28 Septembre 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 03/2018

Consommateurs ou auto-producteurs de cannabis: une étude exploratoire sur les facteurs divergents

par Ashely Granville, Julien Chopin Pierre Esseiva Robin Udrisard Frank Zobel et Manon Jendly

Résumé
Cet article s’intéresse, dans un contexte de démocratisation de la culture du cannabis en Suisse, aux principaux facteurs qui influencent le passage de la simple consommation de cannabis à son auto-production. Il se base sur un échantillon de 1032 consommateurs simples de cannabis et de 118 auto-producteurs. Les résultats montrent que les auto-producteurs sont plus âgés et socialement mieux intégrés que ne le sont les consommateurs. Leur usage de cannabis est plus conséquent et leurs modes de consommation plus diversifiés. Il apparaît également que les auto-producteurs plébiscitent la libéralisation du cannabis considèrent que sa consommation présente nettement moins de danger pour la santé que celle de l’alcool.

Summary
This article aims to define the factors that influence the transition from cannabis consumption to small-scale cannabis production. It draws on a sample of 1032 cannabis consumers and 118 small-scale cultivators. The findings indicate that domestic growers are older and socially better integrated than users. They are more intensive cannabis users and their means of consumption are more diversified. Growers plebiscite cannabis legalization and consider its use to be safer for health than alcohol consumption.


29 Mars 2019

Différence de genre et violences conjugales. A contrepied du paradigme féministe, une analyse de la criminalisation des femmes

Les violences conjugales occupent une place toute particulière parmi l’ensemble des contentieux soumis à la justice, ceci tant au niveau de l’histoire de leur prise en compte en tant que problème qu’au niveau du facteur particulier, la mobilisation féministe, qui a présidé à cette émergence. Le champ des violences conjugales apparaît fondamentalement structuré par la différence de genre, et la grille de lecture féministe l’a profondément marqué de son empreinte.
Soulignant tout d’abord les arguments fondant la légitimité scientifique de l’approche féministe, cet article s’intéresse ensuite à ses dérives potentielles et en particulier à celle qui contribue à instaurer une profonde sexuation des violences conjugales où triomphent la victimisation du féminin et la pénalisation du masculin.
Prenant le contrepied de la lecture féministe, la criminalisation des femmes est analysée sur base de données statistiques relatives à l’ensemble des prévenus signalés à la justice belge durant l’année 2010 pour faits de violence conjugale. L’existence d’un traitement judiciaire inégal en fonction du genre est mise en évidence qui vient compléter et complexifier l’identification des possibles dérives du paradigme féministe. Le constat est fortement modulé par l’existence d’une situation de violence réciproque.
29 Mars 2019

Les logiques de prévention à la radicalisation violente en Belgique et en Allemagne. Un focus sur l’enseignement



Résumé
Suite aux différentes attaques terroristes, l’Europe a mesuré l’urgence de l’investissement de la prévention en plus des réponses répressives. De nombreux projets sont menés en Allemagne et en Belgique, avec des logiques propres. Un travail intensif a été mené par le gouvernement belge et allemand afin d’optimiser les stratégies de prévention de la radicalisation. La prévention à la radicalisation violente doit avoir une portée transnationale, mais il est important de prendre en compte les particularités du contexte local. L’approche locale multi-sectorielle constitue un moyen de développer la prévention primaire et secondaire. En instaurant un échange et créant des réseaux internationaux, les différents contextes locaux peuvent s’inspirer des bonnes pratiques existantes et les adapter aux besoins de leur propre milieu. L’enseignement est ainsi un des acteurs clés dans la prévention primaire et secondaire.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch