrence», Robert Kickinger en est persuadé. Il a été démontré que les produits de série personnalisés permettent d’obtenir des marges plus élevées que celles obtenues sur des produits de série traditionnels. La personnalisation ne peut toutefois être réalisée qu’avec une infrastructure de production d’un haut niveau.
 
L’avenir de la personnalisation
Lors du salon SPS IPC Drives 2017, B&R présentera un nouveau produit qui simplifie considérablement la personnalisation des produits de série. Il sera dévoilé le mardi 28 novembre à 9 h 30 sur le stand de B&R (halle 7, stand 206) et sera transmis en direct dans le monde entier sur YouTube.
 
B&R Industrie-Automation AG
2504 Bienne
Tél. 032 315 00 80
 

* Journaliste spécialisée indépendante


12 Janvier 2018  |  Productique

Des systèmes innovants pour l’impression 3D

La Miam Factory belge commercialise des créations chocolatées en 3D, le fabricant allemand voxeljet propose une production numérique de formes et de modèles en 3D pour la coulée de métal et la société italienne MHOX promet, jusqu’en 2027, des yeux imprimés en 3D avec une meilleure vision et une connexion WI-FI. Une compétence spécialisée exceptionnelle est à l’origine de ce type d’impression novateur.
10 Janvier 2018  |  Productique

Détermination des indicateurs TRS sur une ligne d’assemblage

Grâce à l’installation d’un système RFID industriel UHF de Balluff sur une ligne d’assemblage pour chaudières, la fonderie WESO a résolu l’une des tâches les plus difficiles pour la détermination des indicateurs TRS (taux de rendement synthétique).
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch