28 Septembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 03/2018

Légalisation ou prohibition du cannabis au Canada: enjeux de santé publique, de sécurité routière et de sécurité au travail

par Komi Hemedzo et Rachid Bagaoui

Résumé
Le Canada est dans un processus de légalisation du cannabis pour usage récréatif emboitant ainsi le pas de l’Uruguay, le Colorado, l’État de Washington, l’Oregon et le Washington DC. Les données récentes indiquent que la consommation du cannabis a stagné à un seuil presque commun à la plupart des provinces canadiennes de 2010 à 2016 avant de chuter légèrement en 2017. Cet article analyse les inquiétudes de certains citoyens qu’ils soient pour ou contre la légalisation du cannabis ou qu’ils soient contre la décriminalisation. Il se base sur les données probantes soit par rapport aux accidents de la route causés par la consommation de cannabis soit au niveau du seuil des consommations dans les provinces canadiennes. Aussi, un regard comparatif est porté sur ce qui se fait ailleurs dans certains États pionniers de la légalisation de cette drogue afin de savoir si la peur d’une frange de la population qui est contre ce processus est une raison fondamentale de s’y opposer. Cette réflexion se veut une analyse dépassionnée de ce sujet d’actualité afin de se projeter face aux enjeux de sécurité routière et de sécurité au travail ou de dépistage du cannabis chez les automobilistes.

Summary
Canada is in the process of legalizing cannabis for recreational use, mimicking Uruguay, Colorado, Washington State, Oregon and Washington DC. Recent data indicate that cannabis use has stagnated at a level almost common to most Canadian provinces in 2010 before dropping slightly in 2017. This article analyzes the concerns of some citizens whether they are for or against legalization of cannabis or that they are against its decriminalization. Based on the evidence, either at the level of traffic accidents caused by cannabis use or at the level of the consumption threshold at the level of the Canadian provinces. Also, a comparative look is focused on what is done elsewhere in some states pioneers of the legalization of this drug to know if the fear of a section of the population who is against this process is fundamental reason to oppose it. This reflection is a dispassionate analysis of this topical issue in order to project itself to the issues of road safety and workplace safety or screening for motorists.


29 Mars 2019

Penser et pratiquer la Criminologie dans la société contemporaine en Côte d’Ivoire

Les opportunités d’insertion socioprofessionnelle des diplômés après leur formation dans les universités constituent aujourd’hui, l’un des curseurs qui indiquent la qualité et la pertinence desdites structures d’enseignement supérieur. L’objectif de la présente étude est d’analyser le sens que les populations attribuent à leurs représentations sociales qui organisent leurs prises de positions différenciées par rapport à la Criminologie en Côte d’Ivoire. Le travail s’inscrit dans une approche mixte et diachronique en mobilisant la théorie et la méthodologie des représentations sociales via un guide d’entretien semi-structuré et le questionnaire d’évocations hiérarchisées. Les résultats indiquent que les représentations sociales des groupes d’acteurs investigués intègrent des cognitions qui renvoient selon leurs différentes insertions sociales, à des préjugés défavorables ou à des défis structurels que la criminologie doit vaincre pour re-négocier sa légitimité au sein de la société contemporaine ivoirienne.
29 Mars 2019

Différence de genre et violences conjugales. A contrepied du paradigme féministe, une analyse de la criminalisation des femmes

Les violences conjugales occupent une place toute particulière parmi l’ensemble des contentieux soumis à la justice, ceci tant au niveau de l’histoire de leur prise en compte en tant que problème qu’au niveau du facteur particulier, la mobilisation féministe, qui a présidé à cette émergence. Le champ des violences conjugales apparaît fondamentalement structuré par la différence de genre, et la grille de lecture féministe l’a profondément marqué de son empreinte.
Soulignant tout d’abord les arguments fondant la légitimité scientifique de l’approche féministe, cet article s’intéresse ensuite à ses dérives potentielles et en particulier à celle qui contribue à instaurer une profonde sexuation des violences conjugales où triomphent la victimisation du féminin et la pénalisation du masculin.
Prenant le contrepied de la lecture féministe, la criminalisation des femmes est analysée sur base de données statistiques relatives à l’ensemble des prévenus signalés à la justice belge durant l’année 2010 pour faits de violence conjugale. L’existence d’un traitement judiciaire inégal en fonction du genre est mise en évidence qui vient compléter et complexifier l’identification des possibles dérives du paradigme féministe. Le constat est fortement modulé par l’existence d’une situation de violence réciproque.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch