28 Septembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 03/2018

Les Cercles de Soutien et Responsabilité comme lien possible entre les principes Risque-Besoins-Réceptivité et la Justice restaurative?

par Hans Lefebvre, Erwan Dieu et Esther Issen

Résumé
Les Cercles de Soutien et Responsabilité (CSR) sont apparus au Canada (Ontario, 1994) de manière intuitive afin de combler un vide en matière de prise en charge des auteurs de violence sexuelle libérés à l’issue de l’exécution de leur peine. Aujourd’hui, les CSR se sont disséminés sur un grand nombre de territoires tout en augmentant leur pertinence quant à l’accompagnement dispensé auprès de cette population. Deux principes guident les CSR, la lutte contre la récidive, le soutien porté à l’auteur. La Justice Restaurative (JR), en parallèle de la Justice pénale traditionnelle, se définit tant comme une philosophie qu’une pratique positive, holistique, d’inclusion des auteurs et victimes d’infraction afin de les laisser se saisir pleinement de leur conflit, avec le soutien de bénévoles et/ou de professionnels. Si les CSR sont régulièrement présentés comme une modalité de JR permettant le lien social restauré entre l’auteur d’infraction, des bénévoles membres de la communauté et des professionnels fortement impliqués, ce que témoigne le second principe des CSR, nous interrogeons ici le lien avec des modalités réhabilitatives, dont le premier principe se rapporte aisément. Les principes Risque-Besoins-Réceptivité (RBR) du modèle de la Prévention de la récidive seront ici largement discutés, en précisant que des liens avec d’autres modèles positifs comme le Good Lives Model (GLM), la Désistance et le Modèle de l’Identité Temporelle (TIM-E) mériteraient également une réflexion.

Summary
Circles of Support and Accountability (CoSA) appeared in Canada (Ontario, 1994) in an intuitive way to fill a void in the management of sexual offender released after the completion of their sentence. Today, CoSA have spread over many territories while increasing their relevance for the support provided to this population. Two principles guide the CoSA, the fight against recidivism, the support of offender. Restorative Justice (RJ), in parallel with traditional criminal justice, is defined as both a philosophy and a positive, holistic practice of including offenders and victims to let them fully grasp their conflict, with the support of volunteers and / or professionals. If CoSA are regularly presented as a modality of JR allowing the social link restored between the offender, community members volunteers and professionals strongly involved, as evidenced by the second principle of CoSA, we question here the link with rehabilitative modalities, of which the first principle is easily related. The Risk-Needs-Responsivity (RNR) principles of Relapse/Recidivism Prevention will be widely discussed here, stating that links to other positive models such as the Good Lives Model (GLM), the Desistance and the Model of the Temporal Identity (TIM-E) would also merit reflection.


29 Mars 2019

Les logiques de prévention à la radicalisation violente en Belgique et en Allemagne. Un focus sur l’enseignement



Résumé
Suite aux différentes attaques terroristes, l’Europe a mesuré l’urgence de l’investissement de la prévention en plus des réponses répressives. De nombreux projets sont menés en Allemagne et en Belgique, avec des logiques propres. Un travail intensif a été mené par le gouvernement belge et allemand afin d’optimiser les stratégies de prévention de la radicalisation. La prévention à la radicalisation violente doit avoir une portée transnationale, mais il est important de prendre en compte les particularités du contexte local. L’approche locale multi-sectorielle constitue un moyen de développer la prévention primaire et secondaire. En instaurant un échange et créant des réseaux internationaux, les différents contextes locaux peuvent s’inspirer des bonnes pratiques existantes et les adapter aux besoins de leur propre milieu. L’enseignement est ainsi un des acteurs clés dans la prévention primaire et secondaire.
29 Mars 2019

Comment les expériences passées conditionnent la fin des carrières criminelles: réussite criminelle et processus de désistement

Dans les travaux sur les carrières criminelles le lien entre les activités criminelles passées et futures est assez soutenu. Il est alors possible de présumer de ce constat que le désistement ne s’actualiserait pas de la même façon pour les individus ayant eu des trajectoires parsemées de succès versus ceux ayant vécu de multiples échecs. Or, peu de travaux se sont penchés sur le lien entre la carrière criminelle et la période qui lui succède, comment les événements et circonstances qui ont caractérisé le mode de vie criminelle influencent la décision de se désister, mais surtout le processus de maintien de l’abstinence criminelle. Cet article propose d’examiner l’association potentielle entre la réussite criminelle et le processus de désistement, ainsi que son maintien. L’examen de cette problématique sur la carrière criminelle de 27 délinquants s’étant désisté du crime. Deux stratégies sont utilisées dans ce projet. La première s’inspire de la méthode des calendriers de vie, elle vise à colliger les détails entourant la carrière criminelle. La deuxième se fonde sur des entretiens semi-dirigés et vise à recueillir, les récits de vie des participants. Ces récits servent à documenter le processus de désistement. Les résultats mettent en évidence l’intérêt de considérer les paramètres de la carrière criminelle dans la compréhension du processus désistement, que le niveau de réussite dans le crime a une incidence sur la forme du désistement. Cette étude favorise la compréhension des processus qui expliquent la continuité et le désistement, elle pourrait donc servir à orienter le développement de programme visant la réinsertion sociale.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch