04 Octobre 2017  |  Espace
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 08/2017

Le rôle de la Suisse dans la mission PLATO de L’ESA

PLATO, la plus grande mission européenne de recherche sur les exoplanètes, a été adoptée par l’Agence spatiale européenne. La Suisse, par l’intermédiaire de l’UNIGE et de l’UNIBE, est particulièrement impliquée dans cette mission qui doit permettre aux astronomes de découvrir et de caractériser des planètes de la taille de la Terre, ainsi que des super-terres orbitant dans la zone habitable de leur étoile.

L’Agence spatiale européenne (ESA) a lancé, le 20 juin dernier, lors de la réunion du comité des programmes scientifiques de l’organisation, la plus grande mission européenne de recherche sur les exoplanètes, avec pour partenaires les Universités de Genève (UNIGE) et de Berne (UNIBE).
 
Le satellite PLATO. (© ESA)
 
 
Vingt-six petits télescopes
Grâce aux vingt-six petits télescopes de 12 cm de diamètre montés sur le satellite, PLATO auscultera plusieurs centaines de milliers d’étoiles. «Nous saurons ainsi quelles planètes ressemblent le plus à la Terre et sur lesquelles il faudra concentrer les moyens d’analyses à venir pour la détection de la vie. En quelque sorte, PLATO déterminera les VIP (Very Important Planets) pour notre future recherche» a déclaré Willy Benz, professeur d’astronomie au Center for Space and Habitability (CSH) de l’Université de Berne.
PLATO analysera également l’activité sismique des étoiles pour en déterminer leur âge, leur masse et leur taille, et ainsi permettre une meilleure compréhension du système stellaire dans son ensemble.
 
Le rôle des deux universités
L’Université de Berne, forte de sa réputation et de son expérience acquise notamment en tant que maître d’œuvre du développement du satellite européen CHEOPS, a été investie de la conception de la structure mécanique qui servira de support aux vingt-six télescopes de PLATO, ainsi que du suivi de leur construction par l’industrie suisse. Structure et télescopes seront ensuite livrés à l’Agence spatiale italienne responsable de l’intégration des télescopes sur le satellite.
Quant à l’Université de Genève, elle est particulièrement impliquée dans les activités de suivi. Les scientifiques genevois devront, dans un premier temps, reconnaître et éliminer les «fausses planètes» - comme les étoiles doubles, par exemple -, puis déterminer les masses des planètes détectées. En effet, PLATO ne mesurera que la taille des planètes; or, si l’on veut connaître leur composition, il faudra également déterminer leur masse. Une détermination qui se fera grâce à la méthode des vitesses radiales dans laquelle l’UNIGE est passée maître depuis la première découverte d’une exoplanète par Michel Mayor et Didier Queloz en 1995. «Jusqu’à maintenant, nous regardions par la fenêtre un verger comportant une diversité de fruits magnifiques. Avec PLATO, nous pourrons les cueillir et en apprécier toute leur saveur», déclare avec poésie Stéphane Udry, professeur au Département d’astronomie de l’UNIGE.
 
Bientôt des appels d’offres
Après SOLAR ORBITER, dont le lancement est prévu fin 2018, et EUCLID en 2020, PLATO est la troisième mission de classe M (Medium) du programme Cosmic Vision de l’ESA. L’adoption de PLATO va permettre à l’ESA de lancer, dans les mois qui suivent, des appels d’offres aux industries pour la construction du satellite. Le lancement de PLATO est prévu pour 2026.
 
La mission PLATO
La mission européenne PLATO (pour Planetary Transits and Oscillations of Stars) s’inscrit dans la lignée de deux missions spatiales précurseurs: COROT, une mission européenne réalisée sous maîtrise d’œuvre du CNES et Kepler, une mission américaine de la NASA. PLATO repose sur des techniques bien éprouvées: les transits pour la détection planétaire et l’astérosismologie pour les études stellaires. Le satellite sera lancé par une fusée Soyouz depuis Kourou, vers le second point de Lagrange (L2) situé à 1,5 million de kilomètres derrière la Terre vue du Soleil.
 
 
Stéphane Udry
UNIGE
Tél.: 022 379 24 67
Stephane.Udry@unige.ch
 
Pierre Bratschi
UNIGE
Tél.: 022 379 23 54 / 078 667 37 23
Pierre.Bratschi@unige.ch
 
Willy Benz
UNIBE
Tél.: 031 631 44 03 / 079 964 92 16
Willy.Benz@space.unibe.ch


02 Octobre 2017  |  Espace

Des moteurs suisses équiperont le rover Mars 2020

Le prochain rover martien de l’agence spatiale américaine NASA prélèvera des échantillons de sol et les scellera pour les préparer au retour sur la Terre. Le spécialiste suisse maxon motor fournira plusieurs entraînements spécialement conçus pour ces opérations.
30 Janvier 2017  |  Espace

Les rovers martiens atterrissent à Lucerne

Le Musée suisse des transports a ouvert sa nouvelle exposition sur l’espace. Les visiteurs peuvent s’y faire une idée du passé et de l’avenir de la navigation spatiale, tout en évoluant à travers un paysage de Mars, notre planète voisine. maxon motor, connu pour son engagement dans les missions rover, a conclu un partenariat avec le Musée.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch