28 Septembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 03/2018

Recherche de corps enfoui illégalement en milieu boisé: mise en place d’un protocole en France

par Eric Lacrêpe, Patrice Georges et Christelle Buton

Résumé
Le milieu boisé est sans nul doute le cas le plus complexe de recherche de corps enfoui illégalement. C’est particulièrement vrai pour les opérations engagées plusieurs années après les faits et quand la zone d’intérêt dépasse plusieurs hectares. C’est la raison pour laquelle, sur des affaires récentes dans le Sud-Ouest de la France, la Gendarmerie nationale a maximisé ses chances en diligentant acteurs institutionnels habituels et nouveaux intervenants. Agissant de façon concomitante et se découvrant les uns les autres en situation, chacune des opérations de terrain a été pour eux l’occasion d’adapter leur modus operandi et de proposer un protocole, aujourd’hui testé à plusieurs reprises. En accord avec les principes de la Criminalistique, ce protocole permet une traçabilité des investigations menées par les différents opérateurs sur des surfaces importantes; sa réalisation est l’assurance de la fiabilité des résultats. Il permet aussi au Directeur d’enquête d’avoir une vision directe des investigations en cours.

Summary
The wooded environment is undoubtedly the most complex case of searching for illegally buried bodies. This is particularly true for operations undertaken several years after the fact and where the area of interest exceeds several hectares. This is the reason why, on recent cases in south-western France, the French National Gendarmerie has maximized its chances by bringing in new and regular institutional actors. Acting at the same time and discovering each other, each of the field operations was an opportunity for them to adapt their modus operandi and propose a protocol, which is now being tested several times. In accordance with the Forensic’s principles , this protocol allows traceability of investigations carried out by different operators on important surfaces and ensures reliable results. It also allows the Director of Investigation to have a direct view of the investigations in progress.


28 Septembre 2018

Les Cercles de Soutien et Responsabilité comme lien possible entre les principes Risque-Besoins-Réceptivité et la Justice restaurative?

Les Cercles de Soutien et Responsabilité (CSR) sont apparus au Canada (Ontario, 1994) de manière intuitive afin de combler un vide en matière de prise en charge des auteurs de violence sexuelle libérés à l’issue de l’exécution de leur peine. Aujourd’hui, les CSR se sont disséminés sur un grand nombre de territoires tout en augmentant leur pertinence quant à l’accompagnement dispensé auprès de cette population. Deux principes guident les CSR, la lutte contre la récidive, le soutien porté à l’auteur. La Justice Restaurative (JR), en parallèle de la Justice pénale traditionnelle, se définit tant comme une philosophie qu’une pratique positive, holistique, d’inclusion des auteurs et victimes d’infraction afin de les laisser se saisir pleinement de leur conflit, avec le soutien de bénévoles et/ou de professionnels. Si les CSR sont régulièrement présentés comme une modalité de JR permettant le lien social restauré entre l’auteur d’infraction, des bénévoles membres de la communauté et des professionnels fortement impliqués, ce que témoigne le second principe des CSR, nous interrogeons ici le lien avec des modalités réhabilitatives, dont le premier principe se rapporte aisément. Les principes Risque-Besoins-Réceptivité (RBR) du modèle de la Prévention de la récidive seront ici largement discutés, en précisant que des liens avec d’autres modèles positifs comme le Good Lives Model (GLM), la Désistance et le Modèle de l’Identité Temporelle (TIM-E) mériteraient également une réflexion.
28 Septembre 2018

La dynamique de la banalisation de l’usage du chanvre à Kinshasa. Analyse d’un processus ambivalent de construction expérientielle

Si la visibilité de l’usage, pourtant légalement interdit, du chanvre à Kinshasa n’est plus à démontrer, sa signification pour les usagers ainsi que le processus qui le sous-tend méritent d’être dévoilés à travers une démarche qui redonne la parole aux usagers. Ces derniers construisent leurs expériences de vie à la croisée du chanvre. Cet article montre la complexité du processus de la banalisation de l’usage du chanvre comme liée, d’une part, à la multiplication des usagers (vendeurs et consommateurs) du chanvre parmi lesquels on retrouve une forte population juvénile soumise à des interactions favorables au chanvre dans un contexte de précarité, cassant ainsi l’éthique du chanvre telle que devant être vécue par les usagers, et d’autre part, à la neutralisation, par ces derniers, des différentes formes de contrôle social. Il en résulte une normalisation de la vente et de la consommation du chanvre dans l’espace urbain kinois.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch