30 Mars 2018
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2018

In vestige @ et mutations dans le management de la police ?

par Olivier Guéniat

Résumé
On assiste aujourd’hui en Suisse à une mutation forensique fondamentale, nourrie par la recherche académique et l’émergence des investigations numériques, par la culture du renseignement criminel et de la traçologie. Les traces matérielles traditionnelles (ADN, traces papillaires, traces de semelles) offrent toujours plus d’opportunités d’identifications obligeant les polices à redéfinir leurs stratégies sécuritaires, notamment par l’exploitation du renseignement permettant de définir des objectifs aussi efficaces et efficients que possible. Il y a une nette tendance à quitter les concepts réactifs (le traitement des hits) et à se réarticuler dans une conception plus proactive (le traitement prioritaire des phénomènes qui ont le plus d’impact sur le crime). Il s’agit là de l’émergence d’un nouveau management sécuritaire influant sur l’organisation et les structures de la police. Parallèlement, les traces numériques apportent une valeur ajoutée très marquée lorsqu’elles sont incorporées dans les schémas de raisonnement appliqués aux traces traditionnelles, notamment en lien avec la règle des trois unités (l’unité de lieu, de temps et d’action) rapporté aux traces, aux indices et aux preuves dans le cadre de la résolution de cas criminels. Enfin, l’intégration de la criminologie et de l’expertise forensique (au sens large du terme), à la fois dans les polices et dans la recherche universitaire, permet d’appréhender des phénomènes sécuritaires complexes et d’envisager de nouvelles solutions visant à lutter contre la criminalité.

Summary
Policing is currently undergoing a fundamental transformation in Switzerland nourished by academic research and the emergence of the importance of digital investigation, of the culture of intelligence-led policing, and of traceology. Traditional material findings (DNA, finger marks, shoe marks) offer an increasing amount of identification opportunities, forcing police services to redefine their strategies, particularly with the exploitation of intelligence which contributes to the definition of effective and efficient objectives. The shift from reactive concepts (processing of hits) towards proactive concepts (prioritized processing of phenomena that have the greatest impact on crime) constitutes a new trend in policing, which influences the structure and organization of the police. In parallel, electronic or digital traces contribute significant added-value when they are integrated into the classic system of reasoning applied to traditional evidence. In particular, digital traces contribute to three key elements in the resolution of criminal cases: place, time, and action. Finally, combining criminology with forensic expertise (in the broadest sense of the terms), simultaneously in police forces and academic research, allows us to perceive complex investigative issues and to consider new solutions in the fight against crime.


30 Mars 2018

Création de normes et réponses aux situations-problèmes en autogestion - Enquête ethnographique dans un espace culturel autogéré en Suisse

Cet article questionne la création de normes et la réponse à la transgression dans un espace où chaque membre possède le même pouvoir de décision. Nos pistes de réflexions sont issues d’une enquête de terrain au sein d’un espace culturel autogéré (ECA) en Suisse. Ce lieu, en plus de proposer une offre culturelle alternative, revendique un «vivre autrement» au point d’être parfois considéré comme en marge des normes et valeurs de la société dans laquelle il évolue. Cette enquête constate un cadre normatif flou et fluctuant, et met en évidence que lorsqu’un individu est auteur d’un acte problématique, à défaut de procédures claires, un schéma d’événements réactif se met en place pour y répondre. Celui-ci a pour objectif de définir le degré de problématisation dudit acte et, le cas échéant, de développer une stratégie en réponse. Pour faire face à de tels «actes-problème», le principal outil est la discussion collective caractérisée par une position similaire de chaque membre dans le processus de prise de décisions. Certains enjeux, propres au fonctionnement autogéré, ont été soulevés et concordent avec la littérature portant sur ces espaces. Cependant, cette recherche souligne que ce fonctionnement particulier repose sur des éléments relevant à la fois du développement de politiques publiques et de la justice réparatrice. En particulier, cette contribution discute de la perception de l’«acte-problème» par les membres de l’espace culturel autogéré, lequel se base moins sur son auteur que sur ses conséquences. Enfin, elle réfère aux stratégies développées par la discussion qui privilégient la résolution de problème en se refusant autant que possible à la rétribution.
30 Mars 2018

Violences conjugales dans les ménages à Abidjan: victimisation et maintien dans le couple chez la femme

Cette étude a pour objectif d’identifier les déterminants psychosociaux du maintien dans le couple chez des femmes victimisées. L’hypothèse postule que la faible estime de soi et l’attachement insécurisé contribuent au maintien dans la relation conjugale violente. Sur le plan méthodologique, deux groupes de femmes ont participé à l’enquête: les femmes victimes qui demeurent dans la relation violente (n=50) et les femmes victimes ayant quitté la relation violente (n=70). L’échelle d’estime de soi globale de Rosenberg, le test de l’attachement amoureux d’Hazan et Shaver et une version abrégée de l’échelle des tactiques de la violence de Murray Strauss, ont été administrés aux 2 groupes. Il en ressort que les femmes victimes qui maintiennent la relation conjugale présentent une faible estime de soi et un attachement insécurisé par rapport au groupe ayant quitté la relation conjugale violente. L’étude de cas montre également que les femmes développent des comportements adaptatifs à la violence comme stratégie de gestion de la violence. Ainsi, elles sont dans le déni de la réalité conjugale violente.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch