21 Décembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2018

La méthode des cartes de vie pour reconstruire les trajectoires de délinquantes sexuelles et violentes

par Marion Desfachelles et Frédéric Ouellet

Résumé
La carte de vie est un outil issu de la volonté de chercheurs d’adapter la méthodologie des calendriers d’histoire vie de façon qualitative. Utilisée pour dresser et comprendre les trajectoires individuelles, la carte de vie est encore peu exploitée malgré les avantages qu’elle présente. Le présent article explore le potentiel de cet outil pour faciliter les entretiens semi-dirigés dans lesquels l’objectif est la compréhension des liens entre les trajectoires criminelles et non criminelles, en plus de la subjectivité de l’individu. Cet outil offre une liberté tant au participant qu’au chercheur et favorise la confiance du participant vis-à-vis du chercheur, permettant ainsi de recueillir une variété et une qualité de données plus importante qu’avec des entretiens traditionnels. Malgré cette liberté, la carte de vie requiert de suivre certaines règles. Les auteurs discuteront des considérations pratiques liées à l’utilisation de cet outil, notamment quant au choix du cadre temporel, de l’élaboration de la question de départ et du matériel requis. Cet article inclut des exemples de cartes de vie issues d’une recherche qualitative visant à comprendre les trajectoires criminelles des délinquantes sexuelles et des délinquantes violentes.

Summary
Timeline interview is a tool issued from researchers’ willingness to adapt the life history calendar as a qualitative methodology. Used to establish and understand individuals’ pathways, the timeline interview is still under exploited despite its advantages. This article explores the potential of this tool to facilitate semi-structured interviews when the objective is to understand the associations between criminal and non-criminal pathways, as well as the individuals’ subjectivity. This tool offers freedom for both the participant and the researcher and encourages the participant’s trust toward the researcher, allowing to collect a variety and quality of data that would not be obtained using traditional interviews. Despite this freedom, the timeline interview requires to follow certain rules. The authors will discuss the practical matters related to the use of this tool, including the choice of time frame, the elaboration of the initial question and the material required. This article includes examples of timeline interviews retrieved from a qualitative research aiming to understand women sexual and violent offenders’ pathways.


29 Mars 2019

Comment les expériences passées conditionnent la fin des carrières criminelles: réussite criminelle et processus de désistement

Dans les travaux sur les carrières criminelles le lien entre les activités criminelles passées et futures est assez soutenu. Il est alors possible de présumer de ce constat que le désistement ne s’actualiserait pas de la même façon pour les individus ayant eu des trajectoires parsemées de succès versus ceux ayant vécu de multiples échecs. Or, peu de travaux se sont penchés sur le lien entre la carrière criminelle et la période qui lui succède, comment les événements et circonstances qui ont caractérisé le mode de vie criminelle influencent la décision de se désister, mais surtout le processus de maintien de l’abstinence criminelle. Cet article propose d’examiner l’association potentielle entre la réussite criminelle et le processus de désistement, ainsi que son maintien. L’examen de cette problématique sur la carrière criminelle de 27 délinquants s’étant désisté du crime. Deux stratégies sont utilisées dans ce projet. La première s’inspire de la méthode des calendriers de vie, elle vise à colliger les détails entourant la carrière criminelle. La deuxième se fonde sur des entretiens semi-dirigés et vise à recueillir, les récits de vie des participants. Ces récits servent à documenter le processus de désistement. Les résultats mettent en évidence l’intérêt de considérer les paramètres de la carrière criminelle dans la compréhension du processus désistement, que le niveau de réussite dans le crime a une incidence sur la forme du désistement. Cette étude favorise la compréhension des processus qui expliquent la continuité et le désistement, elle pourrait donc servir à orienter le développement de programme visant la réinsertion sociale.
29 Mars 2019

Différence de genre et violences conjugales. A contrepied du paradigme féministe, une analyse de la criminalisation des femmes

Les violences conjugales occupent une place toute particulière parmi l’ensemble des contentieux soumis à la justice, ceci tant au niveau de l’histoire de leur prise en compte en tant que problème qu’au niveau du facteur particulier, la mobilisation féministe, qui a présidé à cette émergence. Le champ des violences conjugales apparaît fondamentalement structuré par la différence de genre, et la grille de lecture féministe l’a profondément marqué de son empreinte.
Soulignant tout d’abord les arguments fondant la légitimité scientifique de l’approche féministe, cet article s’intéresse ensuite à ses dérives potentielles et en particulier à celle qui contribue à instaurer une profonde sexuation des violences conjugales où triomphent la victimisation du féminin et la pénalisation du masculin.
Prenant le contrepied de la lecture féministe, la criminalisation des femmes est analysée sur base de données statistiques relatives à l’ensemble des prévenus signalés à la justice belge durant l’année 2010 pour faits de violence conjugale. L’existence d’un traitement judiciaire inégal en fonction du genre est mise en évidence qui vient compléter et complexifier l’identification des possibles dérives du paradigme féministe. Le constat est fortement modulé par l’existence d’une situation de violence réciproque.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch